Forces armées maliennes : 439 recrues des forces spéciales présentées au drapeau

Issus de différents corps et de divers centres de formation, ils étaient 445 éléments au départ. Cette formation est la preuve évidente de Ia montée en puissance des FAMa et le témoignage des efforts inlassables des autorités de la Transition de faire de notre outil de défense une armée professionnelle, entrainée et dotée de moyens adéquats pour la réalisation de ses missions régaliennes

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a présidé, hier au Centre national d’aguerrissement de Samanko, la cérémonie de présentation au drapeau des recrues du contingent 2021-2022 des Forces spéciales. C’était en présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, du président du Conseil national de Transition, le colonel Malick Diaw, des membres du gouvernement dont le ministre de la Securité et de la Protection civile, le général de brigade Daoud Aly Mohammedine.

Au départ, ils étaient 445 éléments, issus de différents corps et de divers centres de formation, retenus pour cette formation des Forces spéciales. Au finish, ce sont 439 recrues qui ont prêté serment devant le chef suprême des Armées, le colonel Assimi Goïta. Ils ont promis de servir et de défendre loyalement les intérêts de la patrie.

Dans son intervention, le commandant par intérim du Bataillon autonome du Centre national d’aguerrissement de Samanko, a estimé que cette cérémonie est la preuve évidente de la montée en puissance sans équivoque des Forces armées maliennes (FAMa). Aux dires du commandant, c’est aussi le témoignage des efforts inlassables des autorités de la Transition de faire de notre outil de défense une armée professionnelle, entrainée et dotée de moyens adéquats pour la réalisation de ses missions régaliennes.

En l’absence de son collègue de la Défense et des Anciens combattants, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Daoud Aly Mohammedine, a souligné que de par leur niveau d’aguerrissement et surtout de flexibilité, les Forces spéciales constituent une composante décisive de l’outil de défense dont le renforcement et l’adaptation aux menaces actuelles ont toujours été le souci majeur des autorités dès les premières heures de la Transition. Selon lui, ce soutien a été un facteur déterminant dans la montée en puissance des forces qui ont, fort heureusement, repris l’initiative dans la conduite des opérations de défense et de sécurisation de notre territoire.

NOUVEAU BÉRET- Cette cérémonie de présentation au drapeau a été marquée par plusieurs activités, notamment la révélation du tout nouveau béret des Forces spéciales, mais aussi la coupure du ruban marquant l’inauguration des nouveaux bâtiments du Centre par le chef de l’état. Elle a également été mise à profit pour présenter les trois premiers de ce contingent.

Le soldat de 2e classe Youssouf Maïga, issu de l’Armée de terre a terminé major de la promotion avec une moyenne générale de 17,91. Il est suivi par le soldat de 2e classe Sibiri Doumbia de l’Armée de l’air, avec 17,68 de moyenne. Enfin, le soldat de 2e classe, Bréhima Traoré, également de l’Armée de l’Air est sorti 3e de la promotion avec 17,58 de moyenne.

C’est juste après cette présentation des trois premiers que le tout nouveau béret des Forces spéciales, de couleur violette, a été révélé à l’assistance. «La couleur du tout nouveau béret des Forces spéciales, tant prestigieuse, est réservée à la noblesse et à la volonté.

Elle est associée au contexte de mystère, de spiritualité, de pouvoir, de puissance, de connaissances, de créativité, de prospérité, de piété, de guerre, de paix, de sérénité, de secret, de magie, de catharsis et d’imaginaire», a détaillé le commandant par intérim du Bataillon du Centre d’aguerrissement de Samanko.

Pour lui, c’est aussi une couleur qui renvoie à la mélancolie, à la tristesse, à la peur, à la mort, aux ténèbres, à la crainte et à la jalousie. Il s’agit, selon lui, de tout ce que doivent représenter les Forces spéciales pour les ennemis de la nation.

Les opérateurs du Centre ont été les premiers à être servis en béret. Certains ont reçu des mains du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, la Croix de la valeur militaire. D’autres ont reçu l’insigne d’opérateur des mains du Premier ministre. Enfin, le chef suprême des Armées a remis des insignes d’honneur à des opérateurs ayant pleinement contribué à l’épanouissement de l’Unité dont le capitaine Malick Téssougué, qui a rejoint les Forces spéciales en 2021 alors qu’il était au-delà de ses 50 ans.

La cérémonie a pris fin par un défilé militaire, la coupure du ruban marquant l’inauguration des bâtiments flambant neufs, la visite des locaux et une séance de tirs effectuée par les jeunes recrues.

L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *