Mali : une délégation de la médiation internationale en mission de « bons offices » à Kidal

Suite à l’interruption du dialogue entre le gouvernement de transition et les groupes armés signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation, une délégation de la médiation internationale  a effectué hier mercredi   une mission de « bons offices » dans la région de Kidal pour tenter de rapprocher les  deux parties.

Cette mission de la médiation internationale dans la mise en œuvre de  l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali a quitté hier mercredi Bamako  destination Kidal.  Selon nos informations, elle est composée essentiellement des Ambassadeurs et des Diplomates accrédités au Mali, tous membres de la Médiation Internationale  siégeant dans le  Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger. S’y ajoute des représentants  du Centre Jimmy Carter et  des observateurs indépendants  de l’accord pour  la paix et la réconciliation.  Selon  Attaye Ag Mohamed, membre  de la coordination des mouvements  de l’Azawad  (CMA),  la délégation devrait  rencontrer  plusieurs  décideurs de la ville de Kidal  pour mieux s’imprégner  des raisons  de l’arrêt de tous les Mécanismes d’interactions autour de I’accord d’Alger.

« Cette délégation de bons offices rencontrera les plus hautes autorités de la CMA conduite  par le Président Alghabass Ag Intalla, non moins Président du CSP-PSD »,  a écrit Attaye Ag Mohamed sur sa page réseau social.  La mission  de la délégation de médiation internationale intervient  après  l’interruption du dialogue entre certaines  parties prenantes   de l’accord d’Alger. Les  groupes armés signataires de l’accord regroupés au sein de la CMA  ont annoncé  la suspension de leur participation aux activités du Comité du suivi de l’accord (CSA). Exigeant dans la foulée  la tenue  d’une réunion du CSA en terrain neutre. Bamako a décliné cette demande malgré l’intervention de la médiation algérienne.

En représailles du refus du gouvernement malien  la CMA s’est retirée  de la commission de finalisation  du projet de la nouvelle Constitution de la République du Mali dénonçant  l’impasse dans laquelle se trouve l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Les tensions avec Bamako autour de l’application de l’accord auraient  favorisé les rapprochements entre  les ex-rebelles de Kidal et   le chef  du Groupes de soutien aux musulmans et à l’islam, Iyad Ag Ghaly.  Plusieurs médias  nationaux et internationaux  ont confirmé la tenue  d’une réunion entre  le chef djihadiste et les responsables des groupes armés  ainsi que plusieurs dignitaires  de la région de Kidal.

 Source : Maliweb.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *