CHU GABRIEL TOURÉ : Plus de 100 décès à la porte ont été constatés en ce début du mois d’avril

CHU GABRIEL TOURÉ : Plus de 100 décès à la porte ont été constatés en ce début du mois d’avril

La situation, au CHU Gabriel Touré de Bamako, est devenue plus que jamais alarmante avec l’arrivée de 102 DCA au cours des quatre premiers jours d’avril 2024. Le Pr. Djibo Mahamane Diango, chef de département du service anesthésie et réanimation Médecine d’urgences, a tenu un point de presse, ce vendredi 5 avril, afin de sensibiliser les populations sur les risques liés à la canicule et les bons réflexes à adopter pendant cette période.

Dans son intervention, Pr. Diango a rappelé que le CHU Gabriel Touré plus précisément le service de santé d’urgences est sous pression ces derniers temps. Aux dires du Pr. Djibo, l’augmentation de la fréquentation du service s’explique par l’élévation excessive de la température et que la population, notamment les enfants et les personnes âgées continue de souffrir des effets de la chaleur.
Selon les explications du spécialiste, lorsque nous avons une augmentation de la température, l’organisme va essayer de se défendre et faire en sorte que la température soit toujours à 37°c, c’est pourquoi nous avons à l’intérieur de notre corps ce qu’on appelle un Thermostat et vous savez que ce même mécanisme est utilisé pour la climatisation et pour les frigos, il y a un thermostat c’est à dire, vous réglez une température et vous demandez au frigo de maintenir cette température. Tandis que dans l’organisme, il y a un thermostat qui fait que nous avons une température à 37.

Plus loin, il avance que les capacités de ce thermostat peuvent malheureusement être dépassées si la température est non seulement très élevée et surtout si elle se maintient longtemps très élevée et quand ça arrive qu’est-ce qui va se passer au niveau de notre organisme ? Nous allons perdre de l’eau ce que nous appelons dans notre jargon “la déshydratation ” et nous allons avoir rapidement le rythme, la fréquence respiratoire va aussi augmenter. Nous allons respirer plus rapidement, et malheureusement, en respirant ce que nous faisons sortir comme vapeur est chargé d’eau donc vous comprenez exactement que nous perdons deux fois de l’eau. Nous perdons de l’eau par la transpiration comme nous la perdons par la respiration.

« Dans ce service, nous avions une moyenne journalière de 70 patients. Maintenant, nous avons constaté le début du mois d’avril tout de suite le chiffre augmenté de 100 patients à 120 patients. Dès lors, nous avons commencé à recenser les décès à la porte (DCA), c’est-à-dire, ceux qui sont arrivés décédés et nous avons vu sur les 4 jours on s’est retrouvé à 102 décès à la porte des urgences. Donc on est parti fouiller dans nos statistiques et on s’est rendu compte que courant tout le mois d’avril de 2023, on a enregistré 130 décès », a regretté le chef de département du service.
Il ajoutera ensuite que 60% parmi eux avait un âge au-delà de 60 ans. « les 4 jours d’avril 2024 étaient pratiquement en train d’égaliser les 30 jours du mois d’avril 2023 », a-t-il signalé.

CHU GABRIEL TOURÉ : Plus de 100 décès à la porte ont été constatés en ce début du mois d'avril

À l’entendre sur les mesures de prévention et de prise en charge des patients souffrant de troubles liés à la canicule, il est primordial, pour chef Diango, de renforcer les capacités des personnes âgées, ainsi que toutes les autres couches de la population. Pour cela, il conseille de boire et de faire boire régulièrement les faiblards tout le temps, éviter de sortir sous le soleil, porter des habits qui ne gardent pas de la chaleur, être correctement coiffé et porter un grand chapeau qui permet de recevoir le coup du soleil jusqu’à protéger un peu le corp.
Toutefois, Pr Djibo M Diango indique qu’il ne faut pas tout mettre sous le compte de la canicule. Peut-être que la canicule est venue décompenser une maladie qui était déjà là et qui n’a pas fait l’objet de suivi correct. « Plus l’âge avance plus les tares augmentent, entre autres le diabète, l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale, sont des pathologies qui ne tolèrent pas le manque d’eau », précise-t-il.

Sidy Coulibaly pour maliexpress.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *