PRIX DU MOUTON DE TABASKI : De plus en plus vertigineux

Alors que la communauté musulmane se prépare à célébrer, le 28 juin 2023, la fête de Tabaski, le prix du mouton ne ce cesse de prendre de l’ascenseur. En cette veille de la fête à Bamako, les prix varient entre 125.000 et 400.000 FCFA.

À l’approche de la fête de Tabaski, de nombreux fidèles musulmans se préparent à accomplir leur devoir religieux en offrant un bélier à Dieu. Cependant, une semaine avant cette célébration, les prix des moutons atteignent des niveaux exorbitants, ce qui pose un défi financier pour de nombreuses familles.

Ce constat a été confirmé par plusieurs vendeurs, qui estiment que cette augmentation des prix s’explique par divers facteurs, notamment l’insécurité dans le centre du pays, la hausse du prix des aliments pour bétail sur le marché et l’implication des courtiers dans la vente des moutons dans différents points de vente de Bamako.

Selon certains vendeurs de moutons, l’insécurité dans les régions d’élevage, en particulier dans la région de Mopti, pose de nombreuses difficultés pour le transport des moutons vers Bamako. “Les attaques des groupes djihadistes contre les transporteurs de moutons sont fréquentes. Certains se font parfois exproprier de toutes leurs marchandises en cours de route, ce qui explique pourquoi les prix des moutons sont aujourd’hui si élevés”, a expliqué Oumar Traoré, un vendeur venu de Bandiagara.

Il semble que les prix de cette année soient encore plus élevés que l’année précédente. Selon Lassana Sow, cette différence s’explique principalement par l’augmentation des frais de transport. “Auparavant, le coût du transport était compris entre 550 000 et 660 000 FCFA par camion, mais cette année, nous avons transporté les mêmes marchandises pour la somme astronomique de 1 450 000 FCFA”, a-t-il déclaré au Garbals de Niamana. Les vendeurs de moutons redoutent une flambée des prix, car ils pourraient avoir du mal à vendre leurs bêtes et être contraints de les brader après la fête.

À Faladié Garbal, la difficulté d’approvisionnement a été évoquée par Ablaye Cissé, qui estime que les prix peuvent varier à tout moment. “La manière dont nous obtenons les animaux et les différentes charges que nous payons en cours de route sont la principale raison de la hausse des prix”, a expliqué ce vendeur, ajoutant que les prix peuvent varier en fonction de la réalité du marché.

Dans le marché de Sabalibougou, situé dans la commune IV du district de Bamako, l’ambiance est plutôt morose, car on constate la présence de quelques clients seulement. Un client à la recherche d’un bélier pour la fête se plaint des prix élevés des animaux disponibles. “Les moutons sont vraiment chers partout où je suis passé. Je n’arrive pas à en trouver à un prix raisonnable”, a déclaré le client.

La hausse des prix des moutons pose un défi pour de nombreux fidèles qui aspirent à célébrer la fête de Tabaski dans la tradition, mais qui doivent faire face à des contraintes financières importantes.

Adama B. Konaté

Source : l’Observatoire 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *