Semaine nationale de lutte contre la corruption : l’édition 2022 appelle à la mobilisation de tous

L’Édition 2022 de la Semaine nationale de lutte contre la corruption a été officiellement lancée, ce mardi 13 décembre. Une cérémonie de lancement présidée par Ikassa Maïga, ministre de la Refondation de l’Etat. C’était en présence de Moumouni Guindo, président de l’Office Centrale de lutte contre la Corruption et l’Enrichissement Illicite (OCLEI).

« Construire un monde uni contre la corruption ». Tel est le thème de l’Édition 2022 de la Semaine nationale de lutte contre la corruption. Pour le ministre de la Refondation de l’Etat, ce thème met en lumière la nécessité d’agir ensemble contre la corruption au Mali. Le Gouvernement de la transition est conscient, selon le ministre, de l’ampleur de la corruption dans notre pays. C’est pourquoi, a souligné Ikassa Maïga, « il est inscrit dans le Plan d’action du gouvernement de la transition, l’élaboration d’une stratégie nationale de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption ».

Le thème de l’Édition 2022 de la Semaine de lutte contre la corruption a été choisi par l’ONU et adopté par le Mali. Ainsi, une série d’activités sont prévues à Bamako et à l’intérieur du pays notamment à Diola, Kati, Koutiala et Kéniéba. Les services comme la direction générale des impôts, le Centre de formation des collectivités sont au cœur des activités de la semaine.

La lutte contre la corruption est un devoir et une responsabilité pour chaque Malien. «Nous avons tous un rôle à jouer contre la corruption et l’enrichissement illicite », a indiqué Moumouni Guindo. Aux dires du président de l’OCLEI, la corruption freine le développement, et son impact annuel se chiffre, selon la Banque africaine de développement, à 148 milliards de dollars en Afrique, soit 25% du PIB du continent africain.

La situation de la corruption est grave et l’OCLEI choisit la sensibilisation à travers l’organisation de la Semaine nationale de lutte contre la corruption. Une responsabilité assignée à l’Office par la loi afin de mettre en œuvre l’ensemble des mesures au niveau national et international.

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *