L’Afrique s’engage à tripler la production et la distribution d’engrais pour autonomiser les petits exploitants agricoles.

L’Afrique s’engage à tripler la production et la distribution d’engrais pour autonomiser les petits exploitants agricoles.

ADDIS-ABEBA, ÉTHIOPIE, le 27 mai 2024 : Les chefs d’État et de gouvernement africains se sont unis pour renforcer la durabilité agricole et améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles en approuvant la Déclaration de Nairobi articulant les résultats du Sommet africain sur les engrais et la santé des sols organisé à Nairobi, au Kenya, du 7 au 7 mai 2024. au 9 mai 2024. La Déclaration a marqué une étape transformatrice vers l’amélioration de l’accès et de l’abordabilité des engrais organiques et inorganiques de qualité certifiée à travers le continent.

Ces dernières années, il y a eu une augmentation significative de la fabrication locale d’engrais minéraux avec plus de 15 milliards de dollars d’investissements du secteur privé. Cependant, même si la production africaine d’engrais minéraux est estimée à 30 millions de tonnes par an, la majeure partie est exportée hors du continent. La plupart des États membres sont encore trop dépendants des engrais importés, en particulier des engrais sans phosphate, qui exposent l’Afrique aux chocs des marchés extérieurs et à la volatilité des prix.

Pour résoudre ce problème, l’Afrique s’est engagée à accroître les investissements dans la fabrication locale et le mélange d’engrais en exploitant les ressources du continent. Les États membres s’efforceront d’explorer des outils de financement tels que les garanties de crédit commercial, le fonds de roulement et les subventions ciblées pour réduire les distorsions du marché, réduire les coûts et renforcer les chaînes d’approvisionnement en intrants.

L’augmentation de l’utilisation d’engrais, tant minéraux qu’organiques, est impérative pour accroître la productivité et restaurer la santé des sols. L’Afrique cherche à améliorer l’efficience et l’efficacité des engrais minéraux et organiques et d’autres intrants complémentaires, pour accroître la productivité, maximiser la rentabilité et les retours sur investissement, améliorer la santé des sols et renforcer la résilience au changement climatique.

Treize (13) points critiques sont soulignés dans la Déclaration de Nairobi sur la mise en œuvre des engagements visant, entre autres, à tripler la production nationale et la distribution d’engrais de qualité certifiée d’ici 2034. Cette initiative ambitieuse vise à élever les petits exploitants agricoles en leur garantissant un accès aux intrants essentiels nécessaires à l’amélioration de la productivité agricole.
Les gouvernements se sont engagés à donner la priorité à la production locale d’engrais en utilisant des matières premières disponibles localement ; renforcer la recherche sur les engrais inorganiques et organiques en ressuscitant le Centre africain pour le développement des engrais à Harare ; offrir des incitations à la production locale, tirer parti des opportunités offertes par la production d’engrais à faible teneur en carbone, créer de petites et moyennes entreprises et tirer parti de la Zone de libre-échange continentale africaine pour doubler le commerce intra-africain d’engrais d’ici 2034.
En outre, les dirigeants africains se sont engagés à garantir que d’ici 2034, au moins 70 % des petits exploitants agricoles reçoivent des recommandations agronomiques adaptées pour optimiser l’utilisation des engrais pour une efficacité et une durabilité accrues. Cela implique l’élaboration de recommandations spécifiques au contexte en matière d’engrais et de santé des sols, d’outils standardisés pour évaluer la fertilité et la santé des sols, la mise en place d’un système d’information numérique pour l’aide à la décision en matière d’engrais et de cultures, et un soutien aux États membres producteurs de gaz naturel pour stabiliser les prix des engrais et accroître la production.
En ce qui concerne le financement, un engagement a été pris pour rendre pleinement opérationnel le Mécanisme africain de financement des engrais (AFFM) afin de renforcer la production, l’achat et la distribution d’engrais et les interventions relatives à la santé des sols. Cela comprend l’élargissement de la portée du mécanisme pour soutenir les investissements des agriculteurs dans les technologies améliorant les rendements et la santé des sols, le financement des infrastructures et de la logistique pour la disponibilité des engrais et l’accès au marché alimentaire et la création d’un fonds multi-sources pour la santé des sols pour la recherche, l’innovation et le renforcement des capacités.
Parallèlement, des recommandations ont été formulées pour créer un environnement propice aux interventions en matière d’engrais et de santé des sols, notamment l’élaboration de lignes directrices continentales, l’harmonisation des politiques, l’engagement du secteur privé et le renforcement des partenariats public-privé. Ceci est complété par le renforcement des capacités grâce au développement de pratiques nationales et à la promotion de technologies locales et à la construction, au renforcement et à la normalisation de la capacité d’analyse des engrais et des services des laboratoires afin d’améliorer la qualité des normes sur les engrais.

En outre, un engagement a été pris pour garantir qu’au moins 70 % des petits exploitants agricoles reçoivent des services de vulgarisation de qualité sur les engrais et la santé des sols, ainsi que pour renforcer les systèmes de livraison du dernier kilomètre en soutenant les commerçants agricoles et les PME. Il existe une volonté de revoir et d’améliorer également les programmes d’enseignement de base et de formation supérieure en sciences du sol et en agronomie afin d’inclure des sujets liés à la gestion durable des sols.

Dans le but de traduire ces engagements en actions, les dirigeants ont décidé d’incorporer les recommandations de la Déclaration de Nairobi dans leurs plans nationaux d’investissement agricole, les ministres des Finances étant chargés de mobiliser et d’allouer des ressources adéquates pour la mise en œuvre d’un plan d’action décennal et du Cadre d’initiative sur les sols, également lancé lors du Sommet.
La Commission de l’Union africaine et l’AUDA-NEPAD aideront les États membres à intégrer des mécanismes visant à récompenser les petits exploitants agricoles pour leurs pratiques améliorées en matière de santé des sols, y compris les marchés du carbone, et développeront davantage un système systématique de surveillance de la santé des sols aligné sur le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine existant ( CAADP) des systèmes de suivi et d’évaluation pour suivre les progrès, y compris le développement de mesures à l’échelle du continent pour mesurer la santé des sols.

For further information, please contact:

Mr. Molalet Tsedeke | Directorate of Information and Communication; African Union Commission | E-mail: molalett@africa-union.org | Tel: +251 11 518 2014/ +251 11 5182518 | Mobile: +132022159152

Ms. Doreen Apollos | Directorate of Information and Communication; African Union Commission | E-mail: ApollosD@africa-union.org

Mrs Wynne Musabayana| Head of Communication | African Union Commission | email: MusabayanaW@africa-union.org

Information and Communication Directorate, African Union Commission I E-mail: DIC@africa-union.org
Web: au.int | Addis Ababa, Ethiopia | Follow Us: Facebook | Twitter | Instagram | YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *