L’Occident doit-il craindre les relations entre la Corée du Nord et l’Iran ?

L’Occident doit-il craindre les relations entre la Corée du Nord et l’Iran ?

Les experts s’accordent à dire que la Corée du Nord avait beaucoup à observer à la mi-avril lorsque l’Iran a lancé une contre-attaque sur Israël.

Les relations entre la Corée du Nord et l’Iran sont une source d’inquiétude croissante pour les gouvernements occidentaux. Les responsables politiques américains et européens considèrent la coopération militaire entre Pyongyang et Téhéran comme une menace pour leurs intérêts géopolitiques.
À la suite d’une récente visite d’une délégation nord-coréenne à Téhéran, le département d’État américain a déclaré que Washington “utilisera tous les outils disponibles, y compris l’interdiction et les sanctions, pour faire face à de telles activités”.
La coopération entre l’Iran et la Corée du Nord découle en grande partie de l’alignement de leurs objectifs stratégiques et de leur intérêt commun à défendre leurs capacités décisionnelles souveraines, notamment en matière de défense nationale.
Depuis de nombreuses années, la Corée du Nord et l’Iran ont développé un partenariat plutôt transactionnel.
Pour comprendre l’histoire de cette relation bilatérale, il faut remonter à la guerre Iran-Irak (1980-88). Au cours de ce terrible conflit, Téhéran a cherché des alliés et des partenaires partout où il pouvait en trouver.
La Corée du Nord s’est imposée comme un fournisseur d’armes vers lequel l’Iran s’est tourné alors que de nombreux États occidentaux et arabes soutenaient Bagdad.
En fournissant à l’Iran des missiles balistiques SCUD B, des armes conventionnelles, des formations et des conseillers militaires, Pyongyang a été l’un des rares pays au monde à aider directement l’Iran pendant cette guerre.
En 1989, le président iranien de l’époque (et actuel guide suprême), Ali Khamenei, s’est rendu en Corée du Nord et a déclaré : “Si les grands pays menacent les pays progressistes, les pays progressistes doivent les menacer à leur tour… Vous avez prouvé en Corée que vous avez le pouvoir de faire face à l’Amérique”.
Une relation essentiellement axée sur les missiles
Depuis la fin de la guerre Iran-Irak, les deux pays ont continué à coopérer, leur relation portant essentiellement sur les missiles.
La Corée du Nord a aidé les Iraniens à développer des missiles avancés et Téhéran a aidé Pyongyang à fabriquer des fusées d’appoint.
Dans le passé, les deux États ont coopéré dans le domaine des sous-marins et des navires, tout en partageant des stratégies pour contourner les sanctions occidentales et en discutant des transferts de pétrole iranien vers la Corée du Nord via la Chine.
La Corée du Nord et l’Iran font partie des rares pays qui ont apporté un soutien militaire direct à la Russie dans sa guerre actuelle en Ukraine.
“La coopération est basée sur le pragmatisme – les deux pays sont soumis à des sanctions importantes et ne peuvent pas acquérir de technologies d’autres sources – plutôt que sur l’idéologie puisque l’Iran est une théocratie et que la Corée du Nord est largement hostile à la religion (autre que les cultes nationaux de la personnalité)”, a déclaré John Feffer, le directeur de Foreign Policy in Focus, à TRT World.
“Les deux pays sont unis dans leur méfiance à l’égard de l’Occident, bien qu’une grande partie de la population iranienne soit pro-occidentale sous une forme ou une autre. En général, étant donné la nature très différente des deux pays, l’absence de lien idéologique et la distance géographique qui les sépare, leur coopération militaire ne représente pas une menace énorme pour les États-Unis et l’Occident, bien que la coordination sur les questions nucléaires, y compris les ICBM (missiles balistiques intercontinentaux), modifierait évidemment cette évaluation”, a ajouté M. Feffer.
Kenneth Katzman, chercheur au Soufan Center, a déclaré à TRT World que la coopération militaire croissante entre la Corée du Nord et l’Iran pourrait remettre en question les intérêts occidentaux en raison de l’expérience de Pyongyang en matière de missiles à plus longue portée et de la possibilité que la technologie nord-coréenne permette à Téhéran de faire progresser ses activités en matière de missiles d’une manière qui préoccupe les gouvernements occidentaux.
“C’est une menace potentielle parce que la Corée du Nord a plus d’expérience avec les missiles à longue portée. L’Iran a décidé de s’arrêter à une portée de 2 000 km, ce qui englobe la région mais ne la dépasse pas. Mais la Corée du Nord a manifestement expérimenté et même testé des missiles à bien plus longue portée, avec des charges utiles plus importantes et des charges utiles à capacité nucléaire. On peut donc craindre que cette coopération permette à l’Iran de contourner certains obstacles qui ont limité sa portée”, a déclaré M. Katzman.
Variables de la politique étrangère des États-Unis et de la Russie
Les dirigeants iraniens se sont adaptés à la détérioration de leurs relations avec les États-Unis et les membres de l’UE depuis que Washington a saboté le plan d’action global conjoint (alias l’accord sur le nucléaire iranien) il y a six ans et réimposé des sanctions rigoureuses à Téhéran.
Pour contourner autant que possible les pressions occidentales, l’Iran a poursuivi sa stratégie de “regard vers l’Est”. La Corée du Nord relève de ce principe formel de la politique étrangère de la République islamique.
“Il est clair que nous assistons à la consolidation d’un bloc d’États – composé de l’Iran, de la Chine, de la Russie et de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) – dont les intérêts mondiaux sont diamétralement opposés à ceux de Washington et de ses alliés, et qui commencent à acquérir la confiance et le poids économique et militaire nécessaires pour montrer leurs muscles. Quel que soit le point de vue, il ne s’agit pas d’un défi à écarter facilement”, a déclaré à TRT World Mehran Kamrava, professeur de gouvernement à l’université de Georgetown, au Qatar.
Selon M. Feffer, l’avenir des relations entre la Corée du Nord et l’Iran dépendra en grande partie du jeu de la concurrence entre grandes puissances et des actions de la Russie sur la scène internationale, à une époque où le Kremlin cherche à réunir davantage de pays dans une “vaste alliance anti-occidentale” qui inclut Pyongyang et Téhéran.
Une victoire en Ukraine, quelle que soit la définition que la Russie donne du mot “victoire”, donnerait un coup de fouet à cette alliance, ce qui signifierait une plus grande coordination entre l’Iran et la Corée du Nord au sein d’un réseau plus vaste. Mais il est également possible qu’avec une diplomatie habile, l’Europe et les États-Unis parviennent à convaincre l’Iran de s’engager à nouveau avec l’Occident.
Le retour d’un dirigeant réformateur changerait également la donne. Mais bien sûr, le retour de Donald Trump à la Maison Blanche pousserait également l’Iran, la Corée du Nord et la Russie à se rapprocher”, a déclaré M. Feffer.
Étant donné la fluidité des alliances et des partenariats, il est impossible d’être absolument certain de ce que réservent les relations entre la RPDC et l’Iran.
Toutefois, on peut supposer que le maintien des sanctions contre Pyongyang et Téhéran aura pour conséquence que les deux pays resteront proches l’un de l’autre. Dans ces conditions, les dirigeants nord-coréens et iraniens considéreront tous deux que cette relation bilatérale sert leurs intérêts.
“Je pense que tant que les deux pays resteront soumis à de lourdes sanctions américaines, l’Iran et la RPDC auront toutes les raisons de coopérer l’un avec l’autre. La RPDC a besoin de pétrole et de nourriture, et l’Iran de technologie militaire. Les deux pays peuvent bénéficier de l’expérience de l’autre dans différents domaines”, a déclaré Sina Azodi, professeur adjoint à l’Elliott School of International Affairs de l’université George Washington, lors d’une interview accordée à TRT World.
Leçons tirées de la contre-attaque iranienne contre Israël
Les experts s’accordent à dire que la Corée du Nord avait beaucoup à observer les 13 et 14 avril, lorsque l’Iran a mené son opération contre Israël en réponse à la destruction des locaux diplomatiques de Téhéran à Damas 12 jours plus tôt.
Lorsque l’Iran a tiré des centaines de missiles et de drones sur le territoire israélien, Israël – avec l’aide des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de la Jordanie – a intercepté la majorité d’entre eux.
La RPDC et l’Iran “peuvent échanger des informations sur les systèmes de défense les plus efficaces et les moins efficaces, ce qui pourrait aider la Corée du Nord à faire face à une technologie similaire si elle vise le Japon ou la Corée du Sud – une grande partie de cette technologie est basée aux États-Unis, ce qui pourrait donc être un avantage pour Kim Jong Un”, a noté M. Katzman.
Selon M. Feffer, Pyongyang aurait utilisé la contre-attaque de l’Iran comme “un test en direct de ses missiles pour évaluer leur interaction avec les systèmes de défense antimissile, voire comme un essai en vue d’une attaque similaire contre la Corée du Sud”.
Selon lui, la rhétorique du gouvernement nord-coréen à l’égard de son voisin du Sud devenant de plus en plus hostile et Pyongyang éliminant essentiellement toute idée de réunification pacifique, il existe une possibilité inquiétante que la RPDC entreprenne une telle action.

Source : TRT Afrika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *