Guerre en Ukraine : l’Europe contredit Emmanuel Macron sur l’envoi de troupes

Guerre en Ukraine : l’Europe contredit Emmanuel Macron sur l’envoi de troupes

C’est au détour d’une énième une question en conférence de presse, après le sommet de soutien à l’Ukraine à Paris, qu’Emmanuel Macron a lancé une hypothèse qui s’affranchit d’un tabou absolu. “Rien ne doit être exclu”, a-t-il répondu à une question sur la possibilité d’envoyer des troupes en Ukraine.

Fustigée par l’essentiel de la classe politique ce matin, la déclaration du président français semble aussi laisser perplexes ses partenaires européens. Interrogés à leur retour chez eux, plusieurs chefs d’État ont déjà fait connaître leur opposition à un déploiement de troupes européennes ou de l’Otan sur le théâtre de guerre.

Il n’y a pas de demande des Ukrainiens pour l’instant

Lui n’a pas attendu d’avoir quitté Paris pour réagir. Le Premier ministre grec était encore dans la cour de l’Élysée ce lundi soir, quand il a estimé que “cette discussion détourne l’attention de l’essence de nos efforts pour soutenir réellement l’Ukraine en ce moment”. Kyriakos Mistotakis a affirmé aux journalistes grecs présents qu’il “n’est pas question d’envoyer des forces européennes de l’Otan en Ukraine, c’est une question qui n’existe pas pour la Grèce, et je crois n’existe pas pour la grande majorité de nos homologues”.

Ce mardi matin, le Premier ministre suédois semble confirmer l’avis de s’on homologue grec. “Ce n’est pas du tout d’actualité”, a répondu Ulf Kristersson à la télévision suédoise, “il n’y a pas de demande des Ukrainiens pour l’instant”, a-t-il estimé.

Unanimité

Le chancelier allemand a affirmé lui aussi qu'”aucun soldat” ne serait envoyé en Ukraine par des pays d’Europe ou de l’Otan. Olaf Scholz a jugé lors d’une conférence de presse que “ce qui a été décidé entre nous dès le début continue à être valide pour l’avenir”, à savoir “qu’il n’y aura aucune troupe au sol, aucun soldat envoyé ni par les États européens, ni par les États de l’Otan sur le sol ukrainien”. Lui aussi a estimé qu’il y a “une très grande unanimité sur cette question” parmi les pays alliés de l’Ukraine.

Droit international

“Il n’est pas prévu que les troupes de combat de l’Otan soient présentes sur le terrain en Ukraine”, a également rappelé le secrétaire général de l’Alliance atlantique. L’Ukraine n’étant pas membre de l’organisation, ses membres ne sont pas tenus à la défendre militairement. “Nous devons nous souvenir qu’il s’agit d’une guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine, en violation flagrante du droit international. Selon ce droit, l’Ukraine a le droit de se défendre, et nous avons le droit de la soutenir”, a précisé Jens Stoltenberg.

Nous ne prévoyons pas de déploiement à grande échelle

Le Premier ministre polonais a également rejeté l’idée évoquée par Emmanuel Macron, aux côtés de son homologue tchèque, lui aussi sur la même ligne. Plus nuancé sur l’avenir, Donald Tusk a toutefois estimé qu’on ne devrait pas “spéculer aujourd’hui s’il y aura un jour des circonstances qui pourraient changer cette position”.

“Nous ne prévoyons pas de déploiement à grande échelle”, a également commenté un porte-parole du Premier ministre britannique Rishi Sunak, rappelant la présence d’un nombre réduit de personnes déjà sur place en soutien de l’armée ukrainienne.

eule voix favorable à l’hypothèse lancée par Emmanuel Macron, celle d’un conseiller du président ukrainien. “Emmanuel Macron a absolument raison”, a affirmé Mikhaïlo Podoliak à l’envoyée spéciale de LCI en Ukraine. Le conseiller de Volodymyr Zelensky estime même qu'”il propose un excellent débat sur l’avenir”.

Au Kremlin, la réponse est menaçante : “Ce n’est absolument pas dans l’intérêt de ces pays”, a affirmé son porte-parole Dmitri Peskov, “ils doivent en être conscients”. Interrogé sur le risque d’un conflit direct entre l’Otan et la Russie, en cas de présence militaire en Ukraine, Dmitri Peskov a répondu que “dans ce cas, nous ne devrions pas parler de probabilité, mais d’inévitabilité”.

F.Se avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *