GESTION SCANDALEUSE DE L’ENTREPRISE BEREBEN : Mme Cissé Djeneba Dicko sur la sellette

Mme la Directrice Djènèba Dicko est désormais sur la sellette à cause du traitement illégal appliqué à ses employés. Le syndicat de son entreprise BEREBEN et ses soutiens se sont réunis le mardi 27 décembre dernier à leur Direction, pour décider de déclencher une Grève de 96 heures reconductible si les doléances ne sont pas satisfaites.

Le comportement de Mme Cissé Djènèba Dicko vis-à-vis de ses travailleurs est tout à fait contraire au code du travail du Mali et les conventions internationales de l’OIT, selon une source judiciaire. Les licenciements abusifs des employées et d’autres mesures illégales sont des pratiques courantes chez cette grande dame qui se considère comme la seule maitresse à bord dans cette institution à but lucratif. 

 En effet, mécontente de la mise en place par ses travailleurs d’un comité syndical pour défendre leurs intérêts conformément à la loi fondamentale de notre pays et les conventions internationales de l’OIT ratifiées par notre pays, elle a osé licencier trois de ses employés pour des motifs fallacieux. Chose qui a provoqué une tension sociale au sein de son entreprise.

Malgré les rappels à l’ordre faits par la direction nationale du travail et de l’inspection du travail, Mme Cissé Djeneba Dicko, n’a jamais voulu ouvrir un dialogue social avec ses travailleurs. Elle a adopté les menaces et les intimidations comme moyens de discutions avec les travailleurs.

 Pire, aucun contrat formel ne lie les employés à l’Entreprise et les autres droits des travailleurs sont toujours bafouillés selon les syndicalistes. Les inscriptions à l’INPS et à l’AMO sont faites par affinité et de façon sélective.

 La majeure partie des travailleurs de ladite institution ne bénéficient pas aussi de la protection sociale. Aujourd’hui, elle s’est inscrite dans une logique de bras de fer avec le comité syndical qui réclame la mise des employés dans leurs droits.

« Nous estimons que nous sommes des travailleurs de l’association BEREBEN, et non des esclaves de Mme Cissé Djènèba Dicko. Cette situation perdure depuis la création de ladite association jusqu’à nous jours malgré les sacrifices consentis par les travailleurs.

La cellule de contrôle et de surveillance des SFD ainsi que son association professionnelle se sont toutes impliquées aux côtés de la bonne dame afin qu’elle revienne à la raison pour l’apaisement du climat social dans notre institution en particulier et dans le secteur des SFD en général au regard de la situation que traverse notre pays actuellement.

 Dans l’association BEREBEN les textes sont foulés au pied par Mme Cissé Djènèba Dicko, mais nous avons toujours privilégié le dialogue social pour régler nos différends car nous sommes conscients de l’assistance que nous apportons à plusieurs regroupements de femmes en milieu rural et urbain dans le cadre de nos activités.

Malgré les démarches et les actions entreprises ainsi que les concessions faites par les traiteurs pour le règlement de nos points de revendications qui ne sont autre que des points de droit à l’interne dans le cadre du dialogue franc et sincère, nous avons constaté un forcing de la part de Mme Cissé Djènèba Dicko, pour nous imposer sa volonté de continuer à piétiner nos droits et nous museler davantage » a déclaré un syndicaliste.

Frustrés de cette attitude indélicate de Mme la Directrice Djènèba Dicko à l’endroit de ses employés, le syndicat de l’entreprise BEREBEN et ses alliés, notamment SYNABEF et autres représentants syndicaux du pays se sont réunis le Mardi 27 Décembre dernier à leur Direction, pour déclencher une grève de 96 heure susceptible de reconduire à 120 heures avec une revendication du départ de Mme Cissé Djeneba Dicko, selon les organisateurs.

Ils réclament aussi le retour de leurs camarades licenciés de leurs fonctions respectives, et d’autres points considérés comme droits aux travailleurs, notamment, l’établissement d’un contrat de travail, des bulletins du salaire pour tous les employés, l’inscription de tous les travailleurs à L’INPS et à l’AMO avec le rappel du paiement des cotisations conforment aux dispositions du code du travail du Mali et de la convention collective des SFD.

« Nous exigeons le retour de nos trois camarades et nous sommes sûrs et certains qu’ils veulent retourner à leurs fonctions respectives. » ont exigé les Syndicats.

Rappelons que l’Association BEREBEN est une institution de microfinance agréée suivant l’arrêté N°2016487/MEF-SG du 30 Décembre 2016 et inscrite au registre de SFD sous le n° 3/A.07042. Elle est dirigée par Mme Cissé Djènèba Dicko, en tant que Directrice générale depuis sa création en 2016

Adama Konaté

Source: L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *