PR SALIKOU SANOGO SUR LA CRISE A L’URD : « Les textes du parti nous donnent raison »

Réuni à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, le samedi 22 janvier 2022, sur fond de crise interne, le parti de feu Soumaila Cissé a présenté ses vœux à la presse. Occasion pour le 1er vice-président de l’URD, Pr. Salikou Sanogo, de soutenir que textes du parti donnent raison à son clan sur celui de Gouagnon Coulibaly.

L’Union pour la République et la Démocratie (URD), poids lourd dans la politique malienne, a obéi à sa traditionnelle présentation de vœux à la presse, le samedi 22 Janvier à l’hôtel de l’Amitié de Bamako. Au nom du parti URD, le Pr Salikou a formulé ses vœux de santé, de succès, de bonheur au nom du parti à l’ensemble des médias mais aussi envers tout le Mali. 

Dans son allocution, il a laissé entendre que l’année 2021 a été particulièrement difficile pour les journalistes. Selon lui, en 2021, 46 journalistes et collaborateurs ont été tués, selon le bilan publié par l’ONG Reporters sans frontières. Même si ce chiffre est à la baisse, il estime qu’il faudra remonter à l’année 2003 pour retrouver un nombre de tués inférieur à 50 journalistes, ‘’c’est tout simplement inadmissible et révoltant. A la mi-décembre 2021, RSF recense 488 journalistes et collaborateurs de médias derrière les barreaux du fait de leur profession, ce qui représente une augmentation de 20 % en un an’’. « Ce chiffre en hausse est inquiétant et requiert une prise de conscience réelle à tous les niveaux de la nécessité de mieux protéger les journalistes », s’est-il alarmé. 

Par ailleurs, il a repris les propos du secrétaire général de RSF, Christophe Deloire qui affirmait que ‘’le journalisme est le meilleur vaccin contre la désinformation’’. Cependant, Pr Salikou regrette que sa production et sa distribution soient trop souvent bloquées par des facteurs politiques, économiques et technologiques, et parfois même culturels. « Face à la virilité de la désinformation par-delà les frontières, soutient-il, sur les plateformes numériques et les réseaux sociaux, le journalisme est le principal garant pour que le débat public repose sur une diversité de faits établis ».

Occasion pour lui de présenter aux familles des victimes et au monde de la presse, ses condoléances les plus attristées. « Je ne cesserai jamais de rappeler que l’URD est disposée à approfondir et à appliquer toutes les initiatives visant à protéger les journalistes contre ces exactions indignes de notre époque ».

De la 108ème place en 2020 selon le classement publié en 2021, le Mali est passé à la 99ème place, une amélioration notable suite à la baisse des exactions dans notre pays. Cependant, Pr Sanogo a interpellé les autorités compétentes pour que toute la lumière soit faite sur la disparition, depuis 2016, du journaliste Birama Touré. « Autant nous prônons le respect par les journalistes des règles déontologiques de leur profession, autant nous condamnons fermement les actes d’intimidations et les menaces à l’encontre des journalistes », a persisté le président par intérim de l’URD.

 Quid de l’année 2022 ? 

Aux dires du président intérimaire de l’URD, l’année 2021 fut une année difficile pour le peuple malien confronté à différents défis exacerbés par des ‘’sanctions inappropriées’’ de la CEDEAO ». Il a souhaité ardemment que l’application judicieuse des conclusions des Assises nationales de la Refondation permettent au Mali de retrouver son honneur, la stabilité, la paix, la concorde et la prospérité. « Je ne me lasserai jamais de rappeler notre attachement indéfectible à la République, à la Démocratie, à l’État de droit, à la justice et à l’égalité citoyenne », a réaffirmé Pr Sanogo. 

Pr Salikou Sanogo a admis que le parti ‘’traverse des difficultés depuis le décès de notre Président’’, lesquelles se sont traduites par la tenue d’une conférence extraordinaire du parti, le samedi 16 janvier 2022 et l’élection d’un nouveau président, Gouagnon Coulibaly, ex-député du parti, en remplacement du président intérimaire Salikou. 

La réplique de ce dernier ne s’est pas faite attendre. « Nos propres militants et nos propres cadres sont en train de vilipender le parti sur les réseaux sociaux », a regretté Pr. Salikou Sanogo. Qui a explicité : « Nous allons suivre les textes. Nous sommes dans la mouvance du rassemblement. Nous allons continuer à travailler pour sauver le parti de Soumaïla Cissé. Les textes du parti nous donnent raison ».

Pour conclure, Me Boubacar Karamoko Coulibaly a balayé du revers des mains tout « bicéphalisme à l’URD ».

Ahmadou Sékou Kanta

Source : Miroir Hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *