Secteur minier : plaidoyer pour l’opérationnalisation du Fonds Minier de développement Local

Secteur minier : plaidoyer pour l’opérationnalisation du Fonds Minier de développement Local

Le Mali a adopté un nouveau Code Minier depuis le 27 septembre 2019. Un texte qui fait de notre pays l’un des 29 pays africains à instituer un Fonds minier de développement local (FMDL). Cependant, deux ans après son institution, le fonds n’est toujours pas opérationnel.

 « Auparavant, il n’y avait aucun fonds minier pour le développement des collectivités locales », a indiqué Abdoul Wahab Diakité, président de la Coalition malienne Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP), l’organisme qui a réuni, ce mercredi 15 décembre, plusieurs acteurs autour de la question de ce fonds. C’était au cours d’un atelier dénommé : « Atelier multi acteurs sur l’opérationnalisation du Fonds Minier de Développement Local (FMDL) au Mali.

Selon Abdoul Wahab Diakité, le FMDL doit être alimenté une part, par le gouvernement à hauteur de (20%) des redevances proportionnelles collectées. Des redevances liées à la valeur des produits extraits et/ou vendus. D’autre part, le fonds est alimenté par des titres miniers d’exploitation de mines et les bénéficiaires d’autorisation d’exploitation industrielle de substances de carrières à hauteur de 0,25% du chiffre d’affaires hors taxe au cours du mois ou de la valeur des produits extraits au cours du mois.

A l’hôtel Millénium, où se tenait l’atelier, la coalition PCQVP a réuni plusieurs acteurs étatiques notamment les responsables : du ministère des Mines ; du ministère de l’Economie et des Finances ; du Conseil national des Collectivités ; du Conseil économique, social et culturel… Aussi des responsables des services techniques de l’Etat, des entreprises minières et de la société civile ont pris part à l’atelier.

Source : maliweb.net