Défi énergétique en Afrique : Le ministre Lamine Seydou défend la cause du Mali à Dubaï

Déterminé à relever le défi énergétique dans notre pays, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré a participé à la 1ère édition de « Future Energie en Afrique » et à la 27 ème Conférence de la Semaine africaine du pétrole qui s’est déroulée ce lundi passé à Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

L’évènement qui a pour thème ” Les réalités du pouvoir d’une économie verte : une perspective continentale sur la préparation à la transition énergétique en Afrique’’, regroupe des ministres, des représentants des compagnies d’énergie et des sociétés pétrolières, et des organisations internationales ainsi que des cadres de Hyve Group, la structure organisatrice de l’événement.

La rencontre a été l’occasion pour le ministre Traoré de faire un vibrant plaidoyer à l’endroit des opérateurs et surtout des investisseurs du secteur de l’énergie et des hydrocarbures pour venir investir dans notre pays.

« L’Energie est un secteur à vocation économique et sociale, pourvoyeur de produits, de services et de commodités. Il a un caractère transversal, en ce sens qu’il est nécessaire pour la plupart des secteurs du développement socio-économique. Aussi, elle ne peut être déconnectée des besoins de la population et de l’économie de nos Etats, tant les services énergétiques contribuent de manière significative à toutes les activités humaines pour l’atteinte des meilleures conditions de vie, qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, de l’accès à l’eau potable et des activités génératrices de revenus », a indiqué le ministre Traoré dans son discours à l’ouverture de la rencontre. Ajoutant que l’énergie est un secteur névralgique pour l’économie africaine, car l’importance de sa production et de sa consommation est un indicateur clé de développement ».

Pour le ministre Traoré, le développement économique de nos pays donc est fortement tributaire de leur capacité à mettre des quantités d’énergie toujours croissantes et suffisantes à la disposition des différents secteurs socioéconomiques qui soutiennent l’épanouissement de nos populations.

UN OUTIL PRIVILEGIE DE DEVELOPPEMENT

« Le rôle moteur du secteur de l’énergie pour le développement équilibré et durable, reconnu au plan mondial, requiert pour tout pays, l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique énergétique nationale cohérente, efficiente et périodiquement évaluée et ajustée », a ajouté le ministre,  conscient que la problématique de transition énergétique et d’économie verte dans nos Etats se pose avec plus d’acuité du fait des enjeux de la protection de l’environnement.

Parlant de la place de l’économie verte en Afrique, de ses enjeux et perspectives, le ministre Traoré a expliqué d’abord que l’économie verte, regroupe l’ensemble des activités économiques orientées vers la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles. De ce fait, elle apparait de nos jours comme un outil privilégié du développement durable.

« Le développement durable repose sur  un juste équilibre entre le bien-être social, la croissance économique et le respect de l’environnement, permettant de résoudre certains problèmes clés en Afrique comme l’accès universel à l’eau potable et aux services énergétiques, l’assainissement et à la sécurité alimentaire », a soutenu Lamine Seydou Traoré, tout en rappelant que lors de la 13ème session de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement, tenue à Bamako en juin 2010, les ministres africains de l’Environnement ont adopté la Déclaration de Bamako sur l’environnement pour le développement durable, dans laquelle ils reconnaissent la nécessité de capitaliser sur les opportunités offertes par une croissance et une trajectoire de développement qui embrassent le modèle de l’économie verte.

DES BASSINS NON EXPLOITES AU MALI

Au cours des dernières années, le Mali, comme d’autres pays de l’Afrique, a fait des progrès en matière de mise en œuvre des objectifs de développement durable tels la sécurité alimentaire, les énergies renouvelables et l’atténuation des effets du changement climatique.

Ainsi, notre pays a adopté une Stratégie nationale de développement des énergies renouvelables et des biocarburants  en 2006 dont la mise en œuvre a conduit à la création en 2008 de l’Agence nationale de développement des biocarburants (ANADEB) et en 2014 de l’Agence des énergies renouvelables qui ont travaillé sur trois plans d’actions nationaux élaborés que sont les énergies renouvelable, efficacité énergétique et une énergie durable pour tous.

Cependant, a indiqué le ministre Traoré, malgré la pertinente nécessité de la transition énergétique, les énergies renouvelables ne peuvent aujourd’hui remplacer totalement les énergies fossiles comme le pétrole ou le gaz, avec la demande des pays émergents qui ne cesse d’augmenter très fortement en même temps que les ressources fossiles s’épuisent, rendant la situation énergétique encore plus préoccupante.

Les vastes bassins sédimentaires du Mali d’une superficie de 900.000 km², toujours sous explorés, apparaissent comme une opportunité d’exploration et d’exploitation dans un environnement en pleine mutation, a dit le ministre Traoré qui invité les investisseurs à se tourner vers les projets porteurs en Afrique d’une manière générale et en particulier au Mali, dans une dynamique de partenariat gagnant-gagnant.

Source22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *