L’accord pour la paix et la réconciliation : Un autre gros caillou dans la chaussure du Colonel Assimi Goïta

Fruit d’intenses et délicats  pourparlers entre le Gouvernement d’alors et la Coordination des Mouvements de l’Azawad, CMA, l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, a été signé en 2015 à Bamako. Huit ans après cette signature, sa mise en œuvre rencontre d’énormes difficultés. Les deux protagonistes, à savoir l’Etat malien et les groupes signataires se jettent la responsabilité du blocage, alors que la communauté internationale, garante de cet accord, exige sa mise en œuvre diligente. Va-t-on assister à un bras de fer entre l’Etat et les groupes armés signataires ? Les deux parties finiront-elles par s’affronter militairement ? Et si le dialogue est la seule alternative crédible pour les deux belligérants afin d’éviter la tropicalisation de la guerre Russo-Ukrainienne au sahel.

Pour rappel depuis l’avènement de la junte militaire au pouvoir au Mali et en dépit de l’engagement que les autorités de la transition avaient pris, à savoir le respect de tous les accords signés par l’Etat, celui pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, connait d’énormes difficultés. En effet, chaque camp revendique sa bonne volonté dans l’application, et rejette la responsabilité du blocage sur l’autre. La réalité est tout autre chose, car si  la CMA reste campée sur sa position, à savoir l’application intégrale de l’Accord, les autorités maliennes de leur part sont favorables à une  relecture qui aboutirait à une  application de façon intelligente de cet accord. Désormais l’on peut affirmer sans ambages qu’il y a blocage. Cette délétère situation qui est consécutive à une différence d’approche entre les deux parties, empoisonne à coup sûr les relations entre la CMA et le gouvernement malien et chaque camp rejette la responsabilité de ce blocage sur l’autre. Aujourd’hui tout porte à croire que les deux parties sont en train de fourbir leurs armes et la guerre est en passe d’être l’ultime solution.

Va-t-on assister à un bras de fer entre l’Etat et les groupes armés signataires ?

Le bras de fer est déjà engagé, comme en atteste la proposition de la CMA pour  la tenue d’une réunion sur la mise en œuvre de l’Accord sur un terrain neutre. C’est par un niet sans équivoque que le Gouvernement malien a répondu à cette proposition de la CMA. Le deuxième fait illustrant ce bras de fer entre l’Etat et la CMA est sans nul doute le refus de la CMA de siéger au sein de la Commission de finalisation de l’avant-projet de la nouvelle constitution. Pour rappel en dépit de la guerre larvée,  la CMA a ses représentants au sein du CNT et du Gouvernement, mais pour combien de temps encore au regard de la tournure que prennent les événements. En effet, une délégation de la médiation internationale s’est rendue à Kidal fief de la CMA afin de permettre la relance du dialogue pour la mise en œuvre de l’Accord. Cette mission semble échouée à faire fléchir la CMA qui continue d’ailleurs sa provocation en renonçant à demi-mot à son appartenance à l’Etat malien et en se considérant comme Azawadien. Le prétexte tout trouvé est la non application de l’Accord, le seul document, selon eux, qui les lie au Mali. La rupture semble consommée et la guerre inévitable.

Les deux parties finiront-elles par s’affronter militairement ?

Toutes les deux parties adoptent une posture guerrière et se préparent à l’affrontement armé. Le Mali ne cesse de se doter d’armes tant aériennes que terrestres. Si officiellement c’est pour combattre les terroristes, officieusement l’Etat prépare une offensive de grande envergure pour recouvrer la totalité de son territoire. Quant au camp d’en face il ne dort plus sur ses lauriers. La CMA, puis que c’est d’elle qu’il s’agit, ne se prive plus du soutien des mouvements terroristes comme le JNIM de Iyad  Ag Ghali et d’Amadou Koufa. Selon nos informations ces deux personnalités, pourtant recherchées, étaient en conclaves avec les ex rebelles et se seraient pavanées ces derniers temps à Kidal au su et au vu de tout le monde. Le dernier acte que la CMA vient de poser est la nomination d’un colonel comme chef d’Etat-major et de son adjoint. Désormais, chaque camp fourbit ses armes et compte sur le soutien de ses alliés. Si l’Etat malien pourra compter sur la Russie et certains de ses  alliés,   la CMA espèrerait sur la France et ses alliés occidentaux. Ne sommes-nous pas en train de transporter la guerre Russo-Ukrainienne au sahel ? Le dialogue n’est-il pas préférable à la guerre aux conséquences désastreuses ?

Et si le dialogue est la seule alternative crédible pour les deux belligérants afin d’éviter la tropicalisation de la guerre Russo-Ukrainienne au sahel.

Tout porte à croire qu’en cas de conflit armé entre l’Etat malien et la CMA, le premier aura le soutien de la Russie et  la CMA aura celui de la France et ses alliés occidentaux. Ni le gouvernement malien encore moins la CMA ne gagnerait dans un tel scénario. La crainte d’une somalisation ou d’une Afghanisation de la crise malienne refait surface et les conséquences ne pourront qu’être dramatiques. Donc il serait mieux d’instaurer le fil du dialogue afin d’aboutir à un compromis qui ne blaserait aucune de deux parties. Cette solution alternative aura comme avantage d’éviter au Mali et aux maliens une guerre sans fin, comme en Afghanistan, en Somalie et au Soudan.

Youssouf Sissoko

Source : L’Alternance          

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *