Apres le scandale à la COP-28: Un cadre limogé à l’AEDD

 

Lors de la Cop-28 à Dubaï, le stand du Mali a été indument loué à une ONG italienne. L’incident révélé par votre bihebdomadaire Mali Tribune a suscité l’émoi au sein de la délégation malienne et même à Bamako. Un mois plus tard, une sanction tombe à l’AEDD.

Un mois environ après le retour de la délégation malienne de la Conférence internationale des Nations unies sur le climat (Cop-28) de Dubaï à Bamako, ce scandale qui a donné une mauvaise image du Mali à l’extérieur, ne semble pas impuni. Loin s’en faut. Selon nos informations, l’affaire est prise très au sérieux au plus haut niveau dans notre pays.

D’ailleurs, une sanction de premier degré est tombée à l’Agence de l’environnement et du développement durable (AEDD), organisatrice principale de la participation du Mali à la Cop-28.

Soupçonné d’être à la base du scandale (location de stand), le point focal changement climatique est relevé de ses fonctions. D’autres sanctions plus élevées l’attendent si l’on en croit nos sources. Sa tâche de point focal changement climatique est désormais dévolue au directeur général de l’AEDD. La sanction ne serait pas pour le moment totale. Paradoxalement, il conserve son poste de coordinateur de la Contribution déterminée nationale (CDN), organisme charge des effets de Serre.

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable aurait à son tour été soumis à une demande d’explication au plus haut niveau. En tant que département de tutelle de l’AEDD, il a organisé la participation à la Cop-28. Le ministre lui-même a passé deux semaines sur place, à Dubaï, pour cette conférence climatique internationale.

Flash-back : A la Cop-28 à Dubaï, un scandale éclate au sein de la délégation malienne. Le stand alloué gratuitement à notre pays est affecté à une ONG italienne moyennant quelques billets de dollars (estimés à 20 000 dollars US) soit plus de 11 millions de F CFA. La somme dit-on, a même fait l’objet de transaction bancaire dès le mois d’octobre 2023, bien avant le démarrage de la Cop-28. La transaction douteuse serait passée sous silence si le besoin de stand ne s’était pas posé à notre délégation.

En effet, c’est lorsque des membres de la délégation malienne dont des ministres ont prévu d’organiser une conférence dans le stand du Mali qu’ils l’ont trouvé occupé. Les occupants n’étaient autres que des ressortissants d’un pays tiers. Vérification faite, il s’agissait d’une ONG de la société civile italienne. Celle-ci y était restée pendant toute la durée de la Cop-28.

Les Italiens, considérés comme des intrus sur place, s’opposent à l’injonction de vider les lieux, malgré l’instance de la partie malienne. C’est ainsi qu’ils exhibent un reçu de location en bonne et due forme délivré. Cette preuve de paiement a bel et bien été donnée par un cadre de l’AEDD.

Dans la délégation malienne se trouvait le ministre de la Santé et du Développement social, l’ancienne conseillère spéciale du président de la Transition chargée des œuvres sociales. Elle était particulièrement sidérée après avoir été témoin oculaire de cette humiliation pour notre pays.

N’eut été ce scandale, le Mali aurait réussi une participation remarquable à la Cop-28 à Dubaï aux Emirats arabes unis. Une forte délégation composée de plusieurs ministres et de membres de la société civile y a en effet séjourné du 30 novembre au 10 décembre 2023.

A.Dicko

Source : Mali Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *