Gouvernement de Transition : Urgence d’agir pour faire reculer le mal-vivre

Si le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, conserve une forte popularité au sein de l’opinion nationale et internationale, cela n’empêche que les autorités travaillent pour impacter positivement sur le quotidien des populations.

-maliweb.net -Même s’il est établi qu’une transition ne peut pas tout faire, surtout dans un contexte actuel du Mali, où tout est prioritaire, il n’en demeure pas moins que la satisfaction des besoins prioritaires immédiats des gouvernés est un impératif.

En effet, l’une des tares des gouvernants est d’ignorer souvent la réalité de la vie quotidienne des populations. Pas seulement celles habitant la capitale, mais aussi celles des périphéries et des zones reculées du pays. Ce qui doit inciter à mettre en place un baromètre en mesure de jauger chaque semaine les impressions et inquiétudes des populations.

Ainsi, il faut reconnaître que les Maliens, dans leur grande majorité, ont fondé beaucoup d’espoirs sur cette transition. C’est pourquoi, ils ont abondamment applaudi la chute d’IBK en 2020. Ils ont alors espéré qu’à brève échéance, leur quotidien allait s’améliorer. Ont-ils pensé au concours de circonstances défavorables ? Rien n’est moins sûr !

Or, l’embargo inhumain, injuste et criminel imposé au pays par la CEDEAO et l’UEMOA, pendant presque 7 mois, a plongé l’économie et les finances de l’Etat malien dans une zone rouge ou du moins orange. Ce qui a provoqué ou aggravé la tension de trésorerie pour un pays enlacé par d’énormes défis existentiels au plan sécuritaire.

Et à cela s’est ajouté les effets néfastes de la guerre ukraino-russe sur l’économie du monde, dont celle du Mali, un pays enclavé, en proie au chômage et aux mauvaises récoltes consécutives à la mauvaise pluviométrie.

Conséquence : aujourd’hui, malgré la popularité des gouvernants par rapport aux décisions majeures de réaffirmation de la souveraineté du pays et par rapport à la montée en puissance de l’armée, de nombreux Maliens expriment des déceptions quant à l’impact attendu sur leur quotidien. C’est ainsi que la vie chère a fait que certaines familles trouvent difficilement, aujourd’hui, deux repas par jour. Sans oublier que la crise alimentaire frappe déjà de nombreux cercles du Mali profond.

Pis, la pénurie de l’énergie électrique dope la colère, qui gronde. Les délestages de la société Energie du Mali laissent les Bamakois et des Maliens d’autres localités dans le doute et les frustrations…

En plus de ce tableau peu reluisant, des milliers d’écoles sont restées fermées, malgré la réouverture récente des classes. S’y ajoute que l’insécurité s’est métastasée dans plusieurs régions du Nord, du centre, et même du sud du pays.

Il urge que les pouvoirs publics travaillent d’arrache-pied pour impacter positivement sur ces préoccupations élémentaires de nos concitoyens. Car, « ventre affamé n’a point d’oreille » et, un peuple affamé et en proie à diverses épreuves peut rapidement défier ses dirigeants.

Boubou SIDIBE /maliweb.net   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *