Moussa Ag Acharatoumane: “Il faut que nos actes reflètent nos discours “

A la faveur d’une rencontre inter communautaire tenue à Gao, en prélude au dialogue intermalien, l’honorable Moussa Ag Acharatoumane a prononcé un discours émouvant. “Il faut que nos actes reflètent nos discours “, a-t-il lancé devant une foule compacte.

« Une raison de plus aujourd’hui pour rappeler que les forces du mal sont toujours là et veulent toujours nous faire plus de mal. Et la meilleure manière de les vaincre, la meilleure manière de mettre un terme à tout ça, c’est vraiment de cultiver cette solidarité, cette entre aide entre nous tous sans exception aucune. A chaque fois qu’un d’entre nous meurt, il faut que les uns et les autres sachent que c’est un de nos frères, c’est un chef de famille, c’est une partie de nous qui est en train de s’en aller.

Une raison de plus pour qu’on se mette ensemble aujourd’hui pour vraiment relever les défis auxquels nos populations et notre pays sont confrontés. Aujourd’hui, parler de paix, ce n’est pas seulement parler dans un micro. Parler de paix comme notre grand-soeur l’a dit tout à l’heure, la représentante de la Kaffo, ce n’est pas seulement se réunir dans une salle “parler pour parler” ou parler pour qu’on nous applaudisse. Il faut que désormais au Mali, nous cultivons la culture des actions au-delà même des paroles. Ce qui compte, ce sont les actes.

Les actes que nous allons poser après les discours tenus ici, il faut que nos actes reflètent nos discours et que désormais nous travaillons sincèrement à réconcilier nos communautés, à accompagner nos autorités, à aider nos forces de défenses et de sécurité dans les actes qu’on pose chaque jour. Parce que souvent dans notre pays, les gens pensent que les gouverneurs et les forces de défenses et de sécurité c’est eux seulement qu’on appelle l’État.

l’État ça commence à partir du citoyen lambda. Là où il est, il faut qu’il sache qu’il représente l’ensemble de cette nation. Il est le gouverneur, il est les forces de défenses et de sécurité, il est le Président de la transition. Donc, de ce fait chacun d’entre nous, là où il est dans son quotidien, il faut qu’il sache qu’il a une responsabilité, il a un devoir vis-à-vis de sa nation, vis-à-vis de son peuple et vis-à-vis du devenir de notre pays. C’est quelque chose d’extrêmement important à ce que ça soit cultivé dans tous les actes, dans tous les gestes et dans tout ce que nous sommes en train de faire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *