Rokia Traoré arrêtée à Rome et son concert annulé

Rokia Traoré arrêtée à Rome et son concert annulé

Le concert « Vénus en Musique » de Rokia Traoré prévu au Colisée de Rome, le 23 juin 2024, a été annulé suite à l’arrestation de la chanteuse malienne, dès son arrivée en Italie. Un mandat d’arrêt européen, émis par la justice belge, la visait.

Cette affaire, enclenchée en 2019, découle d’un conflit autour de la garde de sa fille mineure, résidant avec sa mère au Mali. La justice belge accuse Rokia Traoré d’« enlèvement, séquestration et prise d’otage » pour avoir manqué de respecter un jugement accordant la garde exclusive de l’enfant à son père, le Belge Jan Goossens.

Rokia Traoré privilégie les scènes africaines
Rokia Traoré conteste fermement ces accusations et a fait appel de la décision. Depuis ses démêlés judiciaires, elle a réduit ses déplacements en Europe, privilégiant les scènes africaines. Son arrestation a suscité une vague de soutien de la part de ses fans et du monde artistique. De nombreux messages de solidarité ont inondé les réseaux sociaux.

Retour sur le processus ayant mené à la condamnation de Rokia Traoré. En 2019, un jugement du tribunal de première instance de Bruxelles accorde la garde exclusive de leur fille à Jan Goossens. Rokia Traoré fait appel de cette décision.

La garde d’enfants binationaux en question
En juin 2020, la cour d’Appel de Bruxelles confirme le jugement de première instance. Rokia Traoré refuse de s’y conformer et continue de vivre avec sa fille au Mali. En octobre 2020, un mandat d’arrêt international est émis à son encontre par la Belgique. Rokia Traoré est arrêtée à plusieurs reprises en Europe, notamment en France et en Italie.

Elle a notamment été incarcérée pendant deux mois à la prison de Fleury-Mérogis en 2020. Ce 22 juin 2024, elle est de nouveau arrêtée à Rome à son arrivée pour un concert. L’affaire Rokia Traoré soulève des questions importantes sur les droits des femmes, la justice transnationale et la garde d’enfants binationaux.

Afrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *