Lutte contre l’homosexualité au Mali : Bientôt la loi devant le CNT

Lutte contre l’homosexualité au Mali : Bientôt la loi devant le CNT

En principe,   il   n’y avait  aucune loi  juridique  qui  pénalisait l’homosexualité   au Mali.  Cette  conception   s’est  justifiée  par une  sortie   du  ministre  de la  justice qui trouve  le phénomène de  “contre nature” avant   d’annoncer    l’adoption prochaine  d’une   loi  d’interdiction dans les prochains jours.     Et une fois que  celle-ci   rend  en vigueur,   toute  idée   d’amalgame  doit  être  évitée  et laisser  la justice faire son travail   afin d’éradiquer définitivement  cette  pratique   digne,  d’un  autre  continent.

Incontestablement,  la religion fait   du  Mali,  un pays  très  imposant  notamment,  en termes  de préservation des acquis culturels et traditionnels.   C’est ainsi  que  beaucoup de   pratiques   occidentales,    permises   dans  certains  pays  du continent  sont formellement   interdites  chez nous.   Mais   les constats  relèvent que  ces dépravations  culturelles   seraient   encouragées  et soutenues  financièrement    par des bailleurs à visage couvert  dont les jeunes sont  en  grande partie,  ciblés pour d’éventuelles vulgarisations  de ces différents  projets  dans le pays.      Dans les contextes  actuels  du Mali,  transgresser  ses  valeurs  religieuses  à travers des  pratiques  exogènes  non concevables   susciterait   de vives tensions dont le vent de contestation pourrait    tourner en mal,   contre  des  pouvoirs publics en place.   Pour rappel,  les dites pratiques viennent très souvent  en extérieur et sont faites en projets attirants des personnes  qui  se dissimulent  afin de   les exercer   pour des gains faciles.   

Par ailleurs, l’une de ces  pratiques  très  polémiques   est  l’homosexualité,  un sujet  tabou et violemment réprimé à sang, refait  encore  surface.   Du  haut  sommet  de  l’État,  le silence est enfin brisé  par la sortie du   ministre de la justice  Mahamadou   Kassogue  qui,  en marge d’un atelier sur le code pénal,  a   qualifié  l’homosexualité  de ” contre-nature” et promet l’adoption prochaine d’une loi,   la  pénalisant  devant  les membres  du conseil national  de transition (CNT ).   Au sein de l’opinion nationale,   cette posture  du ministre  aurait   écarté   le   doute sur la position   des autorités politiques   à tel point  que leur silence vis-à-vis  de la situation  y  avait été       négativement  interprété  et ce,  dans  diverses  manières.   

De même, l’implication du département  de la Justice   prouve à  suffisance,   l’existence de  mariage  gay  dans nos sociétés  et devrait   interpeller toutes les couches sociales   à    revoir   l’éducation familiale  quasiment bafouée.     Enfin,  ce qu’il  ne faut  pas  encourager dans la lutte contre  cette  pratique  occidentalle  dans  notre  pays  est de ne pas  faire  de l’amalgame,   encore moins, des suspicions  non  fondées  et surtout  en  faire,  des   règlements   des  comptes.  Toutes choses qui  mettraient  en danger la vie des innocents dont certains d’entre eux,   seraient  victimes de  déformations   physiques   dues    au manque  des hormones dans l’organisme.    Mais malgré  tout,   l’avenir  de chaque nation réside en sa culture, en sa tradition   et l’homosexualité  doit   être  éradiquée   envue d’épargner  le pays de sombrer dans  un cycle  de  tragédies  infernales.

Yacouba   COULIBALY

Source : l'Alternance