BAGUETTE DE PAIN A 400 FCFA A LA PERIPHERIE DE BAMAKO : Des prix hors normes

BAGUETTE DE PAIN A 400 FCFA A LA PERIPHERIE DE BAMAKO : Des prix hors normes

La baguette de pain dans les quartiers périphériques de la capitale connait une instabilité de prix. Entre 300 F et 350 F, les clients dénoncent la mauvaise volonté des revendeurs.

Depuis la grève de 48 heures, observées par certaines boulangeries de la place contre la hausse du prix de sac de la farine, le prix de la baguette de pain a connu une augmentation. Depuis lors, le prix ne cesse d’augmenter dans certains quartiers de Bamako. 

Dans la plupart des marchés de Bamako comme : Yirimadio, Attbougou 759 logements, Kalaban Coura et Niamakoro, le sac de farine varie entre 19 500 FCFA et 20.000 FCFA, selon les vendeurs. Les Maliens n’arrivent pas à comprendre cette hausse du prix qui était de 250 FCFA. Mais de 300 F, le prix passe subitement, vers les sorties de la ville, à 350 F.

« Nous sommes dans une période critique jamais vécue au Mali. Les boulangeries sont incapables de gérer cette situation. Tout ce qu’ils demandent est que le prix du sac de farine baisse comme avant. Alors, le prix de la baguette de pain reviendra à 250 FCFA», explique un boulanger.  

Cependant, il nous est revenu de constater qu’à Bamako, le prix de baguette de pain varie selon les quartiers, car toutes les boulangeries ne vendent pas au même prix. « Dans les prochains jours, nous espérons qu’une solution soit vite trouvée pour contrôler les prix, car le pain est un aliment très important pour la population», ajoute Mahamadou Simaga, boulanger 

Vendeur au marché d’Attbougou 759 logements, Yacouba Fomba reconnait l’augmentation sur le sac de farine : « Depuis plusieurs jours, nous vendons le sac de farine à 19. 500 FCFA alors qu’auparavant, c’était à 15.000 FCFA ».

A Kalaban, la baguette de pain est cédée à 300 FCFA. Malgré la hausse du prix, à 9 heures déjà, les boutiques sont presque sans pain.  A Tabacoro, le prix va jusqu’à 350F chez certains boutiquiers. Une situation que les consommateurs ont du mal à comprendre.

Au regard de la place qu’occupe le pain dans l’alimentation des Bamakois, il est important d’interpeler les promoteurs des boulangeries pour qu’ils revoient le prix, surtout en cette période de crise sanitaire, pour soulager la population.

Hawa Traoré

Source : l'Observatoire