Pourquoi la réparation pour les crimes commis à l’époque coloniale à l’encontre des Africains est-elle cruciale ?

La Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, instituée par les Nations unies le 2 décembre, rappelle les injustices commises dans le passé à l’encontre des Africains et l’attente apparemment incessante de réparations.

Le spectre du passé opprimé de l’Afrique continue de planer sur son présent. Sima Luipert, dont l’arrière-grand-mère a été victime d’une agression de la part d’un colon blanc lors de la prise de contrôle forcée de la Namibie par l’Allemagne au début du XXe siècle, sait ce qu’il en coûte de vivre avec cette pensée.

“Ce qui s’est passé à l’époque est une injustice pour l’humanité en général”, déclare Sima, dont la famille n’a jamais reçu de réparation pour les crimes commis à son encontre il y a plus d’un siècle. “L’attente (la lutte pour la réparation) a certainement été longue. Ce n’est pas un événement. C’est un processus”, explique à TRT Afrika l’activiste, qui est également conseiller des chefs Nama en matière de réparation.

Un passé sombre

De 1904 à 1908, les colons blancs allemands ont commis un génocide contre les Nama et les Herero qui ont osé s’opposer à l’occupation de leurs terres. Des milliers de personnes de chacune des deux communautés ont été tuées. En tant que survivante de la quatrième génération du génocide, Sima a découvert cette horrible période d’oppression à travers les récits de sa grand-mère.

“L’entrée des Allemands sur les terres des Nama et des Herero a été un exercice très violent, dont le but était vraiment de prendre la terre, et de le faire à n’importe quel prix”, explique Sima. “Si cela signifiait qu’un génocide devait être commis, l’Allemagne était prête à le faire. Elle estime également que les Namibiens allemands qui ont hérité des terres prises à ses ancêtres ont été les “bénéficiaires” des crimes commis contre son peuple.

Sima, originaire d’Afrique australe, n’est pas la seule descendante de personnes dépossédées et déplacées à demander justice aux pays occidentaux qui ont sanctionné la prise de possession de terres par la force et aux bénéficiaires de ces déprédations.

Peter Kiprotich Arap Bett vit en Afrique de l’Est, mais son angoisse n’est pas moins pertinente que celle de Sima.

Peter est originaire de la communauté kenyane de Kipsigi et descend d’une des milliers de familles dont les terres ont été arrachées par les colons blancs pendant l’occupation britannique de l’Afrique de l’Est.

Son grand-père, Tapsimatee Araap Borowo, faisait partie des communautés Kipsigis et Talai violemment expulsées de leurs terres ancestrales. Pire encore, de nombreuses générations ont dû vivre dans une pauvreté abjecte depuis lors.

Le principal reproche de Peter est que le gouvernement britannique n’a jamais jugé nécessaire de présenter des excuses officielles pour les injustices passées, et encore moins de verser des réparations aux familles dont les terres ont été confisquées par la force.

Lorsque le roi Charles de Grande-Bretagne s’est rendu récemment au Kenya, des personnes comme Peter s’attendaient à ce que le monarque aille au-delà de l’expression de “la plus grande tristesse et des regrets les plus profonds” concernant les atrocités commises par les forces britanniques au Kenya.

Si le président William Ruto a fait preuve de “courage et de volonté pour faire la lumière sur des vérités gênantes” dans l’histoire de l’interaction entre les deux pays, “il reste encore beaucoup à faire pour obtenir une réparation complète”, a-t-il déclaré.

Le roi Charles n’est pas le seul monarque occidental à être critiqué à cet égard.

Lors de sa première visite officielle en République démocratique du Congo en 2022, le roi Philippe de Belgique a exprimé son “profond regret” pour les atrocités coloniales commises dans son pays.

Environ 10 à 15 millions de Congolais ont été tués directement ou à cause de la famine et des maladies pendant les 23 ans de règne de la Belgique sur le Congo – de 1885 à 1908 – lorsque le roi Léopold II, le frère de l’arrière-arrière-grand-père du roi Philippe, dirigeait le pays d’une main de fer. Parmi les nombreuses histoires d’horreur de cette période, on peut citer la façon dont les villageois congolais risquaient de se faire amputer les mains s’ils manquaient l’objectif fixé par les colonialistes pour l’extraction du caoutchouc.

Pas plus tard qu’en 2022, le parlement belge débattait encore de l’opportunité d’utiliser le mot “excuses” pour les crimes passés du pays au Congo, car certains craignaient que cela n’encourage les demandes de réparation.

Paieront-ils ?

Le président ghanéen Nana Akufo Addo a déclaré aux délégués réunis lors d’un sommet à Accra le mois dernier que des réparations devaient être versées aux familles des quelque 12 millions d’Africains réduits en esclavage par les pays occidentaux. “Il est temps que l’Afrique, dont les fils et les filles ont vu leur liberté écrasée et leurs ancêtres vendus comme esclaves, reçoive des réparations”, a-t-il déclaré lors de la conférence d’Accra sur les réparations.

Les délégués présents au sommet ont décidé de créer un “Fonds mondial de réparation” afin de réclamer les indemnisations dues aux millions d’Africains réduits en esclavage pendant la traite transatlantique. Alors que les appels à la réparation se font de plus en plus pressants, certains analystes ne sont guère optimistes quant à la volonté des pays occidentaux impliqués dans l’esclavage et les atrocités coloniales de s’acquitter de leurs obligations.

Le professeur Kamilu Fagge, de l’université Bayero de Kano, estime que, bien que la demande soit justifiable, il est peu probable que l’Occident l’accepte facilement. “Elle est juridiquement justifiée car lorsque nous parlons de justice et de droit, nous parlons de trois choses. Le premier objectif d’une loi est de punir tout acte répréhensible”, explique-t-il à TRT Afrika.

“Le deuxième est de payer ou de réparer l’injustice commise à l’égard de la personne offensée. Troisièmement, la loi doit avoir un effet dissuasif sur des actes similaires”. M. Fagge n’accepte pas l’argument selon lequel le passé doit être oublié. “Même si nous n’obtenons pas de paiement matériel et monétaire pour les préjudices subis dans le passé, cela permettra au moins à l’Afrique de tourner la page et de disposer d’une monnaie d’échange pour exercer une influence dans les affaires mondiales.

Pour des personnes comme Sima et Peter, la réparation n’est pas seulement un baume sur les blessures infligées par les injustices liées à la colonisation et à l’esclavage, mais aussi un moyen d’atténuer les problèmes économiques actuels auxquels sont confrontées leurs communautés.

………..lire l’article sur TRT Afrika

Source : TRT Afrika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *