Mise en œuvre des recommandations de l’ANR : Un bilan satisfaisant

Mise en œuvre des recommandations de l’ANR : Un bilan satisfaisant

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a reçu, hier au palais de Koulouba, le deuxième rapport annuel du Comité indépendant du suivi et de l’évaluation des recommandations des Assises nationales de la refondation (Cinsère-ANR). Le coordinateur du Cinsere-ANR, Me Amadou Tiéoulé Diarra, était accompagné par les membres de son organe pour cet exercice tenu en présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, des membres du gouvernement comme le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga, et des présidents des Institutions.
Avant de remettre le document au chef de l’État, Me Amadou Tiéoulé Diarra est revenu sur la méthodologie adoptée dans le cadre de la réalisation de ce travail. Les recommandations des Assises nationales de la refondation, faut-il le rappeler, étaient au nombre de 517. Elles ont servi de base pour l’élaboration par le gouvernement de Cadre stratégique de la refondation de l’État.
Dans ce document, les actions répertoriées avaient été réparties en trois catégories notamment 55 actions prioritaires, 153 actions prioritaires complémentaires et 309 actions non prioritaires pour la période de la Transition. Et le Comité indépendant avait été créé pour le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre des recommandations formulées par le peuple. Il s’est vu attribuer la mission de mesurer et d’apprécier l’exécution de ces recommandations ainsi que les progrès réalisés sur la base d’informations pertinentes et d’indicateur de résultats.

CONTEXTE SYMBOLIQUE– Le colonel Assimi Goïta a rappelé que la création du Cinsère-ANR répond à un impératif de redevabilité qui devra désormais caractériser la gestion des affaires publiques. Et selon lui, la remise de ce rapport intervient dans un contexte particulier et hautement symbolique pour notre pays. Le peuple ayant réalisé un dialogue direct pour le retour de la paix et de la réconciliation nationale. «Les résultats du dialogue vont sûrement permettre de recoudre le tissu social, de renforcer le vivre ensemble et de sceller définitivement la réconciliation nationale», appréciera le président de la Transition tout en félicitant son caractère légitime.

Tout en félicitant les membres du Cinsère-ANR, le chef de l’État a rappelé que depuis la remise de leur premier rapport, le gouvernement a compris les exigences liées à la démarche de suivi-évaluation à laquelle il a l’obligation de souscrire. . Dans cette optique, les échanges qui ont été établis entre le Cinsère-ANR et les départements ministériels avaient pour objectif de permettre aux services publics de s’approprier le Cadre stratégique de refondation de l’État afin que les différentes actions prévues puissent être réalisées selon le chronogramme défini.
S’agissant des réalisations, le président de la Transition s’est réjoui du bilan. Sur les 55 actions prioritaires, le 20 décembre ont été réalisées au 31 2023, soit 36,36%. Les actions réalisées prioritaires en cours du 31 décembre 2023 sont au nombre de 33, soit 60%. Les actions prioritaires réalisées et celles ayant connu un début de mise en œuvre représentent un total de 96,36%. Il reste encore deux recommandations prioritaires qui n’ont pas encore connu un début de mise en œuvre à savoir, la mise en place d’un juge des libertés et de la détention, et la création d’une structure de suivi-évaluation de la performance des activités du gouvernement.

FONDEMENT DU MALI KURA- Sur les 153 actions prioritaires complémentaires, 10 ont été réalisées soit à un taux de 6,53%. Les actions prioritaires complémentaires ayant connu un début de mise en œuvre au 31 décembre 2023 sont au nombre de 110, soit 71,89%. Le cumul des actions prioritaires complémentaires réalisées et celles ayant connu un début de mise en œuvre représente 78,42% des actions de cette catégorie. Le colonel Assimi Goïta a souligné que ceux-ci représentent le niveau de performance du gouvernement au regard de son engagement pour la mise en œuvre du Cadre stratégique de la refondation de l’État. Cependant, il reste encore 33 recommandations prioritaires complémentaires, soit 21,58% qui n’ont pas encore connu un début de mise en œuvre.

Sur un total de 309 actions non prioritaires, 19 ont été réalisées au 31 décembre 2023, soit 6,14%. Les recommandations non prioritaires dont la mise en œuvre a commencé sont au nombre de 121, soit 39,15% des recommandations de cette catégorie.

Sur un total de 309 actions non prioritaires, 19 ont été réalisées au 31 décembre 2023, soit 6,14%. Les recommandations non prioritaires dont la mise en œuvre a commencé sont au nombre de 121, soit 39,15% des recommandations de cette catégorie.

En plus des recommandations des Assises nationales de la refondation, le Comité indépendant a reçu des recommandations d’autres forums à savoir, celles des États généraux de la jeunesse, des États généraux de l’éducation et enfin celles des États généraux de la migration. «Vous devez continuer à travailler avec rigueur et identifier tous les problèmes quelle que soit leur nature pour pouvoir agir sur leurs causes et faire en sorte que la volonté du peuple puisse s’accomplir», a instruit le chef de l’État.

Ajoutant que le peuple malien dont il salue la résilience est attentif à tout ce qui se passe dans l’environnement national et international. Il a ainsi rappelé que les recommandations faites par les Maliens lors de l’ANR et les différents forums constituent le fondement du Mali-Kura. Ce Mali nouveau qui est celui que nous édifierons avec nos sueurs et les valeurs cardinales comme le patriotisme, la solidarité nationale et la cohésion sociale. C’est un Mali nouveau qui s’inscrit dans une vision fondée sur le respect de la souveraineté de l’État, les choix souverains du peuple et la défense de ses intérêts.
Le chef de l’État a enfin exhorté le gouvernement à persévérer dans la dynamique de mise en œuvre des recommandations des forums et le Comité indépendant à redoubler de vigilance dans l’accomplissement de sa mission de suivi et d’évaluation.

Oumar DIAKITE
source: L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *