Mali : Le colonel Assimi Goïta invite tous les Maliens aux Assises nationales de la refondation

A la veille de la célébration du 22 septembre, fête nationale du Mali, le colonel Assimi Goïta a tenu un discours-bilan de la transition. Dans un discours moyennement plus long que ses précédentes sorties, le Chef de l’Etat a rassuré les Maliens sur leur préoccupation sécuritaire. Il a aussi donné les orientations vers l’avènement du « nouveau Mali ».

 « On ne veut plus s’asseoir, on veut se lever » ; « encore des assises, pourquoi faire ? » Alors que les détracteurs des Assises nationales de la refondation s’organisent contre le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, ce dernier vient d’avoir un avocat de taille à sa cause. En s’adressant aux Maliens, ce mardi soir, le Chef de l’Etat a justifié la tenue de ses Assises. « Aujourd’hui, plus que jamais, se pose la nécessité d’entreprendre des actions courageuses pour un nouveau Mali », a affirmé Assimi Goïta. C’est pourquoi, ajoute-t-il, il faut la tenue des Assises nationales de la refondation.

Avec la présence de toutes les forces vives de la nation, Assimi Goïta estime que ces rencontres seront une « belle occasion en perspective » pour discuter de l’ensemble des préoccupations nationales afin d’impulser une vraie dynamique de changement. Un rendez-vous « historique » auquel, selon Assimi Goïta, tous les Maliens « soucieux de l’avènement d’un nouveau Mali » doivent prendre part. Tout comme sur la question de l’Organe unique de Gestion des élections, le président a tranché en faveur de son Premier ministre. « Cet organe aura l’avantage de rendre plus transparent et fiable, le processus électoral », a-t-il plaidé dans son discours.

« Aucun privilège ne sera accordé »

Dans son discours de dix minutes, le Colonel Assimi Goïta a rassuré sur la continuité de la lutte contre la corruption. « La soif de justice du peuple malien est bien compréhensible car s’appuyant sur des faits évidents de corruption », a expliqué le président de la transition. Selon Assimi Goïta, une vaste campagne d’audit des services publics est actuellement en cours par différentes structures de contrôle. « Nous rassurons le peuple malien que ses attentes seront comblées car aucun privilège ne sera accordé aux personnes impliquées », a promis le chef de l’Etat.

L’acquisition de nouveaux aéronefs, de nombreux véhicules d’opération et autres types d’engins roulants, la pose de la première pierre du premier hôpital militaire et l’ouverture « très prochaine » d’une École de Guerre au Mali sont entre autres le bilan défendu par le colonel Assimi Goïta. Cette école permettra, selon le président Assimi, aux militaires maliens d’avoir un outil efficace de réflexion, de recherche et d’analyse pour la planification et la conduite des opérations militaires.

Le Colonel Assimi Goïta ne s’est pas prononcé sur la question du délai de la transition. « Un autre grand chantier demeure », a-t-il déclaré citant : la révision ordinaire des listes électorales ; la réorganisation territoriale et le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire. Cependant, en apportant son soutien aux Assises nationales de la refondation, le Chef de l’Etat semble s’en remettre à la volonté populaire sur la prolongation de la transition.

Source : maliweb.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *