Rapport des Nations Unies sur les évènements de Moura : Une entorse pour l’axe Bamako-Washington

Les relations diplomatiques entre le Mali et les Etats-Unis d’Amérique n’ont pu être épargnées des corollaires du rapport de la Commission des droits de l’Homme des Nations unies sur les événements de Moura. Ce rapport étant le socle sur lequel les USA se sont appuyés pour décider des restrictions de visa à l’encontre de deux officiers de l’Armée malienne, le Mali, déjà sur la défensive depuis ses accointances avec les Russes de Wagner, a vigoureusement réagi, assenant du coup un coup à ses relations avec le pays de l’Oncle Sam.

Lorsque le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique décidait le 25 mai dernier d’imposer des restrictions de visa à l’encontre de deux officiers de l’Armée malienne, pour leurs actes présumés dans les évènements de Moura, c’est peut-être sans compter sur la réplique du gouvernement malien abonné depuis un certain temps aux critiques acerbes. Il n’a pas fallu plus que ces restrictions pour que les autorités de la Transition malienne voient en l’attitude des Américains une campagne de désinformation contre le Mali. Il s’est agi de la goutte d’eau qui a débordé le vase et Koulouba s’est vu dans le devoir de ruminer les arêtes restées au travers de sa gorge. La plus récente de ces arêtes est l’accusation formulée par le Porte-parole du Département d’Etat américain, lors d’un point de presse, et relative à un prétendu rôle que le Mali aurait joué pour faciliter la fourniture d’armes dans le conflit opposant la Russie à l’Ukraine.

“Cette situation s’ajoute à celle créée quelques jours auparavant, le 22 mai 2023, par l’accusation formulée par le Porte-parole du Département d’Etat américain, lors d’un point de presse, et relative à un prétendu rôle que le Mali aurait joué pour faciliter la fourniture d’armes, dans le cadre d’une crise pour laquelle le Mali a observé la stricte neutralité lorsque les aspects substantiels étaient examinés. En réaction à cette accusation du Département d’Etat, le 25 mai 2023, quelques heures avant l’annonce des sanctions contre les deux officiers Maliens, dans une démarche constructive, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali a convié l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique au Mali, pour lui signifier, entre autres, l’extrême gravité des fausses accusations portées contre la République du Mali. En plus de la nature infondée des allégations, le Gouvernement de la Transition dénonce leur légèreté confirmée par le Porte-parole du Département d’Etat américain. A titre de rappel, ce dernier a avoué lui-même que : ‘à date, nous n’avons aucune indication que ces acquisitions aient été finalisées ou réalisées’”, a publié le gouvernement du Mali dans son communiqué n°053 du 27 mai dernier.

Une deuxième action qui impacte négativement la coopération bilatérale selon le gouvernement du Mali est le refus des Américains de livrer en 2021, un avion de l’armée de l’air Malienne “le Casa”. Enfin Bamako a aussi mentionné le silence “troublant” des Etats-Unis face au bombardement le 3 janvier 2021 de paisibles citoyens à Bounti ; bombardement dont la France serait responsable. “A travers cette attitude des Etats-Unis d’Amérique, précédée de leur refus de livrer en 2021, un avion de l’armée de l’air Malienne «le Casa» le gouvernement de la Transition est contrarié par ces actions qui impactent négativement la coopération bilatérale, à un moment où le Mali lutte obstinément contre la junte française, promotrice du terrorisme dans le Sahel.

Saisissant cette occasion, le Gouvernement du Mali rejette avec force l’instrumentalisation et la politisation des droits de l’Homme pour des visées géopolitiques et dénonce la politique des «deux poids deux mesures». A ce sujet, le gouvernement de la Transition rappelle au gouvernement des Etats-Unis d’Amérique son silence troublant, suite au bombardement par la France, le 3 janvier 2021, de paisibles citoyens maliens qui célébraient un mariage à Bounti, malgré que la responsabilité de la France ait été établie par la Minusma.

Face à la complexité de la crise sécuritaire au Mali et dans la région, les mesures unilatérales inconsidérées sont contre-productives, voire dangereuses et ne feront que renforcer les groupes terroristes et les forces obscurantistes qui se sont renforcés, depuis l’intervention militaire en Libye et contre lesquels se battent nos vaillantes FAMa.

Le gouvernement de la Transition lance un appel au gouvernement des Etats-Unis d’Amérique pour l’arrêt de la campagne de désinformation contre le Mali et l’invite à respecter les trois principes définis par SE le colonel Assimi Goïta, président de la Transition, chef de l’Etat et qui guident l’action publique au Mali, à savoir :

Le respect de la souveraineté malienne ;

Le respect des choix stratégiques et des choix de partenaires opérés par le Mali ;

La prise en compte des intérêts du Peuple malien dans toutes les décisions”, a écrit le gouvernement du Mali dans son communiqué comme pour signifier aux yeux du monde que plus rien ne sera comme avant.

 André Segbedji

Source : Aujourd’hui Mali 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *