Autant Le Dire…M5-RFP, de la rue à la ruine

La lutte unie, le pouvoir divise ! Cette assertion colle bien au mouvement qui était à l’origine du départ du pouvoir du président Keita. Alors que l’on s’attendait à une union sacrée pour bâtir le Malikura (slogan phare de nouveaux maîtres du pays), les acteurs dudit du changement ne parlent plus le même langage. L’unité de face du M5-RFP a tout simplement volé en éclat. C’est la débandade !

Désormais, il n’est plus exagéré de dire que les membres du M5-RFP ne sont plus unis comme ils l’étaient un 5 juin 2020 et encore plus le 18 Août de la même année à la chute du régime de feu Ibrahim Boubacar Keita (IBK). En clair, une période qui consacre l’atteinte de leurs premiers objectifs. Le second objectif qui est la gestion du pouvoir selon leur vision est à demi-teinte. Certains membres ont été appelés à participer à la transition, d’autres sont devenus des opposants à cette transition et le comité stratégique s’est fendu en deux avec plusieurs clans de part et d’autre.

Autant le dire ! Ça ne va plus au sein du M5-RFP depuis que la primature leur a été confiée par le président de la transition. Certains membres qui soupçonnaient une mainmise du Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga sur le bureau ont commencé à s’écarter et puis le désobéir vertement ! On se rappelle des propos de Mme Sy Kadiatou Sow en son temps qui s’estimait “effacée” pour la simple raison qu’en plus de gérer la primature, le Premier ministre Choguel agissait aussi comme président du comité alors que Mme SY était désignée présidente par intérim. Une guerre larvée qui finit par éclater au grand jour. Peu à peu, un noyau d’opposants s’est formé et des clashs ont commencé entre eux. Le premier à payer les frais de cette dislocation au sein du M5-RFP était Issa Kaou N’Djim. Finalement, il a été évincé du CNT sans ménagement. L’ancien ministre et cinéaste, Cheick Oumar Sissoko de EMK a par la suite dénoncé plusieurs actes posés par le M5-RFP. Les plaies sont ouvertes ! Il en était de même pour Abdou TOURÉ dit Aladji, président de Kaoural Renouveau qui a été chassé et brutalisé au cours d’une réunion du comité stratégique. 

Des descensions

Des membres du M5-RFP dont, M. Ousmane Doumbia, Daba Diallo, Dr Bréhima Afo Traoré et Oumar Abdou Touré avaient d’ailleurs animé une conférence de presse pour dénoncer la situation de leur organisation. « Depuis plusieurs mois, nous constatons des dysfonctionnements au sein du Comité Stratégique (CS) du M5-RFP et qui s’aggravent de jour en jour. L’atmosphère n’est plus la même depuis que la primature a été donnée au M5. Les injures envers les ainés, les absences répétées des membres (dont des ministres) aux réunions, remise en cause des décisions du CS/M5-RFP par son Président, refus de retirer la plainte du M5 contre le CNT, refus de tenir compte de l’avis des entités lors des prises de décision, refus de débattre sur les différentes correspondances envoyées (Les correspondances des 5 signataires, de EMK, des Jeunes, des Femmes, de la Coordination des Associations etc) », disaient-ils dans une déclaration.

Dans les faits, les membres du M5-RFP n’avaient plus le même agenda. D’ailleurs, certains avaient rappelé à leur président non moins Premier ministre que les 10 points en 17 mesures pour la réalisation du Mali Kura doit demeurer. Le comité stratégique a fini par se scinder en deux entités rivales. Ceux qui soutiennent le PM Maïga ne s’entendent plus avec ceux qui veulent que les objectifs que s’était fixé le mouvement à sa naissance soient atteints. Ainsi, ils ont créé le M5-RFP MaliKura.

Pratiquement, dans toutes les localités du pays où se trouvent le bureau, il y a au moins trois tendances à savoir, les démissionnaires, la tendance Choguel et celle du M5-RFP Malikuru. L’illustration de cette thèse a été faite il y a quelques jours avec la sortie du porte-parole du M5-RFP Gao demandant aux populations de conditionner leur soutien aux autorités à l’amélioration de la sécurité dans la cité des Askia. Quelques jours après, le bureau régional a fait une déclaration pour condamner les propos de son porte-parole et s’en désolidariser. Abdoul Kader Maïga qui a fait plusieurs sorties médiatiques au nom du M5-RFP notamment, sur des plateaux télé, vient également des dénonciations. Même s’il a estimé que les jeunes du M5- RFP étaient les plus désœuvrés actuellement, il a déclaré parler en son nom. 

Au niveau du CNT aussi, les membres issus du M5- RFP ne forment plus un tout comme avant. Adama Diarra dit Ben le cerveau est critiqué par certains au motif qu’il perçoit un salaire sans être toujours présent aux travaux de l’institution.

A.M.C

l’Observatoire 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *