Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur la nomination des membres de la “commission chargée de la finalisation “d’un soit disant projet de Constitution de la République du Mali”

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) s’est réuni en session ordinaire le 28 janvier 2023 à son siège sis à Hamdallaye Bamako. Au terme d’un large tour d’horizon de l’actualité nationale, sous-régionale et internationale, la Direction Nationale du Parti de l’avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien a noté en particulier que les autorités issues du double coup d’Etat militaire du 18 août 2020 et du 25 mai 2021 persistent dans la voie pourtant sans issue de la finalisation d’un soit disant” projet de Constitution de la République du Mali “. Dans ce contexte :

Le régime actuel démontre une fois de plus son mépris total de la légalité républicaine. En effet, même lorsqu’il aura été” finalisé ” par la Commission du 19 décembre 2022, le texte en question n’aura pas encore atteint le stade d’un “projet de Constitution”.

La composition de ladite Commission confirme que, dans toute lutte politique, apparaissent des opportunistes de tous poils. Plus tôt ils sont démasqués, mieux vaut pour la poursuite et le succès ultime de la lutte du Peuple contre la restauration CMLN/UDPM.

Le Peuple malien n’a donné aucun mandat au régime actuel pour lui offrir une Constitution “octroyée “.

Les autorités actuelles persistent dans l’œuvre anti-républicaine et anti-démocratique de démolition de la Constitution du 12 janvier 1992 au profit des forces nostalgiques de l’ordre sociopolitique colonial. Qui plus est, dans un geste de mépris patant pour les forces politiques et sociales qui ont, le 26 mars 1991, conduit à la victoire de la Révolution démocratique et populaire, le régime actuel déclare n’avoir reçu” aucun mandat pour renoncer” à son entreprise rétrograde de démolition de la Constitution démocratique du 12 janvier1992. Mais le Peuple militant du 31 mars 1957, du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961, du 25 mai 1963 et du 26 mars 1991, plus que jamais déterminé à défendre ses acquis démocratiques et populaires, a déjà démontré plusieurs fois dans le passé, sa capacité à donner et à faire exécuter l’ordre de reculer à tout régime attaché à démolir la Constitution démocratique du 12 janvier 1992.

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè réaffirme qu’au-delà de critiques à l’emporte-pièces sans aucun fondement, personne n’a, à ce jour, pu avancer un seul argument valide pour justifier un quelconque amendement à la Constitution du 12 janvier 1992, à moins forte raison une soit-disant “nouvelle Constitution”.

Par cette tentative de passage en force, les autorités actuelles cherchent notamment à se donner les moyens constitutionnels indispensables pour une mise en œuvre aveugle de l’Accord anti-national d’Alger et une remise en selle de forces esclavagistes, féodales et anti-démocratiques qui ont, hier, tenté de freiner la lutte de notre Peuple pour l’indépendance nationale et cherchent, aujourd’hui, à faire dérailler le processus d’ancrage de la démocratie au Mali.

La Direction Nationale du Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien engage toutes les forces patriotiques, progressistes, républicaines, démocratiques et panafricanistes à redoubler de vigilance, de cohésion et de détermination face aux velléités anti-républicaines et anti-démocratiques tendant à faire faire marche arrière à la Roue de l’Histoire et à remettre en cause les acquis de la révolution démocratique et populaire du 26 mars 1991, cette grande victoire du Peuple malien sur la dictature CMLN/UDPM et les forces nostalgiques de l’ordre sociopolitique colonial.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Bamako, le 31 janvier 2023

Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè

Le Secrétaire Général

 Soumana TANGARA

Source: maliweb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *