Nommés depuis 8 mois aux missions diplomatiques : Plusieurs ministres et conseillers bloqués à Bamako “faute de moyens financiers”

Le seul départ pour Issa Idrissa Maïga à Genève fait polémique.

Nommés depuis août 2021 aux missions diplomatiques et consulaires, plusieurs agents du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale sont bloqués à Bamako. On parle de faute de moyens financiers pour qu’ils puissent regagner leurs nouveaux postes. Au même moment, un certain Issa Idrissa Maïga, qui serait proche d’une grande personnalité, a rejoint son poste de 5ème conseiller à la Mission permanente du Mali à Genève avec sa famille. Une situation qui a suscité beaucoup de bruit au sein du département. Et face à cette situation, le Comité syndical menace d’aller en grève.

Rien ne va plus au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. La tension monte chaque jour que Dieu fait. La raison est très simple : plusieurs cadres nommés au niveau des missions diplomatiques et consulaires sont bloqués à Bamako depuis 8 mois. Ils ont été nommés à l’issue du Conseil des ministres du 25 août 2021. Jusqu’à ce jour, ils n’ont pas bougé. Et on évoque le manque de moyens financiers.

Il s’agit de 12 (2è conseillers) 5 (ministres-conseillers) 11 (1er conseillers) 8 (3ème conseillers) 16 conseillers consulaires. Sans oublier les conseillers dans divers domaines : culture, communication et un chargé du protocole.

Au même moment, un certain Issa Idrissa Maïga, nommé 5ème conseiller à la Mission permanente du Mali à Genève, a rejoint son poste depuis décembre 2021 avec sa famille. Alors que les pauvres autres agents se trouvent à Bamako en train de dormir.

“Ce qui s’est passé au ministère des Affaires étrangères est plus qu’un scandale. Personne n’a compris le départ du nommé Issa Idrissa Maïga en laissant les autres agents à Bamako, alors qu’ils sont dans le même Décret de nominations. Il est bien installé et il a commencé à percevoir ses salaires”, nous a confié un agent du département.

En tout cas, cette situation a suscité beaucoup de bruit au sein du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. “Comment peut-on régler le départ d’un 5ème conseiller et laisser les ministres-conseillers, les 1er, 2è et 3e conseillers ? Cela veut dire que le 5ème Conseiller est plus important que ces cadres ou agents. Je ne pense pas. Et on nous dit qu’il n’y a pas d’argent pour faire partir les agents. Entre temps, comment l’Ambassade va-t-elle fonctionner étant donné que les agents rappelés sont déjà rentrés ? C’est du n’importe quoi ! Alors que les Agences de voyage sont prêtes à donner des billets pour que nous puissions regagner nos postes. Malheureusement, le gouvernement n’arrive pas à se décider”, précisera une autre source.

Face à cette situation, le Comité syndical veut rentrer dans la danse. Il envisage de déposer un préavis de grève. “Vous savez, le ministre Abdoulaye Diop n’a jamais rencontré le Comité syndical depuis sa nomination. Voilà, pourquoi, le Syndicat est très remonté contre lui. Il s’apprête à déposer un préavis de grève très bientôt”, précise notre source. C’est dire que le ministre Abdoulaye Diop a vraiment du pain sur la planche parce que ce problème vient s’ajouter à la pression de la communauté internationale suite à la crise qui secoue le Mali.

Source : Aujourd’hui Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *