Assainissement de Bamako : Enfin des solutions durables

Avec un prêt auprès de la Banque mondiale, la construction de la décharge finale de Noumoubougou sera achevée. Une nouvelle décharge de transit sera installée à Médina Coura en Commune II du District de Bamako, a annoncé le ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le colonel Abdoulaye Maïga.

La problématique de l’assainissement du District de Bamako était, hier au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, au centre des échanges entre le gouvernement et les acteurs impliqués dans le domaine.

C’était lors d’une réunion hebdomadaire dont les travaux ont été dirigés par le ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, colonel Abdoulaye Maïga. C’était en présence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Modibo Koné et de sa collègue des Transports et des Infrastructures, Mme Dembélé Madina Sissoko.

Cette rencontre a permis aux participants d’identifier la problématique de l’insalubrité à Bamako. Pour le colonel Abdoulaye Maïga, le problème de l’assainissement de la capitale est «structurel» et ne peut être réglé de manière instantanée.

Cependant, s’est-il félicité, il y a un début de solutions grâce à l’implication de tous les acteurs. Le ministre a indiqué qu’ils ont résilié le contrat que l’Etat avait avec la société Ozone pour des raisons de souveraineté, dont le respect est l’un des trois principes clés qui guident l’action publique dans notre pays. Mais aussi pour des raisons d’efficacité.

«Parce que la collaboration entre la mairie du District et Ozone n’était pas opérationnelle. Malgré des interventions de la société, il y avait toujours des points noirs ici et là», a dénoncé le ministre d’Etat.

En lieu et place, dira-il, nos efforts ont consisté à remettre la Voirie du District sur pied, «cette voirie qui nous a fait notre honneur et fierté il y a des années». Grace à l’appui de l’État par le truchement de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT), la Voirie a été dotée en matériels, notamment des camions de ramassage d’ordures d’une valeur de 780 millions de Fcfa.

17,4 MILLIARDS DE FCFA– Aussi, le ministre d’État a-t-il annoncé la signature entre le ministère en charge de l’Economie et la Banque mondiale d’un accord de prêt s’élevant à environ 17,4 milliards de Fcfa pour reconstruire la décharge finale de Noumoubougou (Région de Koulikoro). Il a rappelé qu’initialement, cette décharge finale devait être moderne, permettant le tri et le traitement des déchets.

Son budget initial s’élevait à 7 milliards de Fcfa. «Malheureusement, ce que nous avons à Noumoubougou n’est pas du tout ce qui était prévue. Cette décharge est loin d’être fonctionnelle», a regretté le colonel Abdoulaye Maïga. Il a, en outre, signalé qu’un audit a été mené et a révélé beaucoup de dysfonctionnements.

Le ministre en charge de l’Administration territoriale a assuré que les travaux de la reconstruction de la cette décharge commenceront très bientôt. Il a aussi annoncé l’acquisition d’un financement pour la construction d’une autre décharge finale à Moutougoula (Cercle de Kati). Ce qui permettra, selon lui, à Bamako d’avoir deux décharges finales et d’autres infrastructures de traitement de déchets.

Le colonel Abdoulaye Maïga a également annoncé la construction d’une nouvelle décharge de transit à Médina Coura en Commune II du District de Bamako. Sa construction démarrera dès la semaine prochaine sur financement du ministère en charge des Transports.

Ces infrastructures permettront de réduire encore la pression en termes de déchets dans notre District, a souligné le ministre d’Etat qui a appelé les populations de Bamako à plus de patience, assurant que le gouvernement posera le jalon d’une solution durable pour régler le problème de l’assainissement dans la capitale. Il n’a pas manqué de remercier les personnes de bonne volonté pour leur implication dans la gestion des ordures.

Par Bembablin DOUMBIA

l’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *