Ouverture officielle de l’assemblée générale de la BID : Les actions menées par la BID saluées par les intervenants

Le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan d’Arabie saoudite a présidé la cérémonie d’ouverture de l’Assemblée générale de la Banque islamique de développement, à Jeddah, en Arabie Saoudite.

 L’ouverture officielle de l‘assemblée générale de la Banque islamique de développement (BID), jeudi 11 mai 2023, a été l’occasion pour le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, le secrétaire Général de l’Organisation de Coopération Islamique, (OCI) S.E. Hissein Brahim Taha, le président de la Banque islamique de développement (BID), Mohammad Al Jasser et le ministre d’Etat de l’Economie et des Finances du Bénin, Romuald Wadagni, président du Conseil des gouverneurs de saluer la BID pour les efforts consentis en faveur du développement dans les 57 pays membres.

Le ministre des Finances n’a pas manqué de mettre l’accent sur le rôle joué par le Royaume d’Arabie Saoudite dans la consolidation de la solidarité entre les pays, comme écrit dans le Saint Coran. Selon lui, l’Arabie Saoudite est le principal actionnaire de tous les membres affiliés au Groupe de la BID et est toujours à l’avant-garde de tous les pays à mesure qu’il s’agit d’apporter l’aide d’urgence aux pays touchés par les catastrophes naturelles ou souffrant d’une crise alimentaire. Elle s’emploie à mettre ses efforts et peser de tout son poids au service de la oumma islamique et du développement socioéconomique de ses peuples.

Le soutien indéfectible qu’apporte le Royaume d’Arabie saoudite au Groupe de la BID, depuis qu’il était une simple idée jusqu’à son essor et expansion, et le développement de ses ressources, est le témoignage le plus éloquent de l’intérêt que le Royaume porte à l’action

islamique commune, de son appui au développement socioéconomiques des pays membres

et des communautés musulmanes établie en dehors des pays membres.

Avec des chiffres à l’appui, le président de la BID, Mohammad Al Jasser s’est félicité et souligné les actions menées par la BID en 2022.

En 2022, les approbations annuelles nettes ont augmenté de 18,6% pour passer à 7,9 milliards de DI (10, 5 milliards de dollars) contre 8,9 milliards de dollars (6,3 milliards DI) en 2021.

Aux approbations nettes, la BID a contribué à hauteur de 3,0 milliards de dollars ; la SIFC 6,8 milliards ; la SID 0,6 milliard.

En 2022, pour les actions pour le climat, la BID a lancé son plan d’action (2022-2023) pour l’opérationnalisation de l’alignement sur l’accord de Paris dont l’objectif est d’appuyer les 57 pays membres dans leurs efforts d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques de leur permettre de tirer parti des avantages que l’accord offre.

En 2022, le financement de la BID en faveur à 1,05 milliard de dollars soit 33% du volume global des investissements approuvés par la BID.

Au de décembre 2022, le montant total des engagements du Groupe de la BID dans la riposte à la maladie à Coronavirus était de 4,67 milliards de dollars. 63 millions de personnes ont bénéficié d’un vaccin contre le coronavirus grâce à la riposte de la BID.

La répartition par secteur des approbations nettes à partir des ressources ordinaires en capital de la BID en 2022 est le suivant : transport 39,4%, agriculture 26,5%, eau assainissement et services urbains 1,8%, éducation 3,5%, Santé 15,2%, énergie 12,2%, autres 1,3%.

Toujours en 2022, le programme d’aide communautaire a approuvé 7 projets pour un montant total de 1,455 million de dollars. Au mois de décembre 2022, les dépenses cumulées au titre de l’ensemble des programmes s’élevant à 233 932 millions de dollars.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la banque islamique est déterminée à aider ses pays membres à réduire la pauvreté et les inégalités.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial à Jeddah)

XXX

Dr Muhammad Al Jasser, président de la BID : « En 49 ans, nous avons injectés 170 milliards de dollars dans les projets de développements dans les 57 pays membres » En 49 ans d’existence, la BID a injecté 170 milliards de F CFA dans les 57 pays membres de l’institution bancaire. La nouvelle a été donnée par son président Dr Muhammad Al Jasser, lors d’une conférence de presse.

Dr Muhammad Al Jasser, président BID

Les Assemblées annuelles de cette année, sur le thème « Partenariats pour parer aux crises », se sont déroulées du 10 au 13 mai 2023, à Djeddah, Royaume d’Arabie saoudite, sous le patronage du Serviteur des deux saintes mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz Al Saud.A quelques heures de l’ouverture officielle, le patron de la Banque islamique de développement (BID), Mohammad Al Jasser et le Ministre d’Etat de l’Economie et des Finances du Bénin, Romuald Wadagni, président du Conseil des gouverneurs, en marge de l’Assemblée générale de la BID qui s’est tenue à Ritz Carlton hôtel à Jeddah, ont co-animé une conférence de presse, jeudi 11 mai 2023. A la faveur de la conférence, le président de la BID a donné un aperçu des activités de son institution dans les pays membres. Selon lui, la BID en 49 d’existence a injectés 170 milliards de dollars dans les projets de développements dans les 57 pays membres. Ce qui lui fera dire que la BID est l’une des banques la plus active sur la scène internationale « qui se met à la disposition du développement réel ». A-t-il énuméré les efforts consentis dans les domaines d’interventions. En 2022, la banque a augmenté de 10% le crédit accordé pour atteindre 10 milliards de dollars contre 8 milliards en 2021. « Nous voulons maintenir le développement économique de nos pays membres », a laissé entendre le patron de la BID.L’année dernière, les opérations de l’institution financière islamique a souligné Al Jasser, ont porté essentiellement sur trois principaux domaines, à savoir : l’accélération du redressement ; la lutte contre la pauvreté et le renforcement de la résilience, et la promotion d’une croissance de résilience verte.A l’en croire, la BID a joué un rôle important au sein du Groupe de réponse à la crise des Nations-Unies, en formulant des directives et des politiques, et en mobilisant des ressources. Parlant des financements, M. Al Jasser dira que les opérations du Groupe ont surtout permis de financer la reprise post-pandémie pour un montant total de 10,5 milliards F CFA répartis entre la BID (3,0 milliards), la SIFC (6,8 milliards), la SID (0,6 milliards) et la SIACE (11,6 milliards en affaires assurées). Et d’ajouter « qu’en cette période de crise, la BID est disposée à répondre aux besoins de ses pays membres en bâtissant des économies résilientes et vertes ».Mohammad Al Jasser s’est félicité de la mention triple « AAA » qu’ils ont conservé pour la 20è année consécutive. Laquelle mention leur permet de faciliter des fonds très facilement pour le pays. Interroger sur le soutien de la banque aux micro-finances lesquels ne reçoivent pas très souvent de contributions des Etats, le président Al Jasser que ce volet figure bien dans le dispositif d’aide de la BID. « La BID a touché et continuera de toucher les couches défavorisées à travers le financement des activités génératrices de revenus. Nous avons financé des activités au profit des femmes, des jeunes et nous allons les accentués ». Le Conseil des gouverneurs, qui constitue l’organe important, à travers son président Romuald Wadagni, a attiré l’attention sur le rôle positif de la BID pour le développement économique. M. Wagani a félicité la BID à travers son président qui ne ménage aucun effort pour le développement des pays membres.Pour 2023, la BID a d’ores et déjà annoncé le financement de plusieurs projets soumis par les pays.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial à Jeddah)

XXX

Assemblée de la BID à Djeddah au royaume d’Arabie saoudite : Signature d’un Accord cadre de 500 millions de dollars entre le Mali et l’ITFC

En marge de l’Assemblée générale de la Banque islamique de développement (BID) qui se tient du 10 au 13 mai 2023, à Djeddah, le ministre des Finances, Alousseiny Sanou a paraphé un document de prêt de 500 millions de dollars avec l’ITFC.

 Mercredi, 10 mai 2023, en marge du Forum de la BID à Jeddah, en Arabie Saoudite, le la Société islamique internationale de financement du commerce (SIFC) a signé des protocoles d’accord avec des pays africains dont le Mali. Le directeur de l’ITFC Hani Salem Sonbol et le ministre malien de l’Economie et des Finances, Alhousseni Sanou ont paraphé un accord-cadre de 500 millions de dollars pour le Mali.

L’argent va servir pour le financement de plusieurs projets de développement (secteurs de l’énergie, de la sécurité alimentaire…).

Après la signature, le ministre Sanou a eu des échanges avec les hauts responsables de l’Institution sur les orientations du Mali pour le renforcement de la coopération.

Il faut dire que la coopération entre le Mali et l’ITFC est au beau fixe. L’institution a très souvent appuyé le Mali dans sa politique de développement. En 2019, le Mali à travers l’ancien Premier ministre, Dr Boubou Cissé Cissé et Hani Salem Sonbol, Président Exécutif de la société Internationale Islamique de Financement du Commerce, avaient signé un accord cadre pour la mobilisation de 300 millions dollars US pour favoriser l’exportation du coton, l’importation de carburant, pour des intrants agricoles et de denrées, l’octroi de lignes de financement aux banques locales.

En 2018, la BID a accordé 148 millions de dollars pour le financement du projet de construction de la centrale thermique de Sirakoro-Meguetana d’une capacité de 100 MW et le projet de sa construction intègre également la construction d’une sous-station de 150 kV et d’une ligne électrique de 30 kV.

Ce n’est pas tout. Toujours en 2018, dans le cadre de la prévention de la covid 19, la banque a également fait un don de 22,5 millions de dollars pour soutenir les efforts du Gouvernement du Mali….

Outre notre pays, plusieurs pays ont signé des accords de financement « murabaha » une option de prêt sans intérêt.

Les Assemblées annuelles du Groupe de la BID constituent une plate-forme importante pour les dirigeants du monde, les décideurs politiques, les praticiens du développement et autres parties prenantes pour se réunir et discuter des problèmes cruciaux de développement.

L’Assemblée générale du Groupe de la Banque islamique de développement (BID) s’est tenue du 10 au 13 mai 2023, à Jeddah au, Royaume d’Arabie saoudite sous le patronage du Gardien des deux saintes mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz Al Saud. Pour l’édition de 2023, les 57 pays membres de BID ont répondu présents.

Les travaux se déroulé au Ritz Carlton hôtel, sous le thème : « Le Partenariat : Un impératif face aux Crises ». Le thème, selon les organisateurs soulignent l’importance de la collaboration pour relever les défis auxquels sont confrontés les pays membres de la BID.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial à Djeddah)

XXXX

Assemblée générale de la BID à Djeddah : 558 millions de dollars pour le financement des projets de développement

Le conseil d’administration de la Banque islamique de développement (BID) approuve le financement de projets de développement durable et d’infrastructure d’une valeur de plus de 558 millions de dollars

Dans le cadre des Assemblées annuelles 2023 du Groupe de la Banque islamique de développement (BID), le Conseil d’administration de la Banque islamique de développement (BID), a tenu sa 351è réunion le mercredi 10 mai 2023, à Djeddah, Royaume d’Arabie saoudite, au Ritz-Carlton Jeddah.

Présidée par le président de la BID et président du groupe, S.E. Dr Muhammad Al Jasser, la réunion a approuvé un nouveau financement d’une valeur de plus de 558 millions de dollars pour cinq projets axés sur la croissance durable et inclusive et le développement des infrastructures dans les pays membres de la Banque.

Conformément à la décision des membres du Conseil, la BID a annoncé accorder une contribution de 270,57 millions d’euros (296,37 millions de dollars) à la phase 2 du projet de financement du logement rural et périurbain en République populaire du Bangladesh.

Le projet vise à construire 1 989 logements durables à plusieurs étages avec une qualité améliorée et les installations de base nécessaires. Il bénéficiera au total à 70 632 personnes à revenu faible et moyen habitant dans les zones rurales et périurbaines du pays. Mis en œuvre par la Bangladesh House Building Finance Corporation, le projet garantira une utilisation optimale des terres et économisera des terres cultivables, tout en abordant le problème du changement climatique en introduisant 55 logements résistants au climat pour les segments vulnérables aux changements climatiques et 39 logements respectueux de l’environnement pour réduire les effets de serre d’émissions de gaz.Les principales approbations du Conseil d’administration de la BID comprennent également une contribution financière de 100 millions de dollars US, dont une subvention de 35 millions de dollars US de la Fondation Bill et Melinda Gates, au projet d’éradication de la poliomyélite Phase IV en République islamique du Pakistan. Le projet est mis en œuvre par le Ministère de la réglementation et de la coordination des services nationaux de santé. Dans le cadre du projet, la BID financera l’acquisition de la plupart des vaccins antipoliomyélitiques oraux requis grâce à la fourniture d’un total de 930 006 578 doses de vaccins préqualifiés par l’OMS, qui seront déployés pour les 231,4 millions de personnes au Pakistan par l’UNICEF. L’objectif du projet est de contenir de manière permanente la propagation de tous les poliovirus, y compris le poliovirus sauvage de type 1 (WPV1) et le poliovirus circulant dérivé d’un vaccin de type 2 (cVDPV2), d’ici la fin de 2026, et de maintenir le statut « exempt de poliomyélite » du pays pour les trois années suivantes.Le Conseil a également approuvé une facilité de 100 millions de dollars pour PT Sarana Multi Infrastrukture, afin d’accélérer le développement des infrastructures en République d’Indonésie. La facilité couvrira le financement de plusieurs projets d’infrastructure situés dans différentes régions du pays. Il vise à mobiliser le financement du secteur privé pour les infrastructures et à améliorer la qualité et la durabilité globales du développement des infrastructures en Indonésie. En conséquence, la facilité contribuera à stimuler les investissements dans les infrastructures, ce qui soutiendra la croissance économique du pays, réduira la pauvreté et offrira un meilleur accès aux services de base à sa population en facilitant un meilleur accès à l’énergie, aux transports, à l’eau, aux technologies de l’information et de la communication, urbain, agriculture, éducation, santé, gestion des déchets et logement public. Des projets pour le Burkina FasoEn outre, la BID apportera une contribution financière de 40 millions d’euros (43,81 millions de dollars) au projet d’électrification et de développement de la connexion électrique en République populaire du Burkina Faso. Une fois opérationnel, le projet, mis en œuvre par la Société nationale d’électricité du Burkina Faso, améliorera les conditions de vie des populations des zones ciblées en fournissant une électricité fiable et abordable grâce à l’extension et au renforcement des réseaux de distribution et de raccordement électrique. Il comprend la construction de 113 km de lignes MT, 971 km de lignes BT, la mise en place de 132 postes MT/BT, le raccordement de 38 240 foyers et l’installation de 590 éclairages publics solaires dans les zones ciblées. Le projet devrait augmenter l’accès national à l’électricité de 25 %.En outre, le Conseil a approuvé un financement supplémentaire de 2,32 millions d’euros (2,54 millions de dollars) pour la construction du projet de route Guiba-Garango mis en œuvre au Burkina Faso par la Direction générale des routes du pays. La Banque avait initialement approuvé un financement de 45,03 millions d’euros (49,30 millions de dollars) pour ce projet, qui vise à améliorer la connectivité entre les principaux corridors de transport, tout en facilitant les activités commerciales locales dans la zone du projet pour soutenir la croissance économique. Les objectifs du projet incluent la réduction du temps de trajet et des coûts d’exploitation des véhicules. La route longue de 72 km est un tronçon de la route nationale n°17 de Guiba – Garango – Tenkodogo – Ouargaye Sangha – Frontière Togo. On estime que le projet aura un impact sur une population de 700 000 personnes.Amadou Sidibé

XXX

Célébration du cinquantenaire de la création de la BID ; Ryad accueillera les activités

C’est officiel. C’est la ville de Ryad qui accueillera l’année prochaine, les festivités du cinquantenaire de la création de la Banque islamique de développement (BID). L’annonce a été faite, au cours de la cérémonie d’ouverture officielle de l’Assemblée générale de la BID, par le ministre des Finances de l’Arabie Saoudite.

Pour le ministre des Finances de l’Arabie Saoudite, ce cinquantenaire de la BID mérite d’être fêté, en ce sens qu’en 50 ans, la BID a été au cœur du développement de ses pays membres avec des actions multiformes menées pour le bonheur de la population.

Le Président de l’institution bancaire islamique, prenant la parole n’a pas manqué de magnifier le rôle que joue la BID dans les pays membres notamment les pays en voie de développement.

La Banque islamique de développement est une institution financière internationale. L’Accord portant création de la banque a été signé le 12 août 1974 à Djeddah.

Dépendante de l’Organisation de la coopération islamique, la Banque Islamique de Développement constitue l’une des cinq entités du groupe BID. Engagée pour la dignité des populations, elle investit et participe au développement infrastructurel et social dans plusieurs dizaines de pays. Son fonctionnement, relativement proche des autres organismes financiers de développement, est basé sur les principes de la finance islamique, elle-même régie par la loi islamique.

XXX

Assemblées Annuelles 2023 de la BID : 77 Accords de Financement d’une Valeur de 5,4 milliards de dollars signés

L’assemblée générale de la Banque islamique de développement (BID) a clôturé ses travaux le 13 mais 2023, sous le patronage du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le Roi Abdallah ben Abdulaziz Al Saud. En sommes, ce sont 77 accords d’un montant de 5,4 milliards de dollars qui ont été signés.

Les Assemblées annuelles du Groupe de la (BID) se sont conclues avec succès. L’événement de quatre jours a attiré 4 452 participants de 90 pays à travers le monde ainsi que 89 organisations régionales et internationales de premier plan travaillant pour le développement durable, souligne le communiqué de clôture de la rencontre.

Tenue sous le thème : « Partenariats pour repousser les crises », la rencontre s’est achevée par l’annonce de plusieurs projets et la signature des accords de financement avec 24 pays membres. D’une valeur de 5,4 milliards de dollars, lesdits accords visent à relever les défis urgents qui entravent la croissance dans les pays du Sud, en mettant l’accent sur la santé, l’agriculture, la sécurité alimentaire, les PME, l’éducation et l’aide alimentaire, entre autres.

Le Président de la BID et président du Groupe, son excellence Dr Muhammad Al Jasser a déclaré : « Durant les quatre derniers jours, nous avons revu les questions liées au développement avec nos partenaires et les pays membres. Nous avons discuté de la situation actuelle et de l’avenir du Groupe de la BID, prenant un certain nombre de décisions importantes au cours du processus. Les résultats de ces réunions annuelles ouvriront certainement la voie à d’autres succès à venir ».

Durant l’événement, le Groupe de la BID a annoncé plusieurs projets clés et signé des accords renforçant son engagement à financer des projets de développement durable dans les pays membres. Le conseil d’administration du Groupe de la BID a approuvé des financements atteignant plus de USD 558 millions pour six projets axés sur le soutient à la croissance inclusive et au développement des infrastructures dans les pays membres.

Le Groupe de la BID a également lancé ses documents de stratégie de partenariat avec les pays membres remaniés pour l’Ouzbékistan, le Pakistan et le Niger, qui activeront le cadre d’engagement des pays du Groupe de la BID dans les pays respectifs pour soutenir le développement et la croissance multilatérale.

Dans le cadre d’un autre développement, en tant qu’administrateur du Fonds d’affectation humanitaire pour l’Afghanistan, la BID a signé sept accords pour des projets de développement durable inclusifs en Afghanistan, pour un montant total de 8 098 180 dollars américain, incluant des subventions du centre d’aide et de secours humanitaires du roi Salman.

La BID et ses partenaires internationaux de développement ont également lancé la seconde phase de son fonds « Lives et Livelihood » (LLF 2.0) dont l’objectif est de mobiliser des ressources qui soutiennent le développement économique dans 32 des pays membres les moins privilégiés de la Banque. La BID s’est engagée à une contribution de USD 325 millions de prêts hautement concessionnels au LLF 2.0, portant le total des subventions au fonds à USD 200 millions.

L’événement de quatre jours comprenait également des sessions plénières techniques et des événements parallèles axés sur un large éventail de sujets tels que la réduction de la pauvreté, le développement de l’infrastructure, l’autonomisation des femmes et des jeunes et l’action climatique.

A.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *