Cour Pénale Internationale (CPI) : Le procès du « terroriste » Abdoulaziz Al-Hassan tire vers sa fin

Cour Pénale Internationale (CPI) : Le procès du « terroriste » Abdoulaziz Al-Hassan tire vers sa fin

Le procès d’Al Hassan, accusé « de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité », commis lors de l’occupation de la ville par Ansar Dine et AQMI entre avril 2012 et janvier 2013, continue à la Haye. Les conclusions orales du Bureau du Procureur, des Représentants légaux des victimes et de la Défense ont débuté ce mardi 23 mai et doivent prendre fin le 25 mai 2023. Et c’est suite à ces conclusions que les juges de la CPI « commenceront leurs délibérations et le jugement sera prononcé en temps voulu.»

Poursuivi pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre prétendument commis à Tombouctou entre avril 2012 et janvier 2013, Al Hassan est comparu devant les juges de la Cour Pénale Internationale, le lundi 9 mai 2022. Lors de cette comparution, la défense a tenté de démontrer la non culpabilité de l’ancien membre présumé d’Aqmi et d’Ançar dine. Les avocats ont estimé qu’Al Hassan s’est retrouvé dans les groupes armés par instinct de survie, car menacé de toutes parts.

Pour rappel, le mandat d’arrêt contre Al-Hassan Ag Abdoul Aziz a été délivré le 27 mars 2018. Transféré à la CPI le 31 mars 2018, il a fait sa première comparution le 4 avril 2018. Malien et âgé d’une quarantaine d’années, Al Hassan est accusé par la CPI, « d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité à Tombouctou, Mali entre avril 2012 et janvier 2013.» Les charges qui pèsent contre lui sont représentatives de la criminalité et des persécutions subies par la population au cours de cette période. «Plus particulièrement, nous accusons M. Al Hassan d’être responsable des crimes contre l’humanité de persécutions pour des motifs religieux ou sexistes, viol et esclavage sexuel commis dans le contexte de mariages forcés, torture et autres actes inhumains causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale », avait expliqué, après le transfèrement de Al Hassan, la Procureure Fatou Ben Souda.

Pour la CPI, Al Hassan serait également responsable des crimes de guerre de traitement cruel et torture, atteintes à la dignité de la personne sous la forme de traitements particulièrement humiliants et dégradants, viol et esclavage sexuel, attaques dirigées intentionnellement contre des bâtiments consacrés à la religion et des monuments historiques et condamnations prononcées sans qu’un jugement assorti des garanties judiciaires généralement reconnues comme indispensables n’ait été préalablement rendu par un tribunal régulièrement constitué.

A noter aussi que les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont condamné, en septembre 2016, à neuf ans de prison, le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi, l’ancien chef d’Ançar Eddine à Tombouctou, pour avoir détruit en 2012, des mausolées classés au patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou.

K. Diakité

Source : Le Républicain