Mali : Ben le cerveau, un proche des autorités de la transition sur la sellette

Adama Diarra alias Ben le Cerveau et son mouvement Yéréwolo Debout sur les remparts se sont fait une réputation en contribuant au départ des forces françaises de la Barkhane. Aujourd’hui, le président de ce mouvement est sur la sellette à cause de ses récentes sorties médiatiques contre l’augmentation du budget de la Présidence de la République et du Conseil national de transition.

La ville garnison de Kati, située à 15 KM de Bamako, a organisé le mardi dernier contre toute attente un meeting populaire pour exiger l’exclusion de cet influent membre de la société civile. Cette localité qui constitue le bastion du mouvement Yéréwolo Debout sur les remparts se retourne contre l’un de ces fils dont elle était fière il y a seulement quelques jours. Le mardi passé, plusieurs mouvements de jeunes et les associations des épouses des militaires du camp de Kati ont battu le pavé contre Adama Diarra exigeant son limogeage au conseil national de transition. Pour cause, les Katois lui reprochent d’avoir trahi la lutte en tirant à boulets rouges sur la gestion des autorités de la transition, notamment le chef de la première institution.

Sur une radio de la place, le bouillant président de Yéréwolo Debout sur les remparts a exprimé avec virulence son opposition à l’augmentation du budget de Koulouba qui, selon lui, passera de 18 milliards FCFA à 22 milliards FCFA. « Le texte de l’augmentation du budget de la Présidence va passer devant le CNT le 16 décembre prochain. Nous allons tout faire pour qu’il ne passe pas », avait prévenu Ben le Cerveau. Sur le même plateau, il avait jugé inopportun la publication de la liste additive des 26 membres nouveaux membres du CNT qui, selon toujours lui, aura une incidence financière de plus de trois milliards FCFA sur les caisses de l’Etat. D’après lui, le budget du CNT va passer de 9 milliards FCFA à près de 13 milliards FCFA.

Ces révélations de Ben le cerveau ont été battues en brèche par Amadou Maïga, membre de la commission finance du CNT. Selon lui, le budget de la CNT a été réduit de 3,5 milliards FCFA lorsque le pays était sous embargo pendant le premier semestre de l’année. « Avec la levée de l’embargo, la loi de finance rectifiée à réattribuer sous l’ordre du ministre de l’économie et des finance 2,5 milliards FCFA sur les montants gelés. Ce qui fait que le CNT est revenu à son budget initial », explique Amadou Maïga, précisant que la prise en charge de la liste additive des 26 nouveaux membres du CNT coûte 800 millions FCFA pour les deux derniers mois de l’an 2022. Ce membre de la commission finance du CNT d’admettre l’augmentation du budget de la Présidence. Il justifie cette augmentation sans préciser les chiffres par les nouvelles mesures sécuritaires que les autorités ont prises suite à l’attaque terroristes contre le camp de Kati.

Les manifestants de Kati n’entendent pas et n’expliquent pas les raisons des propos de Ben le Cerveau de cette manière. Pour certains, ses prises de position sont déloyales à l’endroit des autorités de la transition et sont non conformes à son statut de membre du Conseil national de la transition. « Nous manifestons contre les ennemis du pays tels que Ben le Cerveau et ses compagnons », a qualifié la présidente des femmes de Kati, Mme Coulibaly Fatoumata Keïta, vêtue pour la circonstance en treillis militaire.

Adama Diarra dit Ben le Cerveau qui s’est fait une réputation à travers les manifestations demandant le départ des troupes françaises et la Mission des Nations-Unies au Mali est contesté par ses alliés d’hier. Depuis ces propos, son honneur est jeté en pâture, voué à toute sorte de gémonies et de qualificatifs péjoratifs. Le week-end dernier, un audio non identifié attribué à Ben le Cerveau a fait le tour des réseaux sociaux et les messageries wahsapp. S’y ajoute aux articles anonymes qui qualifient Ben le cerveau de marcher sur les traces d’autres leaders de la société civile tels que Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath et Issa Kaou Djim, tous tombés dans un oubli total.

Pour sa part, Ben Le Cerveau continue à réaffirmer le soutien de son mouvement aux autorités de la transition. Ajoutant qu’il est trop engagé dans le combat pour la quête de la souveraineté du Mali pour trahir le colonel Assimi Göita.

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *