INSUFFISANCES DANS LA DELIVRANCE DE PIECES D’IDENTITE : La carte d’identité biométrique sécurisée à la rescousse

INSUFFISANCES DANS LA DELIVRANCE DE PIECES D’IDENTITE : La carte d’identité biométrique sécurisée à la rescousse

Pour une durée de validité de 5 ans, la carte d’identité biométrique va combler les insuffisances dans la délivrance de la carte nationale d’identité. Non seulement elle remplacera la carte NINA, mais elle jouera aussi le rôle de carte d’identité nationale, de carte d’électeur et de carte de voyage dans l’espace CEDEAO. Ce document administratif indispensable pour les citoyens de l ’espace communautaire est réglementé dans notre pays. 

En vue d’assurer la libre circulation des populations dans le nouveau contexte sécuritaire que connaissent les pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de promouvoir la mobilité intra régionale, d’offrir un titre sécurisé permettant de lutter contre les trafics et migrations irrégulières et de répondre aux enjeux de la lutte contre le terrorisme, les autorités de l’espace communautaire de la CDEAO ont institué la carte biométrique sécurisée.

A la suite de son adoption en conseil des ministres du 12 octobre 2022, l’institution et la règlementation de la carte d’identité biométrique sécurisée au Mali, ayant fait objet du décret N°2022-0639/ PT-RM le 03 novembre 2022, a été rendu public le 03 novembre dernier. Cette décision est prise conformément aux normes de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Tout citoyen malien, âgé de 5 ans au moins, peut se faire délivrer une Carte nationale d’identité biométrique sécurisée qui est exigible à partir de 15 ans pour une durée de validité de 5 ans.

Délivrée aux citoyens maliens sur le territoire national et dans les représentations diplomatiques et consulaires du Mali, la Carte nationale d’identité biométrique sécurisée certifie l’identité de son titulaire. Elle permet également à son titulaire de justifier de son identité dans les conditions définies par les textes en vigueur et de faciliter pour les services compétents l’exercice de leurs missions de recherche et de contrôle de l’identité des personnes. La première dotation est gratuite pour chaque citoyen. Toutefois, le renouvellement est payant dont le coût sera fixé par un arrêté du ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Le document indique que le système de gestion et de production de la Carte nationale d’identité biométrique sécurisée est placé sous la responsabilité du ministre chargé de la Sécurité. C’est une carte conforme aux spécifications techniques fixées par la Cedeao. « Elle comprend tous les éléments de sécurité fiduciaire, obligatoires et opérationnels, de la carte biométrique sécurisée. Les éléments de sécurité fiduciaire sont ceux figurant dans le guide pratique de la Carte d’identité biométrique sécurisée et intégrés au spécimen adopté par la Cedeao », souligne le texte

Par ailleurs, la carte nationale d’identité biométrique sécurisée sera produite à partir de la base de données du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC) pour permettre à chaque citoyen d’avoir son numéro d’identification nationale sur sa carte d’identité et d’établir un lien entre les différents documents d’identité.

Celle-ci remplacera la carte NINA et jouera le rôle de carte d’identité nationale, de carte d’électeur et de carte de voyage dans l’espace CEDEAO. C’est ce qui a été adopté à l’issue de la session du conseil des ministres du 12 octobre 2022 sur le rapport du ministre de la Sécurité et de la Protection civile. 

Dans une interview, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Daoud Aly Mohammedine dira : « La carte biométrique sécurisée a plusieurs avantages : elle ne peut pas être falsifiée comme la carte nationale d’identité, comme constaté depuis un certain moment, et qui est à la merci de tous, même les étrangers. Ces détenteurs peuvent aller commettre des crimes ailleurs et dire qu’ils sont des Maliens alors qu’ils ne sont pas. Elle permet aussi de faciliter le trafic (migration), de connaitre la position du peuple partout dans le monde. En plus de la lutte contre la falsification, elle permet aussi la transparence des élections avenirs ».

Oumar Sawadogo

Source l'Observatoire