“Ma mission se termine le 2 avril”, a annoncé Macky Sall

“Ma mission se termine le 2 avril”, a annoncé Macky Sall

Le président Macky Sall a insisté sur sa volonté de quitter le pouvoir le 2 avril. Mais il n’a pas précisé de date pour l’élection présidentielle. Le chef de l’Etat a notamment annoncé l’organisation d’une concertation nationale inclusive à laquelle prendront part tous les acteurs politiques, quels qu’ils soient, dans le respect des possibilités que lui offrent les lois du pays.

“Quelle est, selon vous, l’échéance appropriée pour définir le meilleur délai ? Le meilleur délai veut dire le délai le meilleur !”, dit M. Sall.

Serein, imperturbable et parfois taquin, le président Macky Sall a répondu sans ambigüité, en français puis en Wolof, aux différentes questions des journalistes. M. Sall n’annonce, en revanche, aucune date précise pour la tenue de l’élection présidentielle. “Il ne m’appartient pas, au moment où je vous parle, de dire, l’élection aura lieu le «3 mars ou je ne sais quelle autre date. Lundi, la concertation nationale sera saisie et puis, nous discuterons de tout cela.”

Lire: Sénégal : Macky Sall « pas opposé » à la libération d’Ousmane Sonko

Dialogue politique
Le 26 et le 27 février, c’est la date que propose Macky Sall pour la tenue du dialogue national inclusif. “Le dialogue concerne tous les acteurs y compris ceux qui sont d’accord et ceux qui ne le sont pas parce qu’il s’agit de trouver une solution qui permettra à notre pays d’aller aux élections le plus rapidement possible et dans la paix. Donc tous les acteurs sont concernés.”

Le président Macky Sall n’exclut pas la participation de son principal opposant Ousmane Sonko et ses lieutenants à ce dialogue, au nom de la réconciliation et de la paix.

Je suis prêt à aller aussi loin pour que tous bénéficient de ce pardon et que le Sénégal aille vers ces élections de manière apaisée et que le meilleur gagne parce que ce sera le choix souverain du peuple sénégalais.”

Quant au sort des candidats exclus ou qui se sont retirés de la course à cause de leur double nationalité, il est resté, on ne peut plus clair. “Je pense qu’on doit pouvoir régler cette question parce qu’il serait catastrophique si, d’ici l’élection, on découvre encore des candidats qui sont des binationaux.”

De cet entretien radiotélévisé, on retient que le président Macky Sall a confirmé sa promesse de quitter le pouvoir à la fin de son mandat, le 2 avril prochain, sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel, et surtout des acteurs politiques dont on attend, dès aujourd’hui, les réactions après ces nouvelles déclarations de Macky Sall.

Auteur: Robert Adé

DW.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *