Le pape déclare que les Africains sont un « cas à part » en matière de bénédictions LGBT

Le pape François a déclaré dans une interview publiée lundi que les Africains constituaient un “cas à part” dans l’opposition des évêques et de nombreux autres peuples du continent à l’homosexualité.

Mais il s’est dit convaincu que, à l’exception des Africains, les critiques de sa décision d’autoriser les bénédictions pour les couples de même sexe finiraient par la comprendre.

Les bénédictions ont été autorisées le mois dernier dans un document intitulé Fiducia Supplicans (Confiance suppliante), qui a suscité un large débat au sein de l’Église catholique, avec une résistance particulièrement forte de la part des évêques africains.

“Ceux qui protestent avec véhémence appartiennent à de petits groupes idéologiques”, a déclaré François au journal italien La Stampa. “Les Africains constituent un cas particulier : pour eux, l’homosexualité est quelque chose de ‘mauvais’ du point de vue culturel, ils ne la tolèrent pas”.

“Mais d’une manière générale, j’espère que peu à peu tout le monde sera rassuré par l’esprit de la déclaration ‘Fiducia Supplicans’ du Dicastère pour la doctrine de la foi : elle vise à inclure et non à diviser”, a déclaré le pape.

La semaine dernière , François a semblé reconnaître le rejet du document, en particulier en Afrique, où les évêques l’ont effectivement rejeté et où, dans certains pays, les personnes de même sexe peuvent conduire à la prison, voire à la peine de mort.

Il a déclaré que lorsque les bénédictions sont données, les prêtres doivent « naturellement prendre en compte le contexte, les sensibilités, les lieux où l’on vit et les manières les plus appropriées de le faire ».

Dans l’interview accordée à La Stampa, François a déclaré qu’il ne s’inquiétait pas du risque que les conservateurs se séparent de l’Église catholique à cause de ses réformes, affirmant que les discussions sur un schisme sont toujours menées par des “petits groupes”.

“Nous devons les laisser faire et avancer… et regarder vers l’avenir”, a-t-il déclaré.

Se tournant vers Israël et les Palestiniens, il a déclaré que la « véritable paix » entre eux ne se matérialiserait pas tant qu’une solution à deux États n’aurait pas été mise en œuvre et a déploré que leur conflit s’élargisse.

François a confirmé qu’il devait rencontrer le président de son Argentine natale, Javier Milei, le 11 février, et qu’enfin visiter le pays – où il n’est pas retourné depuis qu’il est devenu pape en 2013 – était une possibilité.

Il a déclaré que son agenda pour 2024 comprend actuellement des voyages en Belgique, au Timor oriental, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Indonésie.

Parlant de sa santé, qui a subi quelques coups ces dernières années avec des hospitalisations, des problèmes de mobilité et des annulations de voyages ou d’événements, l’homme de 87 ans a déclaré : “il y a des courbatures mais ça va mieux maintenant, je vais bien”.

……………Reuters

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *