CEDEAO: Pourquoi le bloc de l’Afrique de l’Ouest est divisé

CEDEAO: Pourquoi le bloc de l’Afrique de l’Ouest est divisé

Alors que les ministres d’Afrique de l’Ouest se réunissaient dans la capitale du Nigeria pour une nouvelle réunion d’urgence, ils ont dû se demander quels nouveaux chocs pourraient frapper leur région, dont la stabilité et la cohésion politique ont déjà été mises à rude épreuve.

La session du conseil de médiation et de sécurité de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait été initialement convoquée pour discuter de l’annonce faite le mois dernier par les juntes militaires à la tête du Burkina Faso, du Mali et du Niger de leur intention de se retirer “sans délai” de l’organisation à 15 membres.

Mais à leur arrivée à Abuja, les ministres se sont trouvés confrontés à une toute nouvelle crise ajoutée à leur agenda : la décision du chef de l’État sénégalais, Macky Sall, de reporter l’élection présidentielle du 25 février.

Lundi, alors que les gendarmes éjectaient les membres de l’opposition de l’Assemblée nationale, ses partisans au Parlement ont voté pour repousser le scrutin au 15 décembre.

Cela a déclenché une tempête de protestations de la part de l’opposition et de la société civile, avec même le propre candidat du parti au pouvoir, le Premier ministre Amadou Ba, opposé à une décision qui ébranle jusqu’à ses fondations un pays qui était jusqu’à présent considéré comme l’une des démocraties les plus résilientes et institutionnellement enracinées d’Afrique de l’Ouest.

Lire: Le sénégal s’enfonce dans la crise après la répression de manifestations

Au moment où les États membres de la CEDEAO, dirigés par des civils, ont le plus besoin de maintenir un front uni pour défendre les règles constitutionnelles face aux régimes militaires qui ont balayé l’Afrique de l’Ouest depuis 2020, l’un des présidents démocratiquement élus les plus en vue de la région a unilatéralement changé les règles.

M. Sall a l’intention de prolonger son séjour au pouvoir de neuf mois au-delà de la date officielle du 2 avril, dans l’espoir peut-être vain de renforcer les espoirs de son camp de remporter les élections lorsqu’il finira par quitter le pouvoir.

Nombreux sont ceux qui se demandent si son objectif ultime n’est pas de faire volte-face, de renoncer à sa promesse de se retirer du pouvoir et de briguer un nouveau mandat.

La CEDEAO a déjà du mal à maintenir une pression sérieuse sur les chefs militaires de la région du Sahel, qui ont renforcé leur soutien interne en dépeignant le bloc régional comme des voisins tyranniques sous l’emprise de la France, l’ancienne puissance coloniale dans une grande partie de la région.

Les lourdes sanctions économiques imposées précédemment au Mali et maintenant au Niger ont nui à leurs populations en faisant grimper les prix à mesure que les importations essentielles étaient réduites, en affectant les finances publiques et en mettant en péril le paiement des salaires.

Mais cela n’a fait qu’engendrer un ressentiment populaire qui a renforcé le soutien aux régimes militaires, du moins à court terme.

La diplomatie douce – la médiation du Togo, qui a gardé des relations amicales avec les régimes militaires bien qu’il soit un État de la CEDEAO- semblait pouvoir apporter une percée, avec des rumeurs d’un projet d’accord sur un calendrier pour la restauration d’un régime civil au Niger, mais le pays a ensuite soudainement annoncé son départ de l’ensemble du bloc.

Le chef d’État de transition du Mali, le colonel Assimi Goïta, n’a même pas pris la peine de proposer un nouveau calendrier électoral après avoir abandonné sa promesse d’organiser des élections ce mois-ci.

Au lieu de cela, son régime a simplement publié cette semaine une nouvelle déclaration dénonçant les sanctions et réitérant sa détermination à quitter le bloc régional.

L’un des défis les plus délicats pour la CEDEAO, qui tente de résister à la vague de coups d’État et de l’inverser, est l’accusation d’hypocrisie ou de deux poids, deux mesures : l’organisation parle fermement lorsque des soldats prennent le pouvoir aux civils, mais parle rarement ou agit avec force lorsque des dirigeants civils élus organisent des “coups d’État constitutionnels” et modifient ou contournent les règles pour prolonger leur propre mandat, comme cela s’est produit en Guinée en 2020.

Et ce n’est pas le seul exemple. L’année précédente, le Togo avait adopté des amendements constitutionnels pour permettre au président Faure Gnassingbé de briguer deux mandats supplémentaires.

Au Bénin voisin, tous les partis d’opposition ont été exclus des élections législatives et, en 2021, deux des principaux candidats de l’opposition à la présidence ont été arrêtés avant les élections, puis condamnés à de longues peines d’emprisonnement.

Face à de telles manipulations et à de tels abus de la part de gouvernements civils, le protocole de la CEDEAO de 2001 sur la “démocratie et la bonne gouvernance” risque d’être interprété comme des mots vides de sens.

Les hauts responsables politiques de l’Union reconnaissent de plus en plus que cette situation nuit à son influence morale et à ses chances de mobiliser le soutien de l’opinion publique pour faire pression sur les auteurs de coup d’État afin qu’ils rétablissent la démocratie.

C’est pourquoi sa réaction au report de l’élection sénégalaise par le président Sall sera si importante.

Après que des tentatives antérieures visant à limiter à deux le nombre de mandats présidentiels dans la région ont été bloquées par certains gouvernements membres, les fonctionnaires ont exploré d’autres moyens de renforcer les règles afin de pénaliser ou de bloquer les manipulations constitutionnelles.

Mais ces changements n’ont pas encore été finalisés ou approuvés. Pour l’instant, les dirigeants civils de la CEDEAO doivent donc travailler avec les outils dont ils disposent, parmi lesquels la pression du groupe de pairs, qui constitue traditionnellement une véritable force de la culture politique régionale de l’Afrique de l’Ouest, est peut-être le plus fort. Des succès ont été enregistrés.

Le mois dernier, George Weah, le président sortant du Liberia, a cédé le pouvoir à l’opposant Joseph Boakai, après avoir gracieusement accepté sa défaite aux élections.

La médiation de la CEDEAO a persuadé le gouvernement de la Sierra Leone d’autoriser l’ancien chef d’État Ernest Bai Koroma – qui faisait l’objet d’accusations douteuses de liens avec une tentative de coup d’État manquée – à partir pour le Nigeria pour “raisons médicales”.

Cependant, dans le cas des pays plus grands ou plus influents, l’Union a généralement manqué de poids diplomatique, et parfois de volonté politique, pour imposer une adhésion significative et cohérente aux normes de gouvernance démocratique qu’elle proclame.

Face à l’insistance des régimes nigérien, malien et burkinabé à se retirer de la CEDEAO, la réunion ministérielle de jeudi s’est abstenue de toute menace ou sanction supplémentaire.

Elle a simplement noté que les juntes n’avaient pas consulté leurs citoyens sur cette décision et a ensuite présenté des arguments positifs en faveur du maintien dans l’union, afin de coopérer pour relever des défis communs tels que le changement climatique, l’extrémisme violent, les migrations et le crime organisé.

Toutefois, cette décision de s’éloigner de la confrontation ne fera probablement pas changer d’avis les chefs militaires.

Il marque la reconnaissance par la CEDEAO du fait que le rétablissement de l’unité régionale devra être un jeu à long terme, basé sur la restauration de la bonne volonté et l’attente que la pression des citoyens ordinaires des États du Sahel – y compris les millions d’immigrés installés depuis longtemps dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest – commence à se faire sentir.

Mais cela revient presque à admettre que l’extension des principes démocratiques communs au Sahel devra attendre un autre jour.

La lutte contre la nouvelle menace urgente qui pèse sur la démocratie sénégalaise ne peut être mise en veilleuse ou échelonnée.

Le pays est une pierre angulaire de la CEDEAO et, même s’il présente des lacunes, son système politique repose sur des principes et des institutions fondamentaux. Les enjeux sont énormes.

Une grande partie de la classe politique et de l’opinion publique sénégalaise s’insurge contre le report de l’élection par le président.

De nombreux constitutionnalistes affirment que le président Sall et sa majorité parlementaire n’ont même pas le pouvoir légal de modifier la date des élections ou de prolonger le mandat du chef de l’État au-delà de la fin prévue le 2 avril.

Les pressions internationales ne sont pas en reste : la commission des affaires étrangères du Sénat américain, par exemple, a accusé M. Sall de mettre son pays “sur la voie dangereuse de la dictature”.

Dans ce contexte, si la Cedeao renonce à défendre clairement les principes constitutionnels fondamentaux et opte plutôt pour une position molle à l’égard d’un dirigeant civil en exercice qui est “membre du club”, sa crédibilité déjà érodée en tant que défenseur de tout principe démocratique commun sera profondément entamée aux yeux de nombreux habitants de l’Afrique de l’Ouest.

Par Paul Melly

BBCAFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *