Transition : LE PRVM-FASOKO encourage la dynamique enclenchée par les autorités

C’est en substance le message transmis par le président du parti du Dromadaire, Mamadou Oumar Sidibé, à l’occasion de sa traditionnelle rencontre de fin d’année avec la presse.

L’année qui vient de s’achever, a été éprouvante pour le Mali, a souligné d’entrée de jeu, le premier responsable du PRVM-Fasoko. Et Mamadou Oumar Sidibé d’expliquer que le «pays, déjà fortement embourbé dans une crise multidimensionnelle depuis plus dix ans», a subi de plein fouet les sanctions illégales et inhumaines de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et de l’Union monétaire ouest-africaine (Uemoa), la crise sanitaire et la guerre en Ukraine.

«Malgré ce tourbillonnement, les autorités de la Transition, avec la résilience du peuple malien, ont su surmonter les difficultés occasionnées par ces crises», s’est félicité Mamadou Oumar Sidibé.

«Le PRVM-Fasoko, poursuivra-t-il, a toujours prôné la rupture avec l’ancien système et les anciennes pratiques dans notre République. Il encourage les autorités de la Transition à poursuivre la création d’un dynamisme endogène de libération patriotique dans le cadre de la refondation du Mali avec l’avènement de la 4è République réclamée par notre parti depuis sa création».

Le parti du Dromadaire salue et encourage la dynamique enclenchée par les autorités de la Transition relative au «respect de la souveraineté du Mali, au respect des choix stratégiques et à la défense des intérêts du peuple». Mamadou Oumar Sidibé a assuré que le parti va continuer à prôner la politique de rassemblement dans la diversité, invitant les forces vives de la nation à plus d’unité et de convergence face aux défis qui se multiplient.

Il s’agit, entre autres, des réformes politiques et institutionnelles, du retour de l’administration dans les zones libérées, du retour à l’ordre constitutionnel dans la paix et la sécurité, du retour des populations déplacées et du rétablissement des relations internationales mises à rude épreuve.

Le conférencier a rendu un hommage particulier aux Forces de défense et de sécurité maliennes et aux soldats de la paix investis dans la lutte contre le terrorisme et les crimes organisés depuis 2012. «Le PRVM-Fasoko rend hommage aux soldats tombés au champ d’honneur en défendant l’intégrité de notre territoire.

Le parti salue la mémoire des paisibles populations civiles, victimes de ces actes barbares et lâches, et souhaite prompt rétablissement à tous les blessés. Notre parti est convaincu que le pays aura raison des forces du mal», insistera Mamadou Oumar Sidibé, avant d’exhorter les autorités de la Transition à faire un diagnostic sans complaisance de la situation sécuritaire afin de mettre fin aux souffrances des Maliens.

Actualité oblige, le président du parti du Dromadaire a également évoqué la grâce accordée aux 49 militaires ivoiriens par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta et les élections générales prévues cette année.

Sur le premier point, le parti du Dromadaire se réjouit du dénouement heureux de l’affaire et invite Maliens et Ivoiriens à travailler main dans la main pour renforcer les relations séculaires qui existent entre les deux pays. Concernant les échéances électorales qui attendent les Maliens, dès février 2023, elles seront un grand défi pour les autorités de la Transition, dira Mamadou Oumar Sidibé. «Nous rentrons dans la dernière ligne droite de la Transition. Sa réussite dépendra de l’organisation d’élections apaisées, crédibles et transparentes».

Pour mémoire, le coup d’envoi des élections générales sera donné en février 2023 avec le scrutin du référendum. Suivront ensuite les élections des conseillers des collectivités territoriales, des députés et du président de la République. Pour la présidentielle, le collège est convoqué en octobre 2023, alors que la campagne électorale du 1er tour et du second tour est fixée en février 2024.

Soulemane Bobo Tounkara

Source : l’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *