Dispositif national de sécurité alimentaire: des réformes pour plus d’efficacité

Le Ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire, Redouwane Ag Mohamed ALY, a présidé hier mercredi l’atelier de concertation interministérielle sur les projets de textes de l’agence nationale de veille et d’alerte en sécurité alimentaire et nutritionnelle issue de la fusion Système d’Alerte Précoce (SAP) et l’Observatoire des marchés agricoles( OMA) ainsi que les textes de base de l’Office des Produits Agricoles du Mali (OPAM). C’était en présence du 6ème vice-président du Conseil National de la Transition, Hamidou Traoré, et de la Conseillère technique de la Présidence de la République en charge des questions de Développement rural, Mme Bocoum Fatoumata Sacko.

Cet atelier regroupe autour de la table des techniciens du dispositif national de Sécurité alimentaire, des représentants des Départements sectoriels, des responsables des organisations socioprofessionnelles, des chambres et faitières, des représentants des collectivités territoriales ainsi que les experts et représentants des partenaires techniques et financiers de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle au Mali.

En effet, la réforme des structures du DNSA est un chantier majeur du Ministre Commissaire à la Sécurité alimentaire qui ambitionne de doter ses structures de bases solides et pérennes afin d’enrayer les difficultés actuels et leurs permettre d’évoluer normalement en adéquation avec leurs missions et les attentes du pays.

D’abord l’OPAM, créé en 1964, avec le monopole de la commercialisation des produits céréaliers sur toute l’étendue du territoire nationale, l’évolution de l’Office des Produits agricoles du Mali est liée à celle du pays. En effet, outil stratégique de souveraineté, l’OPAM a conduit plusieurs mutations stratégiques en fonction de l’orientation stratégique des différents Présidents de la République mais aussi des réalités macroéconomique et même microéconomique de notre pays.

Cependant, sur le plan institutionnel, la structure n’a pas connu d’évolutions majeures, avec un rôle limité au stockage et à la gestion de certains stocks, ce qui constitue un véritable frein au regard des potentialités commerciale et économique exploitables par la sturcutre d’où la nécessité d’une réforme qui vise à donner un nouveau souffle à cette structure.

Quant aux SAP et l’OMA, il s’agit de deux structures fondamentales du DNSA qui sont au début et à la fin du processus de sécurité alimentaire dans notre pays. Ces structures collectent, analysent et diffusent les informations essentielles pour appuyer et orienter les prises de décisions et les planifications stratégiques pour apporter des réponses adaptées aux populations en insécurité alimentaire.

Cependant, créé sous forme de projets dans les années 80, ses structures sont depuis quelques décennies confrontés à des difficultés majeurs notamment leurs manques d’autonomie financière et le problème d’encrage institutionnelle, le coût très élevé de leurs fonctionnements, ainsi que des limites techniques et, plus généralement, l’insuffisante adéquation entre les attentes et missions de ces structures.

Conscient de cette situation, le Ministre Commissaire a engagé un vaste chantier de réforme dont cet atelier constitue un pan fondamental.

Dans son mot de bienvenue, le Ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire, Redouwane Ag Mohamed ALY, indiquera que cet atelier vise surtout à partager avec les tous les acteurs de la sécurité alimentaire de notre pays et les départements sectoriels, les projets de textes régissant l’Agence Nationale de Veille et d’Alerte en Sécurité alimentaire et nutritionnelle en vue de recueillir leurs avis et observations pour enrichir lesdits projets de textes. Il s’agit également de consulter toutes les parties prenantes à la sécurité alimentaire pour leurs contributions aux projets de textes relatifs à l’OPAM et de recueillir et intégrer des avis pertinents des participants, pour améliorer l’efficacité de l’OPAM et renforcer la veille, l’alerte et la gestion des crises alimentaires.

Le ministre Redouwane Ag Mohamed ALY a ainsi invité les participants à s’approprier de cet atelier pour faire des propositions concrètes afin de permettre à ces structures de répondre aux attentes et d’accomplir efficacement leurs missions.

Source: Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *