15e édition de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme : Le paludisme affecte la croissance économique annuelle du Mali d’environ 1,3%

15e édition de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme : Le paludisme affecte la croissance économique annuelle du Mali d’environ 1,3%

Le Mali, à l’instar des autres pays de la communauté internationale, a commémoré la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Placée sous l’égide de la ministre de la Santé et du Développement social, la cérémonie de lancement s’est déroulée le lundi 25 avril sur le terrain Chaba de Lafiabougou. C’était en présence de Bangré Moussa Dominique, représentant- résident de CRS au Mali de Catholic Relief Services (CRS).

Instituée depuis 2007 par l’Assemblée mondiale de la santé, le thème de la journée mondiale de lutte contre le paludisme de l’édition 2022 est : « Innover pour réduire la charge du paludisme et sauver des vies ». Ce thème, selon la ministre de la Santé et du Développement social, Diéminatou Sangaré, invite les pays à entreprendre des stratégies innovantes afin de maximiser l’impact de la lutte contre le paludisme en vue de son élimination à l’horizon 2030 conformément à la Stratégie Technique Mondiale (STM).

Au Mali, le paludisme constitue le premier motif de consultation dans les établissements de santé avec 34%. Selon le Système local d’information sanitaire (SLIS 2021), il a été enregistré 3 204 275 cas confirmés de paludisme dont 2 156 330 cas simples et 1 047 945 cas graves avec malheureusement 1480 décès. Sur le plan économique, le paludisme affecte la croissance économique annuelle du Mali d’environ 1,3% du fait de l’absentéisme au travail et à l’école.

C’est dans ce cadre que le gouvernement poursuit les efforts de prévention, de détection et de traitement du paludisme et surtout pour les groupes vulnérables. La ministre Sangaré a indiqué qu’il a été mis en place, à l’initiative  de High Burden to High Impact (HBHI), un mécanisme pour soutenir les onze pays où le paludisme sévit le plus au monde dont le Mali, dans leurs efforts à retrouver la voie du contrôle et à terme, l’élimination du paludisme.

Pour accélérer la réduction du paludisme en vue de son élimination à l’horizon 2030, le Fonds mondial vient d’accorder une nouvelle subvention d’environ 49 milliards FCFA pour la lutte contre le paludisme dans les trois prochaines années.

Un fonds dont la gestion est assurée par Catholic Relief Service, une ONG créée par les évêques américains en 1943. Elle est présente au Mali depuis 1999 et intervient dans les domaines de la santé, les réponses aux urgences, l’éducation, l’Agriculture/résilience et cohésion sociale (voir en Encadré sur le rôle et la participation de CRS dans la journée mondiale de lutte contre le paludisme)

L’Afrique porte le fardeau le plus lourd du paludisme dans le monde

La journée mondiale de lutte contre le paludisme est célébrée chaque année le 25 avril afin d’attirer l’attention du monde entier sur le paludisme et sur son impact dévastateur sur les familles, les communautés et le développement de la société, surtout en Afrique subsaharienne, a rappelé Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation de la santé pour l’Afrique.

Selon le rapport mondial 2021 sur le paludisme, cité par le représentant de l’OMS au Mali, Dr. Jean Pierre Baptiste, l’incidence de la maladie est passée de 222,9 à 232,8 cas pour 1000 habitants exposés aux risques du paludisme. Le nombre total de décès dus au paludisme a affiché une hausse de 534 000 à 602 000. Le taux de mortalité est passé de 56 à 61,5 décès pour 100 000 habitants exposés au risque du paludisme.

Le rapport révèle que l’Afrique porte le fardeau le plus lourd du paludisme dans le monde. « 95% des cas de paludisme et 96% des décès sont concentrés en Afrique subsaharienne et 80% de tous les décès dus au paludisme en Afrique sont recensés chez les enfants âgés de moins de cinq ans », a-t-il rapporté.

Il faut rappeler que la journée mondiale de lutte contre le paludisme est couplée à la semaine nationale de lutte contre le paludisme qui s’étale du 25 au 30 avril.

………………………………………………………………………………………………..

Lutte contre le paludisme : Catholic Relief Services engagé auprès du gouvernement malien

L’ONG Catholic Relief Services (CRS) accompagne le gouvernement du Mali depuis 1999 dans plusieurs domaines notamment la santé. C’est dans ce cadre que le CRS a été choisi par le Mali et le Fonds mondial comme récipiendaire principal pour la subvention « Fonds Mondial Palu » pour la période de janvier 2022 à décembre 2024.

Présente au Mali depuis 1999, l’ONG Catholic Relief Services (CRS) intervient dans les domaines de la santé, les réponses aux urgences, l’éducation, l’agriculture/résilience et cohésion sociale.

Cette année 2022, le gouvernement du Mali et le Fonds mondial ont fait confiance à Catholic Relief Services en le choisissant comme récipiendaire principal pour la subvention fonds mondial palu connu sous le nom de « projet fonds mondial Palu » pour la période de janvier 2022 à décembre 2024 avec un budget de 74 millions d’euros.

C’est dans ce cadre que le CRS a participé à l’organisation de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Cette journée, selon sa directrice du projet Paludisme-Fonds mondial, Dr. Mariam Tall, sera mise à profit pour sensibiliser encore davantage la population afin d’être au plus près d’elle dans la lutte contre le paludisme.

Assurant la responsabilité de la gestion financière et travaillant avec le programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), dont il collabore depuis 2015, le CRS sera aux côtés du gouvernement pour les trois prochaines années dans la mise en œuvre du Fonds mondial paludisme.

Car, pour le Dr. Mariama Tall, le CRS comprend combien que ce projet est important pour le gouvernement du Mali et le peuple malien.  Outre le PNLP, Catholic Relief Services travaille avec d’autres partenaires intervenant dans le domaine.

Sauver des vies

En plus de cette subvention Fonds mondial Palu-NFM3, Catholic Relief Services dispose d’autres projets de recherche sur le paludisme qu’il est en train d’exécuter. Il s’agit du projet sur les répulsifs spatiaux et le programme sur le 5e passage sur la chimio préventive de paludisme saisonnier. « Ce grand projet couvre pratiquement tous les grands projets de paludisme dans tout le pays. Le programme dure trois ans, de 2022 à 2024 », a souligné la directrice du projet Paludisme-Fonds mondial du CRS.

En plus de la lutte contre le paludisme, le CRS est sur la ligne de front au côté du gouvernement pour sauver des vies, a dit Bangré Moussa Dominique, représentant résident de CRS au Mali, soulignant que ce programme est financé par l’USAID. « Un autre programme qui couvre environ 300 écoles au centre du Mali où le CRS fait de la cantine scolaire. Il y a aussi un programme de cohésion sociale », a expliqué le représentant résident de CRS au Mali.

Les réalisations et les acquis du CRS sont très satisfaisants, selon Bangré Moussa Dominique. C’est ce qui justifie la confiance placée en cette ONG par le Mali et le Fonds mondial Palu pour la gestion financière d’un fonds de 74,5 millions d’euros. « C’est une lourde responsabilité. Nous comptons travailler très prochainement aux côtés du PNLP mais aussi d’autres acteurs pour que le programme soit un succès », a-t-il assuré.

Créée en 1943 par les évêques américains et présente dans plus de 100 pays, l’ONG Catholic Relief Services est également récipiendaire principal de la subvention dans plusieurs autres pays en Afrique de l’Ouest dont le Niger, la Guinée, le Nigéria. L’ONG est en train de tout mettre en œuvre pour mobiliser les meilleures compétences nécessaires aux niveaux national et régional pour réussir cette mission qui lui a été confiée.

Source : Le Wagadu