Vote : Ouverture de la campagne référendaire

Les acteurs du processus référendaire ont deux semaines pour convaincre les électeurs. Pour ce vote particulier, ce sont deux camps en face, le ‘’oui’’ et le ‘’non’’. Les autorités en charge du scrutin indiquent que les conditions sont réunies pour garantir l’exercice du droit de vote pour chaque citoyen.

Depuis ce vendredi à minuit, la campagne référendaire est officiellement ouverte. Elle va s’étendre sur la période du 2 au 16 juin. A cet effet, les bureaux de vote seront ouverts par anticipation pour les forces armées et de sécuritéle 11 juin. Après des semaines de vulgarisation du projet de constitution, c’est désormais la bataille pour convaincre les citoyens à voter pour un le ‘’oui’’ ou le ‘’non’’. Tout un processus pour arriver à ce niveau !

Du côté de l’autorité indépendante de gestion des élections (AIGE), tout est fin prêt, si l’on en croit son président, Me Moustapha Cissé. Annonçant l’ouverture de la campagne référendaire à travers une déclaration lue sur l’ORTM, il prône un climat apaisé. «En cette période cruciale pour notre pays, je m’adresse à tous les acteurs du processus électoral pour convier à la préservation de nos valeurs démocratiques de justice, de liberté, de solidarité, de respect et de tolérance. Je lance un appel à tous à s’abstenir de toutes actions pouvant mettre en péril la stabilité de notre pays », a déclaré Me Cissé.  

Pour ce faire, des assurances ont été données sur l’organisation matérielle et technique du vote. Selon lui, ‘’l’AIGE et le ministère de l’administration ont réalisé d’importantes activités préparatoires du scrutin pour créer les conditions d’exercice du droit de vote pour chaque citoyen. Ces actions se poursuivront jusqu’à la fin des opérations référendaires’’.

Arbitre du débat tout au long de la campagne dans les médias publiques, le Comité National de Légal Accès aux Médias d’État annonce les couleurs. En effet, son président, Abdoulaye Sidibé est revenu sur le rôle et missions du comité. A cet effet dira-il, sa structure a déjà pris la décision de limitation du temps d’antenne pour les deux camps (oui et non). Et de Souhaiter ‘’une campagne où les idées qui vont convaincre les gens. Les invectives, diatribes, les insultes ne sont permis’’ S’adressant aux medias, M.Sidibé lance un message durant cette période : « Nous devrons être des pompiers et non des pyromanes ».

Comment seront répartis les électeurs ? Il faut dire qu’ils sont au total 8 463 084 d’électeurs dont 4 071 508 femmes répartis dans 24 416 bureaux de votes et 13 240 centres.

Le scrutin du 18 juin constitue selon plusieurs observateurs, un test pour les autres élections à venir et pourra sceller le retour à l’ordre constitutionnel. Le référendum se tiendra à un moment ou on peut du Mali (LIMAMA), de quelques partis politiques. Cependant, ils sont nombreux les formations politiques qui ont donné des consignes de vote en faveur du ‘’Oui’’. On peut citer le RPM (ancien parti au pouvoir), l’Adema PASJ, l’URD, PS Yelen Kura .

A.M.C. pour maliexpress.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *