Le PDG de la CDMT, Dr Nango Dembélé à propos de la campagne d’égrenage 2023/2024: « La cadence est soutenue »

Le PDG de la CDMT, Dr Nango Dembélé à propos de la campagne d’égrenage 2023/2024: « La cadence est soutenue »

 

Du 16 au 19 novembre 2022, le Président Directeur Général de la Compagnie Malienne du Développement Textile (CMDT), Dr Nango Dembélé, à la tête d’une importante délégation composée du Directeur de l’industrie, Moussa Yattara, a effectué une visite dans les filiales cotonnières Est, Nord-est et Centre. Objectif : constater l’état d’avancement de la campagne d’égrenage. Le PDG et sa suite ont notamment visité des unités industrielles, usine de Bougouni, usines 1 et 2 de Sikasso, usines 1 et 3 de Koutiala et l’usine de Fana, quelques marchés de coton tels que celui de Zantiebougou et de N’golokouna. La délégation en a également profité pour échanger et s’entretenir avec les travailleurs de chaque filiale. Il s’agit surtout de mots d’encouragement à leur adresse pour avoir su remonter la pente après avoir frôlé la catastrophe lors de la campagne écoulée.

À l’issue du périple, le PDG s’est réjoui du déroulement de ce qu’on peut appeler une campagne réussie en comparaison avec la précédente qui a connu une baisse drastique de la production à cause du ravage des cultures par des jassides. «Nous sommes en excellent début d'égrenage, pas de soucis majeurs. Je crois que la cadence actuelle nous permet d'espérer que nous allons égrener cela dans les meilleurs délais», a-t-il assuré, sous réserve de l’engagement de la Direction industrielle.

À Sikasso, avec une cadence journalière de 1 900 tonnes égrenés, le rythme d’évacuation a été jugé bon par l’administrateur général de la filiale, Kabaou Dolo.

Koutiala qui table sur une prévision d’au moins 205 000 tonnes de coton graines, contre 105 000 l’année derrière, connaît également un début d’égrenage satisfaisant. Pour 26 000 tonnes d’entrées dans les usines plus de 25 000 sont déjà égrenés, selon les estimations de l’administrateur général, Ibrahim Sissoko.

Tout comme les filiales Est et Nord-est, au niveau de la filiale Centre les usines sont approvisionnées à hauteur de souhaits. Selon son administrateur, Issa Sidibé, a la date d’aujourd’hui plus 7 000 tonnes de coton graines sont déjà arrivés dans les usines dont une bonne partie a été égrenée.

Quant à la production prévisionnelle, de 480 000 tonnes de coton graines lors de la campagne 2022/2023, la CMDT, selon son PDG, table sur une production prévisionnelle de 690 000 tonnes en 23/24. Et de laisser entendre que ce chiffre devrait évoluer de façon positive, malgré le traumatisme subi par les paysans l'année précédente.

Par-delà les incitations soutenues par le président de la Transition, Col Assimi Goïta, notamment le maintien de la subvention et l’augmentation du prix d'achat du coton graine, cette prouesse s’explique aussi par les stratégies mises en place au début de la campagne pour lutter contre les jassides, l’encadrement technique adéquat et le bon dispositif de veille que la CMDT a déployé pour mieux prévenir les attaques des insectes, explique le PDG Dembélé. Selon lui, en effet, les produits proposés par les chercheurs de l'Institut d'Économie Rurale (IER) à la CMDT, dont le plus célèbre est Ulala, ont porté fruit, quoique des cotonculteurs réfractaires aux produits anti-jassides mis à leur disposition ont réduit leur superficie, a déploré le PDG tout en espérant sur une reprise effective la campagne prochaine.

Quant à la campagne de commercialisation, le patron de la holding assure qu’elle est déjà en cours de préparation avec l’embarquement d’une commande de 2 000 tonnes sur le port de Lomé.

Au niveau des marchés de coton, le programme d’évacuation, élaboré de commun accord entre les coopératives et leur Chef secteur suit son cours normal, a renchéri le coordinateur de Bougouni, Zana Diarra. Et, contrairement aux ragots véhiculés par la voix de presse, à ce jour aucune rétention de coton par les producteurs n’a été signalée.

Et l’occasion était bonne pour le PDG de remercier les cotonculteurs pour leur retour aux champs après le traumatisme subi suite à l’attaque des jassides. Et même si certains pour des mesures de sécurité ont réduit les superficies, le PDG s’est réjoui du résultat et espère que la reprise sera effectif la campagne prochaine, afin de permettre au Mali de reprendre sa place de premier producteur de coton continental. Il a également rendu un hommage appuyé aux travailleurs de la CMDT ainsi qu’à l’encadrement technique et à la direction de production pour le travail abattu en vue d’inciter les paysans à reprendre le chemin des champs. Et d’inviter la direction industrielle à redoubler d’efforts pour égrener dans le délai la production définitive de la campagne en cours.

Amidou Keita

Source : Le Témoin