Mali : l’avocat de Bouba Kéita, fils cadet d’IBK, saisit le nouveau ministre de la justice

Mali : l’avocat de Bouba Kéita, fils cadet d’IBK, saisit le nouveau ministre de la justice

Interdit de sortie du domicile familial par la junte depuis le 18 août dernier, date  du renversement du pouvoir de l’ancien Président Ibrahim Boubacar Kéïta,  le conseil de Bouba Kéïta vient de saisir le nouveau ministre de la justice et Garde des sceaux.  Objet : demande de la levée de la séquestration de son client.

Le fils cadet d’IBK demeure la seule  personne   parmi les personnalités  civiles et militaires arrêtées par la junte  le 18 août dernier privée de liberté de mouvement.  Bouba Kéïta a été obligé par les militaires  de rester dans la résidence de Sébénicoro le jour de la chute du pouvoir de son père avant d’être empêché de quitter le pays avec IBK lorsqu’il a été autorisé  par la junte de se rendre à Abu Dhabi pour suivre les soins de son père.

Aujourd’hui, son avocat  profite du retour de l’ordre constitutionnel avec la désignation d’un Président et d’un Gouvernement de la transition pour  demander la levée de cette séquestration. Il a saisi le ministre de la justice  réputé d’être un magistrat  attaché à l’application des textes.  Son client n’a jamais été présenté, comme beaucoup d’autres personnalités  arrêtées, puis relâchées récemment, à un juge encore moins retenir des charges contre lui.

Le 14 septembre passé,  le fils de l’ancien chef de l’Etat du Mali avait interpellé  dans une lettre le chef de la junte sur  les conditions  de sa détention.  Dans ce courrier , il expliquait au colonel Assimi Göita d’être seul dans  la résidence familiale de Sébénicoro, où, d’après la lettre, il lui est interdit les visites,  ses téléphones portables et  l’accès dans certaines parties de la maison.

Ce jeune homme qui avait  su se mettre dans l’ombre des projecteurs, contrairement à son grand frère Karim Keïta, élu député en 2013 et une seconde fois en 2020 en commune II du district de Bamako,  s’est fait remarquer  aux derniers instants du pouvoir de son père.  Ce, à travers  ses prises de positions sur le réseau social Tweeter.  Aujourd’hui, il demeure le seul membre de l’ex-famille présidentielle  détenu dans une résidence surveillée.  Si  l’ex-couple présidentiel a été autorisé à voyager à l’étranger pour des raisons de santé,  le grand frère de Bouba Keïta est  parvenu à  s’enfuir du pays, puis se réfugier dans un  pays voisin.

Source: Maliweb.net