Coopération douanière : Le renforcement de l’axe Conakry-Bamako en ligne de mire

L’hôtel Radisson Collection a servi de cadre, le mardi 8 février 2022, à l’ouverture des travaux de la rencontre bilatérale des administrations douanières du Mali et de la Guinée. Troisième du genre, cette rencontre constitue le cadre idéal pour discuter des questions douanières et économiques d’une part, et de la mise en œuvre des instruments juridiques de coopération en matière douanière, commerciale et de transports qui existent entre les deux pays d’autre part. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou. Il avait à ses côtés, le Directeur général de la Douane du Mali et de celui de la Guinée, respectivement, l’inspecteur Général Amadou Konaté et le Colonel Moussa Camara.

Deux pays dont les destins sont liés à travers l’histoire et la géographie. Le Mali et la République de la Guinée se retrouvent pour tisser davantage les relations. Pour ce faire, les administrations douanières du Mali et de la Guinée Conakry se sont réunies pour la troisième fois afin de baliser le terrain dans l’intérêt supérieur des deux nations. Cette rencontre placée sous le signe du renforcement de l’axe Conakry-Bamako durera deux jours.

Pour le Directeur général de la Douane du Mali, ladite rencontre se tient dans un contexte caractérisé par la volonté commune affichée par les peuples malien et guinéen de s’affranchir de la mauvaise gouvernance. Mais aussi, difficile pour le Mali suite aux sanctions injustement infligées par les instances de la CEDEAO. L’inspecteur Général Amadou Konaté a affirmé que malgré l’existence d’instruments juridiques adéquats, la coopération douanière Guinée-Mali n’a pas atteint le niveau escompté par les deux administrations.

« L’objectif principal de la présente rencontre est de corriger cette insuffisance pour être en phase avec la volonté affichée des hautes autorités des deux pays à savoir la redynamisation de la coopération bilatérale. Les échanges commerciaux entre la Guinée et le Mali demeurent très faibles et le port de Conakry faiblement exploité par les opérateurs économiques maliens. Ainsi, de 2016 à 2020, les importations du Mali qui transitent par le port de Conakry n’ont représenté que 1,54% des importations globales, pour une valeur d’environ 257 milliards de FCFA sur la période », a expliqué le patron de la Douane malienne.

Pour inverser cette tendance, l’inspecteur Général Amadou Konaté a jugé nécessaire qu’il faut porter la réflexion afin d’identifier des pistes de solutions pour faire de l’axe Conakry-Bamako le plus performant de notre espace géographique.

Convaincu que cette rencontre demeure une preuve de l’excellent rapport entre les deux pays, le Colonel Moussa Camara a adressé ses remerciements à l’endroit des hautes autorités transitoires des deux nations. En sa qualité de Directeur général de la douane guinéenne, il a souligné que les deux pays doivent faciliter l’échange des marchandises tout en relevant quelques défis. Il s’agit entre autres de la sécurité, la mobilisation des recettes, la lutte contre la fraude, la lutte contre la criminalité transfrontalière etc.

Il n’est un secret pour personne que la Guinée et le Mali traversent une crise politique qui a conduit au changement à la tête des deux pays qui sont dirigés actuellement par des militaires. « La crise dans nos deux pays doit être traduit en opportunités. Transformons ensemble cette crise en opportunité », a lancé le directeur général de la douane Guinéenne.

En ouvrant les travaux, le locataire de l’hôtel des Finances du Mali a salué la pertinence des questions qui seront débattues durant cette rencontre. Ces questions ont trait aux facilités réciproques en matière de transit des marchandises dans les deux sens, les conditions d’utilisation des installations portuaires de Conakry, les modalités d’implantation et de fonctionnement de la représentation des Douanes du Mali en Guinée, les échanges d’informations et de renseignements et bien d’autres.

Devant les soldats de l’économie, le ministre Alousséni Sanou s’est engagé, au nom du Gouvernement, d’examiner et de traiter avec la plus grande attention, les recommandations pertinentes qui seront élaborées au terme des travaux de cette rencontre bilatérale des administrations douanières du Mali et de la Guinée.

Source : Le Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *