Mali : l’ex-putschiste, le Gal Amadou Aya Sanogo, fait son apparition publique après 7 ans de prison

Mali : l’ex-putschiste,  le Gal Amadou Aya Sanogo,  fait  son apparition publique après 7 ans de prison

Bénéficiant  d’une remise de liberté provisoire depuis le 28 janvier 2020, après 7 ans  de prison sans procès, le général Amadou Aya Sanogo qui était jusque-là resté discret est apparu  ce mardi   22 septembre à la place du Génie militaire de Bamako, où le colonel Assimi Goïta officiait les festivités du 60ème anniversaire  d’accession du Mali  à la souveraineté nationale.

Vêtu  en treillis militaire,   galons  et insignes de général sur les deux épaules,  bâton dans la main,  visage masqué et sécurisé par deux éléments  des forces spéciales, l’ex-putschiste du 22 mars 2012, Amadou Aya Sanogo n’est pas passé  inaperçu  ce  mardi à la place du Génie militaire. Huit mois après  sa libération  de prison,  l’ex-homme fort de Kati  qui  était dans une résidence surveillée à Sélingué  est réapparu publiquement aux côtés de ses camarades militaires  lors de la célébration du 60ème anniversaire de l’Indépendance du Mali.

Il est apparu visiblement maigre mais n’a rien perdu de sa démarche rapide et de son humour.  Installé dans la loge des officiels, le Gal Amadou Aya Sanogo est   resté calme et discret jusqu’au terme de la cérémonie avant de  donner des accolades, des poignées de mains et   prendre des photos avec plusieurs militaires et civils qui l’ont souhaité.   D’ailleurs, sa première apparition publique dans une cérémonie officielle a été bien accueillie par certains qui laissaient manifester leur joie. «  Sanogo ! Sanogo ! Le Général ! Le Général », criaient avec joie certains.

Amadou Aya Sanogo est réputé proche des officiers qui ont renversé le pouvoir du Président Ibrahim Boubacar Keïta depuis le 18 août dernier. A savoir le Colonel Malick Diaw et le colonel Koné, qui tous les deux ayant pris  part au coup d’Etat du 18 août, étaient également présents le 22 mars 2012 sur le plateau de l’ORTM lors que le CNRDRE lisait le communiqué annonçant  la suspension de la Constitution.

 Amadou Aya Sanogo  et ses coaccusés, en attente depuis près de sept ans  d’un jugement dans l’affaire «  des 21 bérets rouges » retrouvés morts dans une fosse commune à Diago, cercle de Kati,  ont été remis en liberté provisoire le 28 janvier 2020  sur ordre de la justice malienne.

Celle-ci n’a émis aucun contrôle judiciaire contre Sanogo et coaccusés  leur accordant la liberté de mouvement.  Il faut noter que des sommes importantes ont été versées aux familles des 21 bérets rouges mettant fin à ce feuilleton judiciaire.   L’ex-putschiste attendait son procès depuis son arrestation en 2013, qui avait mis fin au pouvoir de la junte de Kati. Aujourd’hui, il  réapparaît aux côtés d’un autre groupe de putschistes réunis au sein du Comité national pour le Salut du Peuple qui règne en maître absolu au Mali.  Le lundi dernier, celui-ci a procédé à la désignation d’un colonel-major à la retraite, Bah N’Daou,  comme Président de la Transition et son chef, Colonel Assimi Goïta, comme vice-président de la Transition.

Source: Maliweb.net