Visite du président Goïta en 4è Région : Journée mémorable à Ségou

Quant à la relance de la Comatex, elle constitue carrément la réalisation d’un rêve pour un millier de travailleurs et la promesse d’un décollage économique de la ville. Pour ce qui concerne le programme de sécurité alimentaire, il fonde l’espoir d’une période de soudure sans disette pour nombre de nos compatriotes.

Route Banankoro-Dioro : Le désenclavement d’une zone agricole et commerciale par excellence.

La population s’est fortement réjouie du lancement tant attendu des travaux de construction de ce tronçon long de 45 km. Elle a réservé un accueil très chaleureux à celui qu’on appelle ici le «vrai patriote»

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, était hier dans la région de Ségou où il a mené plusieurs activités dont le lancement des travaux de construction et de bitumage de la route Banankoro-Dioro à Nérèkoro, à quelques kilomètres de la ville de Ségou. À son arrivée aux environs de 9 heures, le chef de l’État a été reçu par les autorités régionales et une population en liesse. Tandis que certains scandaient le nom du président, d’autres brandissaient des pancartes sur lesquelles pouvait-on lire notamment «vive la Transition», «nous votons OUI au référendum».

Après l’accueil populaire, le colonel Assimi Goïta a procédé au lancement des travaux de la route Banacoro-Dioro, longue de 45 km par un coup de lame symbolique de la niveleuse. C’était en présence du président du Conseil national de Transition (CNT), Malick Diaw et de plusieurs membres du gouvernement, notamment la ministre des Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko.

La route Banankoro-Dioro a été construite en terre moderne dans les années 1970, dans le cadre de l’aménagement des casiers rizicoles de Dioro par l’Opération riz Ségou (ORS). En dépit des investissements consentis dans le cadre des programmes annuels d’entretien routier, elle se trouve constamment, avant le démarrage des travaux, dans un état de dégradation très avancé.

D’un coût total de 23,8 milliards de Fcfa entièrement financés par le budget national, la réalisation de cette route s’inscrit dans le cadre de la vision des autorités qui entendent lutter contre la pauvreté à travers le désenclavement des zones rurales et urbaines. La route sera conçue conformément aux standards des normes admises pour les routes communautaires de l’Uemoa et de la Cedeao. Il est également prévu l’éclairage public dans les traversées d’agglomération, la signalisation horizontale et verticale ainsi que les équipements de la route (balises, glissières de sécurité, bornes penta kilométriques).

L’assainissement longitudinal et transversal de la route est assuré par des caniveaux, des fossés en terre, des dalots. Le projet prévoit au titre des mesures environnementales et sociales, la remise en état des emprunts, la réalisation de forages équipés en pompe à motricité humaine, a expliqué la ministre des Transports et des Infrastructures.

Pour Mme Dembélé Madina Sissoko, ce projet de construction et de bitumage de la route Banankoro-Dioro s’inscrit dans ce processus irréversible. «Cette route est un des axes principaux d’approvisionnement de notre pays en céréales sèches et bétails. Sa réalisation permettra d’assurer le désenclavement d’une zone d’agriculture et d’élevage par excellence, conformément au plan d’action du gouvernement, approuvé par le Conseil national de Transition. Elle contribuera au développement local et par extension au développement national.

Le riz, le mil et le bétail venant de la région intéressent tout le Mali», a détaillé la ministre Madina Sissoko, avant d’inviter l’entreprise et le bureau de contrôle à mériter la confiance placée en eux par l’autorité contractante en assurant une bonne exécution des travaux dans le respect strict des montants et des délais contractuels. Le tronçon Banankoro-Dioro fait partie de la Route nationale n°34 (RN34) qui est longue d’environ 244 km et passe par Banankoro, Dioro, Saye, Djenné. La RN34 traverse la zone de l’inter-fleuve, comprise entre la rive droite du fleuve Niger et la rive gauche de l’affluent Bani. Elle traverse également le Bani à Sanouna pour rejoindre le carrefour de Djenné à l’embranchement avec la Route nationale 6 (RN6).

La population locale s’est beaucoup réjouie du lancement des travaux de cette route par le président de la Transition. «Depuis le matin de bonne heure, nous sommes sur place. J’ai renoncé à mon petit déjeuner pour venir accueillir le président Goïta qui est un vrai patriote.

Grâce à lui, le Mali avance», a confié Togora Ramatou Nèrèkoro. Mamadou Minta dira que cette route est d’une importance capitale pour les populations riveraines. «Nous sommes aux anges. Ce tronçon va beaucoup nous profiter en facilitant le déplacement des populations et l’acheminement de leurs biens en toutes saisons. Beaucoup de difficultés financières trouveront leurs solutions. Elle va également réduire le taux d’émmigration», a-t-il expliqué.

Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *