Rapport des Nations unies sur le Mali : Le secrétaire général salue les progrès politiques

Le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minsuma) court dans notre pays jusqu’au 30 juin prochain. à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire général a fait un rapport sur l’état des lieux chaque trois mois.

Le dernier rapport en date est donc sorti ce mois de janvier. Il décrit un tableau panoramique de la situation au Mali, allant du contexte politique à l’Accord de paix d’Alger en passant par la problématique sécuritaire, les droits humains, le développement économique, etc.

Le rapport informe le Conseil des efforts consentis par le Mali dans la mise en œuvre des recommandations formulées lors des Assises nationales de la refondation et des avancées enregistrées dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, même s’il note des difficultés apparues après que les mouvements signataires ont décidé de suspendre leur participation au mécanisme de suivi de l’Accord jusqu’à la tenue d’une réunion avec l’équipe de médiation internationale, destinée à discuter de l’avenir du processus de paix.

Il fait un survole général des actions entreprises par rapport au projet de constitution et la mise en place des membres de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE).

À l’instar des précédents rapports, la Minusma souligne les actions qu’elle mène pour soutenir les efforts de stabilisation entrepris par les autorités de la transition. Ainsi, la mission affirme, entre autres, avoir mener avec les Forces de défense et de sécurité maliennes 81 patrouilles coordonnées à Gao, Ménaka, Mopti et Tombouctou, dont cinq patrouilles de longue distance à Bara et Gargouna (Région de Gao), afin d’améliorer la circulation sur ces axes et de sécuriser les foires et les marchés.

Mais constatant l’intensification des actions des groupes armés signataires de l’Accord de paix pour contrer la progression des groupes extrémistes dans le nord, la mission prévient que cette offensive des mouvements signataires en dehors des zones convenues dans l’Accord pourraient fragiliser le cessez-le-feu et accroître les risques de rupture involontaire du statu quo.

S’agissant de la sécurité des soldats de la paix, la Minusma s’alarme des attaques perpétrées contres ces derniers par les groupes terroristes avec son lot de morts et de blessés tout en attirant l’attention sur l’afflux croissant de personnes déplacées vers les centres urbains.

Cependant, elle note une certaine amélioration du rétablissement de l’autorité de l’État dans le nord et le centre du pays, une amélioration à laquelle elle affirme avoir apporté son concours. Quant à la situation des droits humains, le rapport souligne que «les attaques perpétrées par des groupes extrémistes violents contre des civils ont représenté la majorité des atteintes recensées”.

Parlant de l’impact du conflit sur les enfants, le rapport indique que quelque 1.950 écoles restent fermées, affectant plus de 587.000 enfants, en particulier dans la Région de Mopti. S’agissant de la liberté de circulation de son personnel, la mission se plaint des restrictions de mouvement, restrictions qui, selon elle, rendent de plus en plus difficile l’accomplissement de sa mission dans différents secteurs.

En outre, le rapport estime que bien que “des efforts aient été déployés pour remédier aux problèmes de sécurité dans le pays, force est de constater que le niveau et la fréquence des incidents violents restent exceptionnellement élevés…”.

Selon le document, “les attaques menées contre les civils par les groupes terroristes, les luttes d’influence qui opposent ces derniers et les activités violentes menées par les milices communautaires restent une réalité quotidienne qui suscite l’inquiétude, tout comme les attaques perpétrées contre les Forces de défense et de sécurité maliennes et la Minusma”.

Selon nos informations, les autorités nationales ont élaboré leur réponse au rapport qui fera l’objet d’une rencontre le 27 janvier entre le Mali et le Conseil de sécurité à New York. En attendant, la mission affirme que la capacité opérationnelle de son équipe spéciale mobile de Gao a été fortement affectée par le retrait du contingent suédois et la fin des opérations des contingents britanniques.

Correspondance particulière

Mamady KABA

Source : l’Essor 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *