Mali : le coût de la malnutrition s’élève à environ 265 milliards de FCFA par an, selon la ministre de la Santé et du Développement social

Mali : le coût de la malnutrition s’élève à environ 265 milliards de FCFA par an, selon la ministre de la Santé et du Développement social

La 2e réunion du Conseil national de la nutrition (CNN) s’est tenue le mardi 26 avril à Bamako. Placée sous l’égide du ministre de la Santé et du Développement social, cette rencontre a été mise à profit pour lancer officiellement le nouveau plan multisectoriel de nutrition (PAMN) 2021-2025 et de la stratégie SUN 3.0.

L’objectif de cette réunion est d’offrir une grande visibilité aux efforts du Conseil national de la nutrition (CNN). Car, selon la ministre de la Santé et du Développement social la malnutrition est un problème majeur de santé publique au Mali. Diéminatou Sangaré, citant l’enquête SMART 2021, a indiqué qu’environ un enfant sur cinq est atteint de retard de croissance ou de malnutrition chronique.

Aussi, quatre enfants sur cinq souffrent d’anémie, et plus d’une femme sur deux souffre d’anémie selon l’Enquête Démographique et de Santé EDS 2018. La ministre Sangaré a affirmé que les activités de lutte contre la malnutrition doivent se concentrer sur la période dite des 1 000 jours, qui s’étend de la conception jusqu’à l’âge de 2 ans.

D’après elle, les résultats de l’étude sur la faim indiquent que le coût de la malnutrition s’élève à environ 265 milliards de FCFA par an, soit 4,06 % du Produit Intérieur Brut. « D’où la nécessité de trouver des solutions à long-terme, afin de réduire le fardeau de la malnutrition sous toutes ses formes », a expliqué l’ancienne directrice générale de la Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS).

Le Mali résolument inscrit dans l’agenda 2030 pour le développement soutenable

A ce titre, poursuit-elle, le Cadre stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable (CREDD 2019-2023), qui ambitionne un développement inclusif et durable, à travers la réduction de la pauvreté et des inégalités dans un Mali uni et apaisé, en se fondant sur les potentialités et les capacités de résilience, prend en compte la sécurité alimentaire et la sécurité nutritionnelle.

En adoptant le Plan d’Actions Multisectoriel de la Nutrition (PAMN 2021-2025), le Gouvernement du Mali s’est résolument inscrit dans l’agenda 2030 pour le développement soutenable, prôné par les Nations Unies. « A travers ce plan d’actions multisectoriel le Mali compte alléger les souffrances des populations liées à la malnutrition » a assuré la cheffe du département de la Santé et Développement social.

Selon Diéminatou Sangaré, la mise en œuvre de la politique nationale de la nutrition au niveau de chaque commune, cercle et région du Mali vise à « assurer le droit à une nutrition adéquate à la population malienne tout entière en vue de satisfaire son bien-être et garantir un développement national durable ». Avant de terminer, la ministre Sangaré a invité tous les acteurs pour une bonne appropriation de ce plan. « Ce qui permettra de renforcer la cohérence des Politiques, des Programmes et la continuité des interventions de la sécurité alimentaire et de la sécurité nutritionnelle », a conclu la ministre de la Santé et du Développement social.

A noter que la cérémonie s’est déroulée en présence du ministre des Affaires Etrangères, Abdoulaye Diop, des Partenaires Techniques et Financiers, des membres des Organisations de la Société Civile et la Coordinatrice du mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN).

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net