Respect du chronogramme électoral : Poulo doute de la « bonne foi » de certains dirigeants de la transition

La Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) a lancé, ce samedi 17 décembre, les travaux de son 3ème Congrès ordinaire. Dans son discours d’ouverture du Congrès, le président du parti, Housseini Amion Guindo dit «Poulo » a dressé un tableau inquiétant des défis actuels, et fait des propositions pour une transition réussie.

-maliweb.net– Le troisième congrès ordinaire est l’occasion, selon le président de la CODEM, «d’augurer le combat du parti pour le futur en fonction du contexte actuel du Mali ». Le congrès, a ajouté Housseini Amion Guindo, est aussi l’occasion de faire une «offre politique » surtout aux autorités de la transition. Le contexte, a-t-il rappelé, est marqué entre autres par : la vie – extrêmement – chère ; des grèves en cascade sur le front social ; une situation économique très grave ; la montée en puissance des groupes terroristes, notamment l’ÉIGS et le JNIM….

« Je répète… »

« Je vais le répéter trois fois comme on aime à le faire en ce moment au Mali », a indiqué le président de la CODEM, dans un tonnerre d’applaudissements. « Comment reformer, si l’on ne veut pas prendre de risque ? », a interrogé le président Guindo en se répétant trois fois comme promis. A ses dires, une « liste d’ingrédients » remet en cause la fiabilité du Programme d’Action Gouvernemental, l’agenda politique de la Transition. « Il y a des risques susceptibles d’entraver le respect des chronogrammes relatifs aux élections référendaire, communales, régionales, législatives et présidentielle qui ont été rendus public par le gouvernement le 3 juillet 2022 », a souligné Poulo.

Aux dires du président de la CODEM, certains acteurs de la transition travaillent à saboter le chronogramme établi. « De toute évidence, il y a des signes qui nous permettent de douter de la bonne foi de certains acteurs de premier rang », a-t-il affirmé. En citant, entre autres : la violation de la nouvelle Loi électorale dans la mise en place des structures de l’AIGE; le manque d’un dispositif transparent et inclusif d’approbation des candidatures aux prochaines élections. Pour ces raisons, le président de la CODEM appelle le président Assimi Goïta à « s’impliquer personnellement pour apaiser les tensions avec la classe politique et la société civile afin de créer des conditions idoines pour des élections crédibles et acceptées de tous ».

Devant les partis amis invités notamment le PS-Yeleen Kura, l’URD, ou encore le RPM, Poulo a fait des propositions pour une transition réussie et une sortie de crise définitive au Mali. Ainsi, le président de la CODEM fait quatre propositions à savoir : dialoguer avec les principales formations politiques et la société civile; l’association de tous les acteurs politiques à la préparation et à l’organisation des élections prochaines; le démarchage de tous les groupes armés nationaux afin de les encadrer et d’isoler les groupes d’origine extérieure qui constituent, selon lui, la plus grande menace à la stabilité, à la paix et à la réconciliation.

Mamadou TOGOLA/maliweb.nry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *