VÉRIFICATION DE PERFORMANCE : Les points forts du projet FIER

Le Projet Formation professionnelle, Insertion et appui à l’Entrepreneuriat des jeunes Ruraux (FIER) a récemment fait l’objet d’une vérification de performance par le Bureau du vérificateur général, révélant son efficacité dans son fonctionnement.

Face aux défis de la pauvreté et de la faible employabilité des jeunes, le Gouvernement du Mali a signé un Accord de financement avec le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) en janvier 2014. Cet accord vise à financer la mise en œuvre du Projet FIER sur une période de huit (8) ans. L’objectif du projet est de faciliter l’accès des jeunes ruraux à des opportunités d’insertion et d’emplois attractifs et rentables dans l’agriculture et les activités économiques connexes.

Le projet FIER comprend trois composantes, notamment le renforcement des capacités institutionnelles et de l’offre de formation, l’insertion et le soutien aux initiatives des jeunes ruraux, ainsi que le suivi-évaluation, la coordination et la gestion. Sur une durée de huit ans, les coûts totaux du projet s’élèvent à 28,100 milliards de FCFA, avec la clôture de sa première phase en septembre 2021 et une seconde phase en cours d’élaboration.

La vérification de performance du Bureau du Vérificateur Général (BVG) pour la période allant du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2021 a conclu que malgré certaines faiblesses dans la mise en œuvre du projet, les résultats obtenus sont satisfaisants et démontrent une certaine efficacité du Projet FIER. Grâce à celui-ci, de nombreux jeunes ruraux ont pu accéder à une qualification professionnelle et créer leurs propres entreprises, contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté dans les zones d’intervention du projet.

Cependant, des lacunes subsistent, telles que l’absence d’intermédiation du projet FIER entre les jeunes ruraux et les caisses de microfinance, le manque de formation technique préalable au démarrage des projets, et la non-rétrocession des subventions à certains jeunes ruraux, malgré le remboursement de leurs prêts.

Recommandations

Le BVG recommande au Coordinateur de l’Unité de Coordination Nationale du Projet FIER d’harmoniser les relations contractuelles avec les jeunes ruraux et les caisses de microfinance, de garantir la formation technique préalable au début des projets et d’améliorer la rétrocession des subventions aux jeunes ruraux en fixant un délai et en veillant à son respect par les caisses de microfinance.

L’application de ces recommandations devrait renforcer la performance du Projet FIER, déjà considéré comme efficace par le Bureau du Vérificateur Général.

Ahmadou Sékou Kanta

Source : L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *