ARMÉE MALIENNE : Les signaux visibles d’une montée en puissance !

Engagée sur le théâtre des opérations antiterroriste pendant dix ans, sans répit, l’armée Malienne a su se tenir debout face aux forces du mal. Mieux encore, elle est aujourd’hui l’une des Armées les plus courageuses et plus équipées du moment. En un laps de temps, l’armée qui avait tendance à perdre la confiance du peuple a monté en puissance matériellement, humainement et surtout moralement. Toute chose qui est indéniable au regard des résultats tangibles sur le terrain et qui obligent l’admiration. 

La célébration, le 20 janvier dernier, de la création de l’armée Malienne aura été une belle occasion pour le peuple de rentrer en communion avec son premier rempart face aux ennemis. C’était surtout l’occasion pour les plus hautes autorités de renouveler leur confiance et leur détermination à renforcer les capacités opérationnelles des FAMa. C’est dans cette optique que de nouveaux avions de combat de dernière génération ont été remis aux Armées, à la veille de la fête du 20 janvier dernier par le Chef Suprême des Armées, le Colonel Assimi Goita, pour le renforcement de la flotte de l’armée de l’air.  

De fabrication russe, ces appareils sont composés d’avions de chasse et d’appui de type « Soukoï 25 », d’avions d’attaque et d’entrainement avancé de type « Albatros L39 » ainsi que des hélicoptères de manœuvre MI8. Il est important de souligner que d’autres livraisons de même facture se sont déroulées au cours de l’année dernière dans le cadre du partenariat entre le Mali et la Russie. 

Manifestation de la montée en puissance des FAMa

Dans un passé récent, certains fils du pays se plaisaient à saboter l’armée nationales avec de fameuses phrases ironiques : ” Repli tactique” ou encore ” une arme pour deux soldats” entre autres. Aujourd’hui, cette donne a changé et la puissance des Fama a atteint un niveau exceptionnel.   Les terroristes sont aujourd’hui en débandade sur l’ensemble des localités où ils se reposaient jadis sans crainte. Ils ont d’ailleurs adopté une méthode lâche de combat qui se résume à s’attaquer aux civils et à poser des mines sur différents axes routiers. Pratiquement, toutes les bases sont détruites et les quelques rares qui existent seront anéanties sans doute en raison des offensives quasi-quotidiennes des Fama sur l’ensemble du territoire et en toute liberté. Le premier signe de la montée en puissance des Fama réside d’ailleurs dans ce point. Elle n’est plus interdite de survoler son propre territoire comme cela était d’actualité il y a quelques mois. 

Il faut noter qu’au-delà de la bravoure des éléments, les Fama doivent la montée de leur puissance aussi à la bonne réflexion des Colonels au pouvoir de choisir les partenaires avec qui traiter en toute souveraineté. Cette diversification des partenaires a conduit à la redynamisation de l’axe Bamako-Moscou qui fait aujourd’hui des merveilles en matière de formation et d’équipement des Fama sans occulter les autres facilitations d’approvisionnement du pays en denrées et en hydrocarbures. 

De toute évidence, le Colonel Assimi Goïta qui a longtemps séjourné dans différents théâtres d’opérations connaît la réalité du terrain et savait ce dont les éléments ont besoin pour gagner cette guerre que même des grandes puissances n’arrivent pas à éradiquer si l’on se réfère à ce qui se passe en Afghanistan. Raison pour laquelle, les autorités ont tablé sur l’équipement, la formation mais aussi et surtout à l’amélioration des conditions de vie et travail du personnel militaire. 

Aussi, il a été décidé de militariser les corps de la police et de la protection civile. Cette décision se justifie surtout par le besoin de renforcer davantage l’armée et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des nombreuses réformes engagées par les autorités de la transition.  

L’un des points marquant de la montée en puissance des Fama réside dans la construction des infrastructures pour le personnel militaire. Il est bon de préciser que dans un passé récent le soldat qui partait au combat dans une zone éloignée ne bénéficiait pas de toutes commodités requises pour bien se reposer dans sa localité de transit. 

En clair, le soldat qui doit passer une nuit dans une localité du centre notamment à Ségou ou à Mopti avant de continuer à Tombouctou ou Gao, bénéficie d’un bon dortoir et d’un bon réfectoire nécessaires pour remonter le moral dans la plupart des cas. 

Des actions de soutiens

L’autre élément moralisateur réside dans la pensée des autorités militaires envers les soldats tombés dans la défense de la patrie, à leur ayant droit mais aussi aux blessés de guerre.  Si des médailles sont décernés à certains éléments, les veuves et les orphelins des soldats bénéficient régulièrement de l’accompagnement de l’État. Ainsi, la médaille de Mérite National avec Effigie abeille a été décernée à titre posthume à certains soldats. La médaille de la Croix de la valeur militaire, la médaille du Mérite Militaire, la médaille de Sauvetage et la médaille des Blessés ont également été remises à d’autres militaires à l’occasion du 20 janvier. 

Suivant la même logique de reconnaissance, un chèque géant d’une valeur de plus de six milliards de FCFA a été remis au Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Colonel Sadio Camara, par le Président Assimi Goïta. Ce geste est fait en faveur du service social des Armées pour ses actions de solidarité. Des chèques individuels ont été aussi remis aux ayants droit des militaires tombés pour la défense du pays à l’occasion de la célébration du 20 janvier dernier.

Un hôpital militaire de dernière génération sortira bientôt des terres comme pour dire que les autorités de la transition mettent les bouchées doubles pour que l’armée ne manque de rien pour continuer à assurer sa mission régalienne. 

Aussi, une école de guerre est aussi fonctionnelle et attire déjà un grand intérêt chez certains amis du Mali qui souhaitent s’inspirer de cet exemple. Autant dire que les améliorations se font sur tous les plans afin de renforcer l’outil de défense nationale.

Des actions saluées

Ces efforts sont reconnus non seulement par les populations, mais aussi par les militaires, eux-mêmes. En effet, lors de la présentation des vœux de l’armée Malienne au président de la transition, le   Général de division Oumar DIARRA, Chef d’Etat-major Général des Armées, s’est félicité de l’autonomisation dans la programmation, la planification et l’exécution des missions confiées aux forces de Défense et de Sécurité.

Des FAMa respectueuses des Droits humains

Les soldats maliens ont fait objet de plusieurs campagnes d’intoxication, visant à attirer les sanctions internationales contre l’armée et pousser le peuple à se remonter contre elle. Si le piège a été déjoué à plusieurs reprises, c’est surtout parce que les Fama savent qu’ils proviennent de ce même peuple multiculturel et multiethnique. 

Les rapports unilatéraux n’ont pas prospéré du moment où la hiérarchie ouvre une enquête automatiquement à chaque qu’une dénonciation est faite sur tel ou tel cas de présumé exaction contre des civils. Le ministre de la défense et des anciens combattant, Colonel Sadio CAMARA, a levé toute équivoque sur ce sujet quand il a affirmé : ” Notre armée nationale, est le reflet de la nation malienne forgée par un véritable phénomène d’osmose   entre toutes les composantes de cette nation. C’est pourquoi, les manipulations médiatiques visant à dépeindre comme nuisible pour son propre peuple sont ridicules et contre productives. Les forces de défense et de sécurité n’ont aucun intérêt à commettre des exactions sur des composantes de ce peuple dont le concours est indispensable pour le succès des opérations. L’Armée est au service exclusif de ce peuple dont elle demande le soutien. » 

Le Colonel Sadio Camara a martelé dans cette même logique que les Fama continueront de défendre les couleurs nationales jusqu’au sacrifice suprême. “En prenant le chemin des   théâtres des opérations, le soldat malien dont l’objectif final est de sécuriser ses concitoyens sait qu’il n’a qu’une seule alternative, périr ou revenir après avoir accomplie la mission », a rassuré le Colonel Camara. 

Et le ministre Camara de préciser que l’armée Malienne a fait de la protection des personnes et de leurs biens son credo, et le respect des droits humains, son principe.

Un Chef des Armées confiant

Apolitique, soldat d’élite, le Président de la transition s’est adressé avec humilité au peuple et à ses frères d’armes à l’occasion de la célébration des 62 ans de la création de l’armée Malienne. D’abord un vibrant hommage au Président Modibo Keita et tous ses compagnons de lutte qui ont été les vrais artisans de la création de l’Armée malienne. « Aujourd’hui, le souci principal des Maliens est la restauration de la sécurité sur l’ensemble du territoire national », a reconnu le Président Goïta, conscient du prix à payer. 

Après ses remerciements « au grand peuple pour tous ses sacrifices consentis qui ont permis aujourd’hui d’acheter tous ces matériels », le Chef de l’Etat de « saluer l’engagement des forces de défense et de sécurité qui sont engagées sur le théâtre d’opérations depuis une dizaine d’année ». « La volonté de tout chef militaire est de ramener vivant ses hommes placés sous son autorité. Hélas, dans une mission de combat, on ne décide pas qui sera tué ou qui sera blessé », a-t-il déclaré, impuissant, mais tout en s’inclinant devant la mémoire de tous ces vaillants soldats tombés sur le champ d’opération pour la défense de la patrie. 

Quant aux partenaires du Mali, « leur présence témoigne à suffisance que le Mali n’est pas isolé et le Mali ne sera pas aussi isolé ». Toutefois, colonel Assimi Goïta a réitéré la nouvelle orientation de la coopération du Mali, basée désormais « sur une coopération d’efficacité, une coopération de sincérité. « Une coopération où les résultats tangibles seront appréciés par nos populations qui sont les premières bénéficiaires », a insisté le Chef Suprême des Armées. Il s’agit, à en croire le Président Goïta, de les rassurer que le peuple malien est ouvert à tous les partenaires pourvu que les trois principes qui guident désormais l’action publique en territoire du Mali à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et des choix des partenaires opérés par le Mali, et la prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans les décisions prises sont respectés. 

Et le Président de la Transition de conclure : « Je tiens à rassurer le peuple malien de l’engagement et de la détermination des forces de défense et de sécurité à défendre l’ensemble du territoire national jusqu’à la pacification totale. Aussi rassurer les forces de défense et de sécurité par ma voix en tant que suprême des armées de l’appui constant de l’ensemble des autorités de la transition jusqu’à la pacification totale du territoire national ».

Fatoumata Traoré

Source : Miroir Hebdo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *