Colonel-major, Souleymane Dembélé, Directeur de la DIRPA face à la presse /*«Nous constatons la recrudescence des attaques terroristes contre les casernes FAMAS» /* « A chaque fois qu’il y a une attaque, il y a une réponse à hauteur de souhait »

Le Directeur de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA), Colonel-major Souleymane Dembélé, était face à la presse, le lundi 15 janvier 2024, pour parler de la situation sécuritaire au Mali. Selon le conférencier, il y a véritablement une montée en puissance des Forces armées malienne (FAMAS). « Cependant, nous constatons la recrudescence des attaques terroristes contre les casernes FAMAS. Le constat est là, il y a beaucoup d’attaques contre les casernes… Les groupes terroristes sont très prompts à se regrouper tout de suite, à intervenir tout de suite et à se dissimuler dans la nature tout de suite, mais qu’à cela ne tienne, à chaque fois qu’il y a des attaques, il y a une réponse à hauteur de souhait», a déclaré le Colonel-major, Souleymane Dembélé.

Selon le conférencier, colonel-major Souleymane Dembélé, l’année 2023 a été marquée par la confirmation de la montée en puissance des Forces Armées Maliennes (FAMAS) à plusieurs égards. Avant d’ajouter que les FAMa sont actives dans la recherche, la neutralisation et la destruction des sanctuaires et des combattants terroristes. Il a mis l’accent sur les faits marquants de 2023 dont la continuité du renforcement des capacités des FAMAS, la sécurisation de la biennale artistique et culturelle, la sécurisation du scrutin référendaire du 18 juin 2023, l’occupation des emprises cédées par la MINUSMA, le retour de la région de Kidal dans le giron Mali, la création de l’Alliance des Etats du Sahel. A ses dires, les FAMa ne se laissent pas divertir de leur mission régalienne. A l’en croire, les terroristes disposent encore des capacités de nuisance bien que les FAMAS les traquent, les recherchent et les neutralisent. Pour lui, les terroristes ont été chassés de plusieurs zones. « Globalement, nous pouvons dire que le bilan 2023 va au-delà des attentes des Forces armées maliennes. Cependant, nous constatons la recrudescence des attaques terroristes contre les casernes FAMAS. Le constat est là, il y a beaucoup d’attaques contre les casernes », a déclaré le Colonel-major Souleymane Dembélé, Directeur de la DIRPA, face à la presse. Il a indiqué que des initiatives sont en cours pour rassurer les populations par rapport à la recrudescence de ces attaques.

Parlant des perspectives pour 2024, le conférencier a indiqué que les FAMAS vont continuer à travailler sur les directives politiques qui ont été données. Pour 2024, dit-il, il s’agit d’être encore plus ambitieux en termes de recrutement, d’équipement et d’impact sur le terrain. A l’en croire, les FAMAS vont travailler pour le retour de l’autorité de l’Etat et des services sociaux de base sur toute l’étendue du territoire national. Les FAMAS, ajoute-il, vont travailler pour la réduction de la violence et tant d’autres. Pour lui, la guerre n’est pas finie. « Le peuple malien s’est sacrifié en nous dotant d’équipements de dernière générations. Alors, il nous revient à nous d’honorer ce peuple et de porter haut le flambeau Mali », a déclaré le conférencier.

En langue nationale Bambara, le colonel-major Souleymane Dembélé a précisé que la prise de Kidal ne veut pas dire que la guerre est finie. « Nous sommes satisfaits du combat que nous sommes en train de mener aujourd’hui contre le terrorisme », a-t-il dit.

Répondant aux questions des journalistes, le colonel-major Souleymane Dembélé a fait savoir que les groupes terroristes sont très prompts à se regrouper tout de suite, à intervenir tout de suite et à se dissimuler dans la nature tout de suite, mais qu’à cela ne tienne, à chaque fois qu’il y a des attaques, il y a une réponse à hauteur de souhait. « Tout ce qui s’est passé à Dialassagou (Bandiangara), il y a une réplique aux différentes attaques. A chaque fois qu’il y a une attaque, il y a une réplique », a souligné le conférencier. Par ailleurs, il a signalé qu’il y a moins de soubresauts à Kidal actuellement. « Il y a la maîtrise totale de la situation à Kidal », a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *