TAEKWONDO : Lumière sur Seydou Niang

TAEKWONDO : Lumière sur Seydou Niang

Passionné des arts martiaux, notre compatriote Seydou Niang s’est illustré dans la pratique  du TAEKWONDO.  Lumière sur un jeune malien qui a défendu les couleurs nationales et a séduit plus d’un fan. 

Né le 16 décembre 1992 à Bozola en Commune II du District de Bamako, Seydou Niang, sportif dans l’âme et véritable pratiquant de taekwondo, a pris part à plusieurs compétitions dans cette discipline avec l’équipe nationale du Mali d’abord. Sa carrière professionnelle au plan international a débuté lors des championnats du monde ‘’junior de taekwondo’’, en 2006, au Vietnam, où il a défendu, pour la première fois, les couleurs nationales. Dans cette interview qu’il nous a accordée, l’international taekwondoïste malien, Seydou Niang, revient sur ses débuts de carrière, les différentes compétitions auxquelles il a pris part, et ses projets. Interview.

Maliexpress.net :Comment a débuté votre carrière ?

Seydou Niang :J’ai commencé l’entraînement à la Maison des Jeunes (Bamako). Plus tard, j’ai rejoint l’équipe nationale de taekwondo, avec laquelle j’ai remporté le championnat du Mali. Après, nous avons effectué un voyage sur le Sénégal. J’ai en ensuite participé au championnat du monde junior au Vietnam en 2006. Cette compétition internationale, a marqué le début de ma carrière professionnelle qui m’a mené jusqu’aux Etats-Unis et ailleurs.

Quelles sont les compétitions auxquelles vous avez participé aux USA ?

Je suis arrivé aux USA, précisément à Atlanta en 2006, sans bourse sportive. J’ai commencé par les petits jobs pour gagner ma vie et m’installer, mais tout en continuant à m’entraîner en tant que sportif professionnel. Il faut savoir que les boursiers finissent généralement par arrêter le sport une fois les bourses finies. J’ai participé à plusieurs compétitions aux USA telles que « UE National ». A Chaque fois qu’il y a des compétitions, je demandais à mon entraîneur de m’inscrire. Des fois, la procédure prenait du temps. Mais, je suis parvenu à me faire connaître en taekwondo grâce à mon engagement personnel.

Quelles sont vos ambitions dans les années à venir ?

Dans l’avenir, j’aimerais ouvrir une salle de taekwondo afin de permettre aux jeunes maliens de se hisser au niveau international et la salle de jeu pourra former des nouvelles pépites maliennes en taekwondo. Aussi, on créera des partenariats solides entre les athlètes maliens et américains. En plus, j’aimerais m’orienter en film pour apporter également ma contribution dans ce secteur pour le développement de la culture.

Penses-tu que le taekwondo malien a de l’avenir ?

Au regard du championnat d’Afrique passé, le niveau de compétition malien en taekwondo est bas. Je comprends, ce n’est pas facile eu égard des conditions difficiles dans lesquelles évoluent les pratiquants. C’est pourquoi, je demande aux autorités sportives et aux sportifs maliens, plus d’engagement et de courage pour faire rayonner le drapeau malien partout dans le monde, et je sais que nous pouvons.

Quel est votre dernier mot ?

Je demande aux athlètes de continuer à travailler comme des professionnels aussi de se démarquer des incompréhensions entre les dirigeants sportifs pour l’intérêt national…

Entretien réalisé par Oumar BARRY

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *